Pratiques de sevrage au Népal

Sanjay Kumar Nidhi.

Au Népal, le sevrage commence traditionnellement avec la Cérémonie de l’Alimentation au Riz (Pasne) où les enfants reçoivent leur premier repas. La cérémonie a lieu à cinq mois pour une fille et à six mois pour un garçon.

Les aliments de sevrage traditionnels comprennent :

  • le porridge (lito), préparé à partir de farine de riz grillé (et parfois à partir de maïs ou de millet), de ghee (beurre clarifié) et de sucre
  • le jaulo, préparé à partir de riz et de safran des Indes (curcuma) ou de riz et de sel
  • le dhiro, préparé à partir de farine de maïs (ou de millet ou de blé)
  • le maar, préparé dans les basses terres en cuisant ensemble du riz, du maïs concassé et du soja
  • le khichari, un mélange de riz, de légumineuses et de légumes.

Certains de ces aliments traditionnels sont riches en énergie et en éléments nutritifs et devraient être encouragés. Ils comprennent le maar et le khichari. D’autres sont de mauvais aliments de sevrage, contenant peu de protéines ou d’éléments nutritifs, comme le jaulo. Il faudrait donc encourager les personnes à y ajouter des légumineuses, des légumes à feuilles vertes ou des fruits.

Un autre aliment traditionnel dont les scientifiques ont démontré qu’il était très nutritif est le porridge préparé à partir de farine finement moulue de grains de céréales et de légumineuses. Au Népal, cela est connu sous le nom de porridge à la super-farine ou sarbottam pitho ko lito.

Porridge à la super-farine

La recette a été mise au point à partir de l’expérience et de la recherche de Miriam Krantz, en travaillant avec les mères népalaises et avec les produits alimentaires qu’elles cultivent. Le Programme de Nutrition de la Mission Unie au Népal soutient totalement l’utilisation du porridge à la super-farine qui est désormais promue à travers tout le pays par le gouvernement comme l’aliment de sevrage idéal.

La farine utilise la totalité des aliments quels qu’ils soient qui sont le plus immédiatement disponibles. Toute légumineuse peut être utilisée à la place du soja et la combinaison de deux céréales quelconques peut être substituée au blé et au maïs.

Pour les bébés de six mois ou plus, le porridge préparé avec une ou deux cuillères à café de super-farine et donné deux à trois fois par jour est suffisant avec l’allaitement maternel. Au fur et à mesure que l’enfant grandit, la quantité de porridge utilisée augmentera progressive-ment jusqu’à ce qu’environ 100g (quatre cuillères à soupe) de super-farine soient utilisés chaque jour : suffisamment pour préparer trois apports de porridge. Cette quantité fournira la plus grande partie des besoins en protéines, calcium, fer et vitamines diverses pour un enfant entre un et trois ans. Si un jeune enfant est également allaité par sa mère et mange deux petites portions du repas familial constiué par le dhal-bhat (légumineuses et riz), tous ses besoins en énergie et protéines seront satisfaits.

La teneur nutritionnelle de la super-farine varie selon les ingrédients utilisés, mais l’analyse montre que 100g de farine contiennent 13,5 à 25g de protéines et 345 à 370 calories. Le porridge à la super-farine ne fournit pas assez de vitamine A pour satisfaire les besoins quotidiens d’un enfant. Les travailleurs de la santé apprennent donc aux mères à ajouter au porridge des légumes à feuilles vertes ou d’autres légumes de la même famille pilés.

La valeur nutritionnelle du porridge est également améliorée en ajoutant du ghee (beurre clarifié) ou une autre graisse ou huile végétale. Une recette répondant aux recommandations de l’OMS pour les enfants gravement sous-alimentés utilise 30g (une cuillère à soupe bien pleine) de super-farine cuite avec 15ml (trois cuillères à café) d’huile et portée à une quantité totale de 150ml avec de l’eau. Ce mélange est utilisé pour les enfants sous-alimentés dans les hôpitaux de l’UMN (United Mission to Nepal).

