Conseils de base pour planter un arbre

Steve Collins

Il est malheureux de constater qu’une proportion importante des millions d’arbres plantés dans le monde chaque année ne survit pas assez longtemps pour atteindre l’objectif pour lequel ils ont été plantés. Par conséquent, le temps et les ressources des gens s’en trouvent gaspillés, les problèmes auxquels la plantation d’arbres était censée remédier persistent et les gens sont souvent déçus et désillusionnés.  

Voici quelques conseils simples qui devraient aider les communautés et les organisations locales à planifier et à entreprendre un travail de plantation leur permettant d’obtenir de meilleurs taux de survie des arbres, une meilleure croissance et un réel sentiment de fierté et d’accomplissement pour ceux qui y ont participé. La plupart de ces conseils valent aussi pour les individus et les familles qui souhaitent planter des arbres.

Appropriation et objectif communs

Les points de vue et l’opinion de tous ceux qui se sentent concernés par les arbres et les terres sur lesquelles ils seront plantés doivent être pris en compte au moment de déterminer l’objectif du programme de plantation et de sa conception. Cela inclut les femmes et les enfants. Tous doivent avoir la possibilité d’exprimer librement leur point de vue, ce qui peut nécessiter plusieurs réunions ou des entrevues individuelles. Prendre le temps de découvrir ce que les gens pensent dès le début du projet permet de réduire le risque de problèmes ultérieurs.

« Petit et réalisable » ou « grande échelle et trop ambitieux »

La plantation d’arbres à grande échelle peut sembler être la solution la plus tentante, mais il vaut souvent mieux planter sur une petite surface, bien l’entretenir et obtenir un succès à petite échelle plutôt que de s’essayer à quelque chose de trop ambitieux qui risque de ne pas marcher. Un échec peut démoraliser et entraîner une démobilisation future pour la plantation d’arbres.

Choisissez un site qui correspond à votre but

Tenez compte de l’état du sol (fertilité et profondeur), de l’exposition à des vents forts, secs ou salés et de la proximité avec la communauté. Si vous voulez réduire l’érosion, les circonstances vous laisseront peut-être peu de choix par rapport au site.   

Protégez les arbres

Réfléchissez à tout ce qui pourrait nuire aux jeunes arbres. Le bétail ? Des chèvres ? Des animaux
sauvages ? Des enfants qui jouent ? Des gens qui passent par là ? Des inondations ? Une clôture permettrait-elle d’empêcher les gens et les animaux d’entrer dans cette zone ? Dans ce cas, mieux vaut installer une clôture avant de planter les arbres. Placer des branches de buissons épineux autour des arbres peut empêcher les animaux de les manger. Si des fourmis coupe-feuille s’attaquent aux arbres, vous pouvez planter des haricots jacquier ou du sésame à proximité. On utilise souvent le feu pour contrôler la végétation et favoriser la repousse d’herbe fraîche pour les animaux qui pâturent, mais s’il se propage dans la zone de plantation d’arbres, il risque de détruire rapidement votre dur labeur. Informez la communauté des conséquences des feux incontrôlés, et envisagez de défricher et d’entretenir une zone coupe-feu autour de la zone de plantation pour empêcher que le feu ne s’y propage. Pour plus d’informations, voir Prévention des incendies, p. 12.

Nouvelles plantations ou régénération naturelle ?

Si les espèces d’arbres que vous souhaitez planter sont présentes à proximité, et que les graines se dispersent et poussent sur le site choisi, vous n’aurez peut-être pas besoin de faire des plantations. Prendre soin des nouvelles pousses qui se régénèrent naturellement pourrait être plus efficace que d’en planter de nouvelles. Vous pouvez également combiner plantation et régénération naturelle.

Désherbage et entretien

L’herbe et les autres plantes qui poussent autour des jeunes arbres vont rivaliser pour la lumière, l’eau et les nutriments. Dans l’idéal, toute végétation concurrente devrait être enlevée dans un périmètre de 50 cm autour de la tige principale de l’arbre. Déposer des mauvaises herbes coupées et d’autres matières organiques autour de la base de l’arbre peut contribuer à empêcher les mauvaises herbes de pousser et limiter l’évaporation de l’eau du sol. Cela peut aussi contribuer à protéger les arbres des termites, car certaines espèces de termites préfèrent manger des plantes mortes.

Le désherbage ainsi que des vérifications et des réparations régulières seront nécessaires jusqu’à ce que les arbres soient suffisamment grands pour survivre et continuer à pousser seuls. Cela peut prendre jusqu’à trois ou quatre ans après la plantation. La régénération naturelle prend souvent moins de temps car la croissance est plus rapide.

Veillez à ce que quelqu’un contrôle régulièrement les arbres et que les dégâts causés sur la clôture ou les autres protections soient réparés le plus vite possible. Une chèvre ou une vache peut manger et gravement endommager ou tuer de nombreux arbres en peu de temps !

Plantez au bon moment de l’année

Les plants d’arbres auront besoin de temps et de bonnes conditions pour s’adapter à leur nouvelle « maison » après la plantation. De l’eau en quantité suffisante et une protection efficace seront indispensables pendant cette période d’adaptation, surtout au cours de la première année. En général, il convient mieux d’effectuer les plantations au début de la saison des pluies, car cela laisse un maximum de temps pour une bonne croissance, en particulier pour les racines, avant le début de la saison plus sèche. Les jeunes plants peuvent souffrir de dommages liés au climat, comme des vents forts ou des inondations. Veillez donc à choisir une saison pour les plantations qui permettra aux jeunes plants de se développer le plus longtemps possible avant la survenue probable de conditions climatiques nuisibles.

Choisissez la bonne espèce d’arbres

Choisissez des types d’arbres qui pousseront bien et qui vous permettront d’atteindre votre objectif. Vous constaterez souvent que les espèces indigènes locales sont adaptées. Si votre but est de réduire l’érosion, choisissez des arbres qui poussent vite et qui ont de bonnes racines.

Des jeunes plants de qualité

Choisissez des jeunes plants en bon état dans une pépinière locale. Ils auront ainsi de meilleures chances de survie. Des plants de plus grande taille souffriront davantage pendant le processus de « transplantation ». La taille qui convient le mieux pour les jeunes plants se situe généralement entre 30 et 90 cm de hauteur.

Réfléchissez à ce qui se passe et tirez-en des leçons

Au cours des deux ou trois années suivant la plantation, réunissez régulièrement la communauté pour réfléchir à ce qui se passe bien, ce qui se passe mal et pourquoi. Identifiez les leçons que vous pouvez en tirer et tenez-en compte la prochaine fois que vous planterez des arbres.

Soyez méticuleux

Ne faites pas tomber les jeunes plants, ne les jetez pas ou ne les entassez pas les uns sur les autres lors du transport de la pépinière vers le site de plantation. Vous pourriez les abîmer sans vous en apercevoir. Couvrez-les et évitez qu’ils aient trop chaud lors du transport. Évitez d’exposer les racines fragiles à l’air. Vous ne devez pas les laisser se dessécher. Après la plantation, tassez fermement la terre autour du plant avec le pied afin de ne pas laisser de poches d’air autour des petites racines. Si possible, arrosez chaque arbre après l’avoir planté, sans pour autant le noyer. Quelques tasses d’eau devraient suffire.

Steve Collins est actuellement le Représentant national de Tearfund au Népal. Il a été Consultant forestier en Écosse et Conseiller en environnement au Honduras.

Article pdf (PDF 363 KB)