Le renforcement de la paix et la transformation des conflits

Photo: Mike Webb
Photo: Mike Webb

Gary Swart

Une véritable paix n’est pas simplement l’arrêt des hostilités. La paix dont la Bible parle est shalom. C’est la réconciliation et la restauration de nos relations avec Dieu, avec les personnes qui nous entourent et toute la création. C’est remettre les gens dans un état d’harmonie, de bien-être et de re-connexion avec la création au sein de laquelle Dieu nous a placés. Travailler vers la paix et la réconciliation est un ministère qui interpelle tous les chrétiens. Ce n’est pas seulement pour les professionnels. Jésus nous demande tous d’être des pacificateurs et de nous aimer les uns les autres, y compris nos ennemis (Matthieu 5).

La région des Balkans, en Europe, a connu de nombreuses générations de conflits ethniques. La violence dans les années 1990 a cessé grâce à l’intervention de la communauté internationale mais on est loin de shalom. Il reste encore une grande division, suspicion et haine dans la région.

Tearfund et ses partenaires reconnaissent que pour que le cycle de violence cesse enfin, il faut s’attaquer aux racines sous-jacentes du conflit. Tearfund a commencé à travailler avec ses partenaires dans la région afin d’inclure dans tous leurs travaux, le renforcement de la paix et la transformation des conflits (RPTC). Ceci signifie que les organisations deviennent sensibles aux environnements de conflit où elles opèrent. Elles s’assurent qu’elles ont un impact constructif à long terme destiné à prévenir un futur conflit potentiel.

Les caractéristiques des travaux du RPTC

Voici quelques leçons apprises sur le RPTC :

C’est un style de vie  Etre un pacificateur n’est pas seulement une description de poste. Ce n’est pas seulement quelque chose à faire demandé par Jésus mais quelque chose à être (Matthieu 5:9). Nous devons témoigner de la réconciliation dans notre vie et nos propres organisations avant d’aider d’autres personnes à se réconcilier. Pour une organisation, cela signifie qu’être un réconciliateur et un pacificateur doit être au coeur de sa mission et de ses valeurs. Une organisation qui travaillait dans une région aux multiples ethnies ayant connu un conflit, a décidé d’employer une équipe renfermant plusieurs ethnies. Elle a réalisé que pour être un agent efficace de transformation, ses membres devaient être eux-mêmes des témoins de cette transformation.

C’est une transformation  Les travaux de réconciliation abordent les attitudes et les valeurs essentielles qui motivent les êtres humains. Le RPTC gère un changement interne qui a des résultats externes. Il implique la cicatrisation et la restauration des relations, c’est pourquoi il demande du temps. Si une organisation désire suivre la voie des réconciliateurs et pacificateurs, alors elle doit s’engager et se préparer à un voyage long et difficile.

C’est compliqué  Il est important de passer du temps à comprendre le contexte local particulier si l’on veut mettre au point des stratégies efficaces afin de promouvoir shalom. C’est rarement simple. Un conflit est souvent le résultat d’une diversité de conditions et de raisons compliquées. Chaque conflit est unique.

Il est important de comprendre les causes profondes du conflit dans la région. On peut utiliser cette compréhension pour planifier efficacement un plaidoyer afin de s’attaquer aux problèmes sous-jacents. Ceci peut aider à prévenir de futurs conflits. Il est important d’écouter tous les partis impliqués. Écouter est important pour comprendre le contexte mais peut aussi être utilisé comme une manière efficace de démarrer la réconciliation. Apprendre à comprendre le conflit à partir de la perspective de l’autre parti est une puissante manière de briser les barrières entre nous.

C’est spirituel  Le RPTC a une profonde dimension spirituelle. Les prières sont vitales pour son succès (Éphésiens 6:10-19). Les organisations chrétiennes travaillant pour la réconciliation devraient garantir qu’elles prient et sont soutenues par d’autres prières.

Gary Swart travaille pour Tearfund comme Responsable de la région de l’Afrique australe. Tearfund, 100 Church Road, Teddington, Middlesex, TW11 8QE, Royaume-Uni

Email : gary.swart@tearfund.org


Études de cas

Lorsque l’on a organisé des ateliers de formation pour les divers groupes des organisations et des communautés, on a aussi invité différents groupes ethniques. Une fois, Tearfund a organisé une formation en plaidoyer pour des Albanais, Croates et Serbes à Belgrade. C’était la première fois depuis la guerre que les Albanais interagissaient avec les Serbes et cela a été une profonde expérience de cicatrisation.

Un partenaire de Tearfund gérait un projet de reconstruction d’habitations pour les réfugiés et les personnes déplacées internes. Ce projet incluait un soutien psychosociologique offert par des psychothérapeutes chrétiens. Ce soutien s’adressait non seulement à tous les bénéficiaires mais aussi au personnel travaillant avec les réfugiés car le personnel était souvent traumatisé par les histoires des bénéficiaires.


Un « bon cadre de pratique » pour le RPTC

  • Soyez les témoins vivants du renforcement de la paix et de la réconciliation. Ce n’est pas simplement un projet, c’est un style de vie.
  • Développez et maintenez des partenariats efficaces pour la paix. Une organisation ne peut pas amener la paix dans une région toute seule. Il faut généralement un effort combiné d’un certain nombre d’organisations et de parties prenantes. Toutes les personnes impliquées doivent désirer la paix.
  • Prévoyez un engagement à long terme en temps et ressources. Reconnaissez dès les phases de conception et d’exécution que le RPTC prend du temps et est difficile à surveiller. ¡ Soyez clair dans votre compréhension du RPTC et votre motivation pour ces travaux. Communiquez cela clairement et incluez-les dans la vision ainsi que les valeurs de l’organisation.
  • N’oubliez pas l’importance des gens. Réconcilier, c’est restaurer les relations entre des gens. Traitez tout le monde avec une dignité et un respect identiques. Ne permettez aucune forme de discrimination.
  • Réfléchissez à la sensibilité au conflit à tous les niveaux de l’organisation.