Avantages de la super-farine

  • La super-farine est un aliment pratique et adaptable qui se conserve bien. Pour les enfants plus âgés, la farine peut être mangée sèche (comme sattu) ou ajoutée à du lait frais bouilli ou à tout autre liquide quelconque sans autre cuisson puisque tous les ingrédients sont pré-grillés. La farine peut aussi être utilisée pour fabriquer du pain et des biscuits.
  • Les petits enfants aiment la saveur grillée.
  • Des légumes et des fruits écrasés peuvent être ajoutés au porridge pour améliorer la valeur nutritionnelle et varier le goût.
  • ’utilisation du porridge à la super-farine est fortement recommandée pour les enfants gravement sous-alimentés.

Sanjay Kumar Nidhi a travaillé en qualité de responsable de l’évaluation et du soutien de la nutrition dans le cadre du Programme de Nutrition, United Mission to Nepal. Son adresse est : Nutrition Programme, UMN, PO Box 126, Kathmandu, Népal. E-mail : sanjay.nidhi@umn.org.np

Etude de cas : Sur la voie du rétablissement

Kamali a amené son fils âgé de deux ans, Arjun, à l’Infirmerie du District avec des larmes dans les yeux. Elle l’a amené là en dernier ressort, après qu’il ait reçu les soins des guérisseurs locaux traditionnels. Arjun avait tout le temps la diarrhée, n’avait plus d’appétit et perdait constamment du poids.

Arjun fut immédiatement recommandé au Programme de Nutrition de l’UMN. Il souffrait d’une forte perte de poids et semblait n’avoir que « la peau sur les os ». Il était irritable, très lent, déshydraté et pleurait tout le temps. C’était un cas évident de sous-alimentation protéo-calorique. La mère d’Arjun, Kamali, fut informée de son état et on lui donna des suggestion pour nourrir son fils.

Trois jours plus tard, le personnel de l’UMN lui rendirent visite à la maison et discutèrent de la situation familiale avec sa mère. Ils découvrirent qu’elle n’était pas au courant de l’importance d’une bonne alimentation et de bonnes pratiques d’hygiène pour un enfant.

Le personnel du Programme de Nutrition apprirent à la mère comment préparer le porridge à la super-farine. Elle fut encouragée à donner ce porridge à Arjun quatre à cinq fois par jour (enrichi de ghee ou d’huile) ainsi que d’autres aliments, des fruits et des légumes. Au cours de visites ultérieures faites à son domicile, des suggestions pratiques furent données à Kamali sur les aliments de sevrage, l’alimentation des enfants malades, l’hygiène personnelle, le régime équilibré et les aliments nutritifs locaux. Le personnel de nutrition travaillant sur le terrain surveilla aussi le poids d’Arjun au cours de visites régulières à domicile.

Arjun prit du poids lentement mais régulièrement. Quand il retourna à l’unité de nutrition pour une visite de vérification, c’était un enfant différent : il était heureux et plein d’énergie. Il avait pris du poids, pouvait marcher facilement, son apparence s’était améliorée et il voulait se nourrir tout seul. La joie évidente dans les yeux de sa mère suffisait à tout dire.

Nous espérons que notre expérience au Népal avec les aliments de sevrage transformés à la maison pourra être reproduite dans d’autres pays. Les approches d’alimentation des enfants sûres et basées à la maison, devraient être reconnues et encouragées par les décideurs, les chefs des communautés et les travailleurs de la santé publique.

Ingrédients pour un porridge à la super-farine

La farine est composée de :

  • Deux parts de légumineuses : le soja est le meilleur, mais d’autres petits haricots, pois chiches et pois peuvent aussi être utilisés
  • Une part de graines de céréales complètes, comme le maïs ou le riz
  • Une part d’une autre graine de céréale complète comme le blé, le millet ou le sarrasin.

Les légumineuses et les graines de céréales doivent être nettoyées, bien grillées (séparément) et moulues en une fine farine (séparément ou ensemble). La farine peut alors être stockée dans un conteneur hermétique pendant un à trois mois. La farine est mélangée dans de l’eau bouillante et cuite pendant un temps bref. La quantité et la consistance correctes du porridge dépendront de l’âge et de l’état de l’enfant. Il ne faut pas ajouter de sel, surtout si l’enfant est sous-alimenté.