Un nouveau départ

Si vous mentionnez la dette du tiers monde à la plupart des gens, la perplexité apparaît sur leur visage. Si vous mentionnez le manque de fonds pour financer hôpitaux et écoles, la plupart des gens sont d’accord et veulent tous parler de leurs expériences personnelles. Pourtant, dans bien des pays du Tiers Monde, les deux sont étroitement liés.

Comment tout a commencé

A la fin des années 70 et au début des années 80, quand les pays plus riches tenaient beaucoup à prêter de l’argent à un taux d’intérêt élevé, les gouvernements des pays du Tiers Monde ont fait des emprunts. Cet argent a servi à construire des routes, des hôpitaux, des bâtiments officiels, des barrages et, trop souvent aussi, à acheter des armes.

Pendant quelques années tout le monde était content. Puis deux choses ont contribué à la dégradation inexorable de la situation de crise déjà atteinte. Les prix de nombreux produits exportés par les pays du Tiers Monde (tels ceux du coton, du café, du cuivre, du caoutchouc, du thé) ont chuté. Les taux d’intérêt sont montés en flèche dans le monde entier. Les emprunts qui se remboursaient assez facilement jusque-là, devinrent soudain une charge énorme pour les gouvernements qui ne faisaient plus entrer assez de devises étrangères dans leur pays et ne pouvaient donc plus rembourser ce qu’ils devaient. C’est là que le cumul des dettes a commencé.

La dette dans les années 90

Aujourd’hui, la situation a empiré. De nombreux gouvernements sont forcés de dépenser bien plus pour rembourser leurs dettes que pour financer des hôpitaux et des écoles dans leur pays. L’Afrique par exemple débourse quatre fois plus pour payer les intérêts des emprunts qu’elle a faits que pour la Santé.

Les gouvernements de nombreux pays du Tiers Monde ont beaucoup moins d’argent à consacrer au secteur de l’éducation à cause des remboursements toujours plus lourds de la dette de leur pays

Les gouvernements des pays qui ont prêté ou de ceux qui ont emprunté n’aiment pas beaucoup parler de cette question. Les deux partis en sont gênés. Les simples citoyens trouvent la question assez difficile à comprendre. Les dettes ont été vendues à des banques et à des compagnies. Mais la vérité est que la dette du Tiers Monde est devenue une sorte d’esclavage privant des millions d’êtres de leur droit à la santé et à l’éducation.

Que peut-on faire?

Un groupe, dont l’Editrice de Pas à Pas fait partie des membres fondateurs, croit avoir une solution: Jubilé 2000 demande qu’au début de ce nouveau millénaire les arriérés de cette dette du Tiers Monde impossible à payer soient annulés. Ce groupe a mis en place une charte dans laquelle sont détaillées des pays du Tiers Monde, les deux sont les conditions applicables à toutes sortes de situations.

De nombreux économistes et hommes d’affaires pensent que c’est une approche commerciale sérieuse à une situation impossible. Les agents sociaux pensent qu’il s’agit d’une réponse morale à une situation impossible. De nombreux chrétiens voient là un signe prophétique en parfait accord avec la volonté divine pour célébrer le nouveau millénaire comme une année Jubilé.

Cette campagne n’atteindra ses buts qu’avec l’énorme prise de conscience et l’action du public en général. Déjà, un grand nombre de groupes européens commencent à agir. Tearfund et CAFOD sont deux des premières organisations à lancer des campagnes de prise de conscience auprès de leurs supporters. Ce sera aussi le thème de la Conférence Anglicane de Lambeth l’année prochaine, et celui du Conseil Mondial des Eglises pour son 200ème anniversaire.

Que pouvez-vous faire?

  • Parlez de ces questions avec des amis. Soulevez ce problème avec les responsables de l’église.
  • Etudiez l’enseignement biblique sur le Jubilé dans le chapitre 25 de Lévitique et priez pour la campagne de prise de conscience.
  • Ecrivez à votre représentant gouvernemental en lui demandant l’annulation de la dette en l’an 2000.
  • Apprenez à mieux connaître la situation dans votre pays.

Jubilé 2000 lance une pétition à l’échelle mondiale, demandant l’annulation des dettes et un nouveau départ pour célébrer le nouveau millénaire. Une copie de cette pétition est jointe à ce numéro pour que vous la lisiez et la fassiez signer à vos amis. Demandez-en d’autres exemplaires lorsque vous retournerez la première une fois complétée. Jubilé 2000 aimerait qu’un réseau de groupes d’action soit démarré dans chaque pays. Si vous pouvez aider, écrivez à:

Jubilee 2000, PO Box 100, London, SE1 7RT, Royaume-Uni. E-mail: j2000@gn.apc.org