Réduire les risques sur le lieu de travail 

Photo: Geoff Crawford/Tearfund
Photo: Geoff Crawford/Tearfund

Lucas Caldeira

En Inde, la plupart des enterprises d’art et d’artisanat s’exercent à petite échelle, au domicile même des artisans ou producteurs. En général, une des pièces de la maison sert d’atelier. Elle sert souvent aussi de chambre à coucher, à la fin d’une dure journée de labeur. L’organisation Asha Handicrafts est tout à fait consciente des défisinhérents à réduire les risques et à assurer des conditions de travail saines et sûres à tous les artisans et producteurs avec lesquels elle travaille. 

Normes de base 

Asha Handicrafts a fixé des normes de base de santé et de sécurité, auxquelles tous les artisans et producteurs avec lesquels elle travaille doivent se conformer. L’atelier doit être bien éclairé et ventilé pour assurer de bonnes conditions de travail. Au fur et à mesure que l’entreprise se développe, Asha Handicrafts investit les bénéfices dans l’amélioration des ateliers : 

  • Des filtres à eau sont installés dans les ateliers pour fournir de l’eau potable. C’est important, vu que la majorité des maladies sont liées à la consummation d’eau non potable. 
  • L’installation électrique de l’atelier est inspectée et, si nécessaire, elle est refaite pour éviter les accidents provoqués par des courts-circuits ou des installations défectueuses. 
  • Les artisans et les producteurs sont sensibilisés au danger de brancher des fils électriques sans fiche directement dans les prises, à cause des risques d’incendie. 
  • Un extincteur est placé dans l’atelier en cas d’incendie. Il peut également être utilisé pour éteindre des feux dans le quartier. 

Sensibilisation à l’environnement 

Le conseiller environnemental d’Asha Handicrafts passe du temps avec les artisans et les producteurs pour les sensibiliser à l’importance d’utiliser des masques lors des opérations qui produisent de la poussière. On leur enseigne également l’importance de traiter les déchets de leur production de façon responsable. De grandes bennes ont été fournies aux producteurs de produits en bois pour leur permettre de récupérer la sciure et les copeaux. On les donne ensuite aux personnes pauvres, qui les utilisent comme bois de chauffage. 

Prévenir les accidents 

Les courroies des tours peuvent provoquer des accidents lorsqu’elles se situent près du sol. Les vêtements traditionnels amples des artisans se coincent facilement dans les rouages. Cela peut provoquer de graves accidents, dont la perte d’un doigt ou d’un membre. Il est donc conseillé aux producteurs d’installer les courroies à la verticale. C’est beaucoup plus sûr et cela permet de libérer de la place au sol, utile pour d’autres activités. 

Lucas Caldeira est Directeur général de Asha Handicrafts, 28 Suren Road, Andheri East, Mumbai 400093, Inde Email : partner@vsnl.com Site Internet : www.ashahandicrafts.net 

Étude de cas 

Améliorer la vie, les moyens de subsistance et les modes de vie 

La taille de la pierre et du marbre a toujours posé des problèmes pour la santé des artisans tailleurs. La réalisation d’objets en Pierre produit beaucoup de poussière. Les artisans sont souvent couverts d’une fine poussière de la tête aux pieds. Ils inhalent également les particules de poussière qui flottent constamment dans l’atelier. 

Ce problème a été souligné par le personnel d’Asha Handicrafts lors de leur visite de l’atelier de l’un de leurs producteurs, R.C. Marble Handicrafts. La première étape était de déterminer comment le processus de production pourrait être amélioré afin d’éliminer ce danger pour la santé. 

Résoudre le problème  

Un consultant a proposé un devis très élevé pour résoudre le problème. Asha Handicrafts a donc demandé à l’artisan en chef, Ramesh Chand Sharma, s’il pouvait proposer une solution. Il a suggéré de réaliser un passage souterrain équipé de ventilateurs qui aspireraient au fur et à mesure la poussière de l’atelier. Asha Handicrafts a consulté les fabricants de hottes aspirantes pour obtenir des spécifications techniques et a finalisé les plans. Puis elle les a montrés à un ingénieur en mécanique qui a confirmé que cela devrait fonctionner, bien que ce soit une solution rudimentaire.  

À l’époque, Ramesh Chand, ses frères et leurs familles respectives vivaient ensemble. Trois pièces au rez-de-chaussée de la maison étaient utilisées pour l’atelier. Il n’était pas possible d’installer le nouveau système d’aspiration de la poussière dans la maison. Pour cela, un nouvel atelier s’imposait. Des financements d’Asha Handicrafts et de Tearfund ont permis de démarrer ce projet. En voyant la préoccupation et l’engagement d’Asha Handicrafts et de Tearfund pour leur santé et leur sécurité, Ramesh Chand a proposé de collecter le reste du montant nécessaire pour terminer la construction. 

Un an plus tard, une parcelle de terrain adéquate a été trouvée et achetée. Au départ, Ramesh Chand n’arrivait pas à obtenir un prêt bancaire, car les banquiers considéraient qu’il représentait un risque de crédit élevé. Asha Handicrafts l’a soutenu pour qu’il puisse obtenir un prêt de la banque, qui a été utilize pour terminer le projet. Les taux d’intérêt avaient également été réduits pour qu’il puisse plus facilement rembourser l’emprunt. Au bout de trois ans, le nouvel atelier de production a été inauguré, équipé du système innovant d’aspiration de la poussière. 

Photo: Asha Handicrafts
Photo: Asha Handicrafts

Améliorations 

La quantité de particules de poussière en suspension dans l’air a été fortement réduite et les artisans peuvent désormais travailler dans un environnement plus sain. Aujourd’hui, les seuls moments où ils doivent porter un masque anti-poussière est lorsqu’ils travaillent avec la scie à ruban ; la poussière produite par les trois tours est aspirée au niveau du sol et collectée dans un container à l’extérieur de l’atelier, au lieu de rester en suspension dans l’atelier comme avant. Les machines, qui se trouvent maintenant au sol, sont recouvertes pour la sécurité des artisans lorsqu’ils se déplacent dans l’atelier. 

Ramesh Chand est devenu l’objet des conversations entre artisans, épatés par ce nouvel atelier sans poussière. Le nombre d’artisans qui souhaitent travailler avec lui a fortement augmenté. Aujourd’hui, lors des périodes chargées, il travaille régulièrement avec une équipe de 15 artisans. Il y a aussi plus de machines dans l’atelier, ce qui permet d’augmenter la capacité de production. 

Ce projet consistant à pourvoir un lieu de travail sain et sûr a également eu un avantage inattendu. Lorsque la production a été déplacée de la maison familiale, les trois pièces précédemment utilisées comme ateliers ont été libérées pour l’usage familial. Une pièce a été convertie en salle d’étude pour les enfants, qui avaient besoin de plus de place pour faire leurs devoirs sans déranger la famille.