Interview : Une drôle de petite famille

Pas à Pas 110 - L'agriculture durable

Pas à Pas 110 traite des différentes stratégies que peuvent adopter les agriculteurs pour préserver la bonne santé des écosystèmes et la productivité de leur exploitation

Interview : Une drôle de petite famille

En 2006, Tui, Da et leur fille Leklek ont décidé de quitter la ville pour s’installer dans une ferme. Contrairement à l’agriculture industrialisée qui se pratiquait autour d’eux, la famille voulait produire des aliments et élever du bétail de manière intégrée, afin de répondre à l’ensemble de leurs besoins. Tui explique pourquoi ils ont choisi de faire les choses différemment.

Ensemble Da, Leklek et Tui produisent la majeure partie de leur alimentation de manière durable. Photo : Farming as Mission

« Je suis issu du groupe ethnique des Karen et mon épouse vient de la tribu Lahu. Notre fille a 17 ans. Nous sommes installés dans le district de Mae Ai, dans le nord de la Thaïlande.   

Notre désir en tant que famille est de glorifier Dieu en prenant soin de sa création, de façon à pouvoir manger sainement, gagner notre vie et bénir les autres.

DÉFIS

La région dans laquelle nous vivons est dominée par de grands vergers d’agrumes. Ceux-ci sont copieusement traités avec des produits chimiques agricoles qui polluent les sols, l’eau et l’air. Les forêts ayant été rasées, il y a moins d’eau. De nombreux jeunes sont partis travailler en ville.

Ceux qui restent ont cessé de cultiver pour se nourrir. Chaque matin, un camion passe, rempli de légumes, de viande et d’autres produits. Les gens accourent pour acheter du piment, du poulet, des œufs, du lait de soja, autant de choses qui pourraient être produites localement.

Quand notre « drôle de petite famille », comme on nous a surnommés, a construit une maison et a commencé à s’équiper pour cultiver, on nous a demandé si nous prévoyions de planter un verger d’agrumes. Lorsque nous expliquions que nous voulions pratiquer une agriculture intégrée à la manière de nos ancêtres, les gens faisaient demi-tour et repartaient.

UN OBJECTIF SIMPLE

Nous nous sommes fixé un objectif simple : produire la totalité de notre nourriture et manger sainement.

Nous avons commencé par entreprendre diverses tâches : préparer les sols, construire un poulailler, planter des arbres et creuser des étangs. Nous avons lu de nombreux livres et articles, et rendu visite à d’autres fermes pour apprendre de leur expérience. Nous avons cherché des débouchés commerciaux et commencé à récolter nos œufs, nos légumes, notre riz, et à préparer nos poissons et nos poulets.

« Nous nous sommes fixé un objectif simple : produire la totalité de notre nourriture et manger sainement. »

Désormais, sur notre exploitation de trois hectares, tout est soigneusement organisé pour pratiquer une agriculture intégrée. Un tiers de nos terres servent à la culture du riz, et sur le reste se trouvent des étangs de pisciculture, des arbres fruitiers, des poules, des canards, du bambou pour la construction, du maïs, des haricots, des herbes, des plantes médicinales et des légumes. Nous avons des ruches dans le verger pour produire du miel biologique, lutter contre les parasites et pour la pollinisation.

Nos pratiques agricoles collaborent avec la nature, sans lui nuire. Nous utilisons du compost et du fumier animal pour fertiliser la terre. Nous luttons contre les parasites et les maladies grâce aux insectes et aux oiseaux, qui sont attirés sur notre exploitation par les arbres, les étangs et la végétation permanente.  

L’AMITIÉ

Notre vision consiste à voir les Églises locales et les organisations chrétiennes promouvoir des pratiques agricoles durables. Nous leur expliquons que les ressources naturelles sont créées par Dieu et que nous devons tous en prendre soin.

Notre ferme est devenue un endroit où les gens viennent se détendre, apprendre et manger de la nourriture saine et faite maison. Chaque année, des personnes de nombreux pays différents nous rendent visite, et nous nous lions d’amitié en partageant et en apprenant les uns des autres. C’est une bénédiction à laquelle nous ne nous attendions pas lorsque nous avons commencé.

Peu à peu, les agriculteurs locaux prennent conscience des problèmes environnementaux et les jeunes reviennent. Tout comme nous, beaucoup de personnes se mettent à intégrer de nouvelles technologies, comme l’énergie solaire, dans leurs systèmes agricoles traditionnels, avec d’excellents résultats.

Nous remercions notre Dieu créateur pour tout. 1 Thessaloniciens 5:16-18 nous dit : « Soyez toujours joyeux. Priez sans cesse, exprimez votre reconnaissance en toute circonstance. »


Pour en savoir plus, vous pouvez écrire à Tui : kersertoo@gmail.com