Étude biblique

La bible n’enseigne pratiquement rien quant à l’assainissement sauf ces quelques versets de Deutéronome 23:12-13 qui le mentionnent ainsi:

« Déterminez un endroit en dehors du camp où vous ferez vos besoins. Munissez-vous d’un objet pour creuser la terre et après vous être soulagés, couvrez vos excréments. »

Le verset suivant explique comment ce commandement servait à maintenir le camp sacré mais cette pratique signifiait aussi que le camp restait propre.

Le fait d’enterrer ses excréments est la plus simple mesure hygiénique à prendre; mais trouver un endroit adéquat qui n’ait pas été utilisé auparavant quand un aussi grand nombre d’Israélites campaient au même endroit parfois pendant très longtemps était très difficile. Pensez aux camps de réfugiés aujourd’hui! Un petit coin intime, comme celui que cherchait Saul quand il entre dans une grotte pour faire ses besoins (2 Samuel 24:3) aurait également été difficile à trouver.

Bien que les Israélites ignoraient probablement les liens entre les matières fécales et la maladie, les sentiments qu’ils portaient envers les choses impures leur faisaient certainement prendre beaucoup de précautions pour éviter le contact avec les matières fécales. Ezekiel s’opposa, quand le Seigneur lui suggéra de faire cuire le pain (qu’il allait manger comme une parabole symbolique du siège de Jérusalem) sur des excréments humains. Il fut autorisé à utiliser des bouses de vaches à la place (Ezékiel 4:9-15).

Le désir parmi les Juifs d’être purs pour accomplir les rites religieux était encore très vivant du temps de Jésus, comme l’explique Marc 6:3-4. Bien que se laver les mains avant de manger fasse partie du rituel religieux, cette pratique devait contribuer à éviter la propagation des maladies.

Thèmes de pensées et discussions :

1 Paul nous enseigne que le corps de chaque chrétien est le « temple de l’Esprit Saint » (1 Corinthiens 6:19). Il suppose dans Ephésiens 5:29 que nous prenons soin de notre corps. Nos pratiques sanitaires et notre hygiène personnelle le prouvent-ils – ou bien, est-ce que notre façon de vivre (ou celle de notre communauté) nous rend malades ?

2 Jésus dit que le deuxième plus grand commandement est « d’aimer notre voisin comme nous-même » (Matthieu 22:39). Sommes-nous personnellement, par notre mauvaise hygiène, la cause du malheur des autres qui par notre faute tombent malades ?

3 Luc, le docteur (Colossiens 4:14) rappelle dans son évangile comment Jésus envoyait ses disciples, entre autres, guérir les malades (Luc 9:2 et 10:9). Pouvons-nous donc en déduire que tout ce que nous entreprenons pour empêcher que d’autres ne soient malades est dans la volonté de Dieu et lui fait plaisir ?

Brian Skinner a travaillé en Ouganda pendant plusieurs années avec Water Aid.