Objectif No 1 Éliminer l’extrême pauvreté et la faim

Cet objectif a pour but de réduire de moitié la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour et de celle qui souffre de la faim.

Une nouvelle approche pour s’occuper des enfants mal nourris

Ed Walker.

Dans le Sud Soudan, la sécheresse et les effets de 20 années de conflit ont mené à un sérieux manque d’aliments en 2002 et à la malnutrition sévère d’un grand nombre d’enfants. Tearfund a répondu à cette urgence avec une nouvelle approche intitulée soins thérapeutiques basés dans les communautés.

Les programmes traditionnels traitent les enfants souffrant de malnutrition sévère dans des centres de nutrition. Les enfants et leurs accompagnateurs séjournent généralement dans le centre, ce qui fait qu’on ne peut en traiter qu’un nombre limité à la fois. Cette nouvelle approche basée dans les communautés implique la création de nombreux petits points de distribution, souvent dans des zones isolées. Les populations locales aident à les construire et à les pourvoir en personnel.

Tous les enfants mal nourris admis dans le cadre du programme sont examinés. S’ils ont bon appétit et pas de complications médicales, on leur donne une provision de Plumpynut® (une nourriture spéciale) et on les renvoie chez eux, au soin de leur mère. Lorsqu’ils se rendent au point de distribution locale pour leur contrôle hebdomadaire, ils reçoivent une nouvelle provision de Plumpynut. Cette approche basée dans les communautés réduit le temps que les mères passent loin de leur foyer, de leurs autres enfants et des travaux agricoles. Ceci a été tout particulièrement apprécié au début de la saison des plantations.

Les enfants semblent aussi beaucoup aimer Plumpynut. Les enfants souffrant de malnutrition sévère et présentant de sérieux problèmes de santé ou qui n’ont pas d’appétit, sont admis dans un centre de stabilisation pour des soins médicaux.

Cette nouvelle approche a été un succès dans le Sud Soudan. Ce programme a permis de couvrir une zone nettement plus importante. Des centaines d’autres d’enfants ont pu être traités par rapport aux programmes précédents centralisés. Le taux de guérison a été très important et celui de mortalité très faible. Le personnel infirmier qui travaille depuis plus de cinq ans au sein de programmes de nutrition, a initialement trouvé étrange de laisser des enfants sévèrement mal nourris quitter le centre. Cependant, ils sont devenus rapidement les meilleurs défenseurs de cette nouvelle approche. Les mères se rendant aux points de distribution recevaient aussi une éducation sanitaire et des provisions de graines. Certaines ont maintenant créé des groupes de femmes qui se réunissent chaque semaine, afin de recevoir une éducation sanitaire complémentaire.

Ed Walker était le Directeur-adjoint du Programme de Tearfund pour le Sud Soudan. Il est maintenant le Directeur pour le Programme du Nord Soudan.

Plumpynut®

Il s’agit d’un aliment équilibré réalisé à partir de cacahouètes, d’huile, de minéraux et de vitamines. On n’a pas besoin de le mélanger à de l’eau, ce qui évite les risques d’infection dus aux maladies hydriques chez les enfants faibles et mal nourris.

Si l’on ne dispose pas de provisions de Plumpynut, on peut en composer des substituts. Au Malawi, on a réalisé une version locale à partir d’arachides, de lait écrémé en poudre, de sucre, d’huile, de vitamines et de minéraux. On peut utiliser des céréales et légumineuses locales au lieu des arachides et du lait.

D’autres idées

  • Encourager l’accès aux micro-crédits.
  • Fournir des repas scolaires gratuits pour tous les élèves, réalisés à partir de produits locaux.
  • Améliorer la fertilité des sols grâce à l’ajout de fumier, réaliser du compost et utiliser des engrais verts.
  • Planter des arbres comme le moringa et le Leucaena qui apportent des éléments nutritifs aux sols.
  • Encourager l’utilisation de jardins potagers de la taille d’une porte.

Progrès vers l’objectif 

Le nombre de personnes dont le revenu est inférieur à un dollar par jour sera sans doute divisé par deux, grâce aux progrès en Inde et en Chine. L’incidence de la malnutrition diminue nettement. Cependant, dans l’Afrique sub-saharienne, le nombre de personnes dont le revenu est inférieur à un dollar par jour est en augmentation.

Il est très improbable que le nombre de personnes souffrant de la faim soit divisé par deux d’ici 2015.