Étude biblique

Le sida et Jésus
Une étude biblique par Rév. Tim Oakley, Wundanyi, Kenya.

Est-ce que le SIDA est comme la lèpre ?

Les deux sont différents, mais ils font tous deux peur.  Les deux peuvent isoler le malade de son entourage.  Le SIDA, comme jadis la lèpre, est incurable.  Depuis l’époque de l’Ancien Testament, les Juifs traitaient la lèpre comme si elle était le résultat direct du péché.  Exactement comme on devait rejeter le péché, un lépreux était mis à l’écart par sa communauté.  Et pourtant, c’était seulement une maladie, qu’on peut traiter de nos jours.  Nous espérons tous que le SIDA aussi sera un jour guérissable.  Mais, que ressentirions nous, vous ou moi, si, parce qu’on a eu le malheur de contracter une maladie, soudain personne ne s’aventurait à même nous toucher ?

Lisez Luc 5 :12-16.  Jésus guérit l’homme.  Et donc, aujourd’hui, le Seigneur peut guérir des personnes atteintes du SIDA.  Considérez l’action bénévolente de Jésus alors qu’il déclare la guérison.  Il touche le lépreux sans peur !  Nous pouvons prier pour ceux qui ont le SIDA and certains guériront peut-être.  Mais, il est aussi important de demander au Seigneur de nous enlever la peur du SIDA.  Ceux qui aujourd’hui souffrent du SIDA ne doivent pas être écartés comme autrefois les lépreux.  Ils ont besoin de savoir que nous les aimons autant.  Et si nous avons peur de les toucher, nous aussi alors avons besoin d’être guéris – par celui qui a touché le lépreux.  Jésus veut, maintenant, « toucher » ceux qui ont le SIDA, par nos mains.

Questions pour une Discussion

1. Dans votre région, comment sont traités les gens qui ont le SIDA (ou la lèpre) ?
2. Comment pourrions-nous les respecter et mieux nous occuper d’eux ?
3. Comment pouvons-nous prier pour eux de façon à démontrer notre amour ?

Est-ce que le SIDA est une punition ?

Lisez Luc 13 :1-5.  Lorsque les Juifs entendirent la nouvelle ils voulurent savoir pourquoi Dieu avait « puni » ces Galiléens ainsi.  Était-ce pour leurs péchés – ou ceux des autres ?  Jésus dit « Non ».  Il leur rappelle une autre histoire – lorsqu’une tour s’était écrasée tuant 18 personnes.  Ces personnes étaient-elles mortes parce qu’elles avaient péché plus que d’autres ?  Encore une fois Jésus dit « non ».  Mais il continue en disant qu’une mort aussi soudaine nous rappelle à tous que la mort n’est rien – rien comparée à la tragédie de mourir sans Dieu.

Donc parlons du SIDA.  Bien sûr une vie s’en trouve gâchée tragiquement.  Dans certains cas, la personne a fait preuve de négligence dans sa conduite ; dans d’autres quelqu’un n’a pas stérilisé les aiguilles correctement, ou bien encore personne ne connaissait les risques courus.  Mais Jésus nous rappelle que nous tous commettons des péchés.  Jésus nous dirait que la tragédie du SIDA est un avertissement à tous d’une tragédie encore plus vaste à l’horizon si nous rejetons Dieu.

Questions pour une Discussion

1. Comment les personnes de votre région ont-elles été contaminées par le virus VIH ?  (peut-être pouvez-vous demander à quelqu’un d’une profession médicale d’expliquer ce point ).

2. Avez-vous personnellement été immoral, ou négligent (ou peut-être même pire).

3. Pensez-vous que mourir du SIDA est une punition ou une tragédie ?

4. Comment pouvons-nous faire comprendre que le SIDA nous avertit d’une tragédie pire à venir (celle de mourir sans Dieu) sans toutefois causer d’épreuves plus dures aux malades du SIDA ?

Le SIDA et la Gloire de Dieu

Jusqu’à l’arrivée de Jésus, de nombreux enseignements de l’Ancien Testament avaient été simplifiés à outrance, donnant des choses telles que : « Si vous souffrez, c’est à coup sûr que vous avez péché ».  Est-ce vrai, en particulier pour quelqu’un qui est né souffrant ?  Le bébé né avec le SIDA est-il vraiment puni à cause de ses parents ?

Lisez Jean 9 :1-5.  Les disciples comprirent le problème.  Cet homme ne pouvait pas avoir péché avant même d’être né ?  Cependant, Jésus n’essaya même pas de répondre à leur question directement.  Il préféra arrêter ceux qui le suivaient d’accuser les autres.  Au contraire ils devraient prier pour que l’amour et la gloire de Dieu soient encore plus visibles – et même dans la souffrance que vous et moi voyons aujourd’hui.  Et ainsi, cet homme aveugle ne fut pas seulement guéri mais aussi révéla la Gloire de Dieu en Jésus le Sauveur.

Et donc notre attitude envers le SIDA devrait être, non pas « A qui la faute » ? mais plutôt « La chance pour Dieu de faire quoi ? »  La lumière de Jésus est d’autant plus vive qu’il fait plus sombre, que ce soit à cause de la souffrance ou du doute. Puisse Sa lumière briller en nous lorsque nous sommes face non seulement à ceux malades du SIDA mais aussi à ceux qui pensent que ces derniers sont condamnés.

Questions pour une Discussion

1. Dans votre région, que disent les gens de ceux qui ont le SIDA ?
2. Comment pouvons-nous montrer notre amour – pratiquement ?
3. Comment trouver la force spirituelle du Seigneur pour être positif envers les souffrances auxquelles nous avons à faire face personnellement ou chez les autres ?