Objectif No 5 Améliorer la santé maternelle

L’un des buts pour cet objectif est de réduire de 75% le nombre de femmes mourant durant l’accouchement.

Aider les femmes qui accouchent

Tous les ans, plus de 50 millions de femmes accouchent sans aucune aide. Chaque année, près de 600 000 femmes meurent de complications évitables durant leur grossesse ou à l’accouchement. 99% d’entre elles vivent dans le Sud.

Voici les causes les plus courantes de ces décès :

  • 25% : hémorragie (perte de sang trop importante)
  • 15% : infection
  • 13% : avortement dangereux
  • 12% : éclampsie (une condition dangereuse des 3 derniers mois de la grossesse, combinant une tension artérielle élevée et des crises, genre convulsions)
  • 8% : passage bloqué.

Les mamans de moins de 20 ans courent un risque cinq fois plus élevé de mourir durant leur accouchement. Chaque année, deux millions de filles subissent une forme de mutilation génitale, qui augmente considérablement la probabilité d’infection et de complications durant l’accouchement.

En plus des femmes qui meurent en couches, des milliers d’autres subissent des lésions ou deviennent infertiles. Un accouchement long et difficile peut entraîner une fistule obstétrique. Si la tête du bébé exerce une pression sur la vessie et le rectum pendant plusieurs heures, des perforations peuvent se développer. Après l’accouchement, la mère a des pertes d’urine et parfois de matière fécale. Ces femmes devront affronter une vie remplie d’humiliations, souvent rejetées par leur famille, incapables de se débarrasser de l’odeur de l’urine et de matière fécale. En Afrique, MaterCare estime que 2 millions de femmes ont besoin d’une opération chirurgicale pour réparer des fistules obstétriques. Malheureusement, il y a trop peu d’hôpitaux et de centres de santé pouvant offrir ce genre d’opération.

Les accoucheuses traditionnelles (AT)

Elles peuvent être formées pour aider les femmes en train d’accoucher et réduire les risques d’infection. Leur apprendre à bien se laver les mains, nettoyer toutes les surfaces et couper le cordon ombilical avec une nouvelle lame de rasoir, un couteau tranchant ou encore des ciseaux (que vous avez trempés dans de l’eau en ébullition pendant 20 minutes) réduira considérablement les risques d’infection. Les AT peuvent aussi être formées à reconnaître les femmes qui risquent d’avoir besoin de soins médicaux supplémentaires et à référer les naissances compliquées aux hôpitaux.

Toutefois, des recherches effectuées au Pakistan (par Health-Pakistan) ont montré que les AT ne sauveront probablement que 3% des femmes qui meurent en couches. Nombre de vies pourraient être épargnées si les femmes avaient un bon accès à des soins d’urgence et une aide médicale professionnelle lorsqu’elles connaissent des complications au moment de l’accouchement.

De récentes enquêtes ont montré que les moyens les plus efficaces pour réduire les morts à l’accouchement étaient les suivants :

Une meilleure éducation pour les filles Les filles qui finissent leurs études primaires ont tendance à avoir moins d’enfants et à les avoir quand elles sont plus âgées. Il y a plus de probabilité qu’elles recherchent des soins prénatals et qu’elles aient des enfants en bonne santé.

Des sages-femmes qualifiées Les AT offrent un bon soutien pour les femmes qui ont des accouchements sans problème et elles réduisent la possibilité d’infection. Cependant, les sages-femmes qualifiées qui peuvent aider lorsqu’il y a des complications à l’accouchement, sont beaucoup plus importantes pour sauver des vies.

Soins d’urgence Les naissances difficiles ont besoin d’être rapidement référées à un hôpital ou centre médical adéquatement équipé, si l’on veut sauver la vie de la mère et de l’enfant. 

D’autres idées

  • Des programmes communautaires de nutrition pour les femmes enceintes, comprenant des suppléments de zinc et de vitamine A.
  • Une formation pour les AT et les sages-femmes communautaires.
  • Sensibiliser sur les risques posés par la mutilation génitale des femmes.
  • Garantir que toutes les filles finissent leur éducation primaire.
  • Faire pression pour que les femmes souffrant de fistules obstétriques puissent être opérées.

Progrès vers l’objectif 

Jusqu’à présent, on a réalisé peu de progrès vers cet objectif.


Agir dans nos communautés

Mettre au point un jeu de rôle sur une jeune femme accouchant de son premier enfant.

Au début, montrez que tous les amis et la famille sont excités. Des femmes et une AT arrivent pour l’aider. Les heures passent…

Il est évident que l’accouchement ne se passe pas bien et qu’elle a besoin de soins d’urgence, disponibles à une dizaine de kilomètres dans un centre médical. Le père et les anciens se réunissent ce soir-là pour discuter où trouver un moyen de la transporter. Finalement, ils téléphonent à un parent qui habite dans une ville proche pour qu’il trouve un camion et l’amène. Puis ils discutent comment ils vont trouver l’argent pour payer. Deux personnes vont voir des parents pour emprunter de l’argent. Pendant ce temps, les femmes se font de plus en plus de souci.

Le jour suivant, vers midi, le camion arrive et ils ont réussi à réunir l’argent. Mais la pauvre femme est maintenant épuisée par son interminable accouchement. Elle meurt alors qu’ils se préparent à la transporter.

Tout le monde demande : « Pourquoi nous a-t-il fallu si longtemps pour trouver un transport et de l’argent ? »

Concluez le jeu de rôle par les gens convenant de créer un comité de santé communautaire dont la responsabilité sera de fournir un transport d’urgence (avec un brancard et des bénévoles) et de gérer un petit fonds qui sera mis à la disposition des familles de toutes les femmes en train d’accoucher. 


Questions pour discussion

  • Quel est l’accès aux urgences médicales mis à la disposition des femmes de notre communauté ?
  • Où se trouve le centre médical ou l’hôpital le plus proche, disposant d’un personnel médical qualifié ?
  • Quel est le coût pour accoucher là-bas ?
  • Existe-t-il des sages-femmes ou des docteurs qui sont prêts à venir dans notre communauté et assister les accouchements difficiles ?
  • Combien demandent-ils pour leurs services ?
  • Comment notre communauté pourrait-elle créer un bon système afin d’offrir un transport d’urgence pour les femmes qui ont des problèmes durant leur accouchement ?
  • Peut-on mettre en place un fonds d’urgence pour les urgences médicales ? Comment pourrait-on le gérer efficacement et le renflouer après chaque utilisation ?
  • Les futures mères se rendent-elles aux soins prénatals afin que les naissances à risque puissent être identifiées à l’avance ?