La technologie pour l’irrigation des jardins

par Robert Lambert.

Soulever et transporter de l’eau dans des seaux pour irriguer les cultures est un travail très dur qui prend beaucoup de temps.  En Zimbabwe, certaines familles passent jusqu’à 200 heures par mois à faire ce travail éreintant.  Cela peut vouloir dire que chaque jour, deux ou trois membres d’une même famille passent trois à quatre heures à ce travail.  La seule autre option possible à présent est d’avoir une pompe à essence ou au diesel – le plus souvent option impossible pour les petits fermiers qui n’ont d’une part pas les moyens financiers, ni la possibilité d’obtenir du carburant ou des pièces détachées.  D’autre part, l’espace dont ils disposent ne justifie pas un si lourd investissement.

Une solution ?

Pour solutionner ce problème, de simples pompes pour l’irrigation des jardins ont été développées par un projet de recherche fondé par l’Administration au Développement d’Outre-Mer  basé à l’Université de Technologie de Loughborough et l’Université de Zimbabwe.  Ces pompes sont maintenant largement utilisées par les fermiers de Zimbabwe.  Dans certains cas les pompes sont fabriquées par des villageois qui ont été formés à ce métier. Le fermier paie la pompe et l’artisan fabricant de la pompe l’installe au puits du fermier.  Cette façon de faire a l’avantage de créer des emplois pour les fabricants de pompes et de s’assurer que le fermier sait vers qui se tourner en cas de problème.  Dans d’autres cas on a montré directement aux fermiers comment fabriquer leurs propres pompes.

Des pompes pour puiser – des tuyaux pour transporter

Une pompe peut seulement puiser l’eau d’un point plus bas, tel que d’un puits ou d’une rivière jusqu’à la remonter à un réservoir à la surface.  Un vieux bidon de 200 litres est idéal comme réservoir.  L’eau doit après être acheminée vers les cultures.  Des tuyaux en plastique accompliront ce travail avec succès.  Cela résoudra le problème du transport de l’eau du puits aux champs.

Combien coûtent de telles pompes ?

Le système de la pompe à corde et rondelles est un des plus simples et efficaces et ne revient pas cher.  Historiquement, le principe est très vieux.  Il a été utilisé par les Romains mais depuis adapté :  on utilise maintenant des matériaux bon marché et faciles à trouver.  Par exemple en Zimbabwe, le prix de revient total en achetant tous les matériaux nécessaires en magasins est d’environ Z$70.00 (environ £15.00).  Des fermiers ont même fabriqué cette pompe pour moins de Z$20.00 (£4.00) en utilisant des matériaux qu’ils avaient déjà dans leur fermes.

La pompe à corde et rondelles peut :

  • puiser l’eau de trous d’eau ouverts, de puits creusés à la main et de ruisseaux mais non de trous de sonde ou forages étroits faits par des machines.
  • pomper l’eau très rapidement si celle-ci est près de la surface.  Un certain nombre de fermiers de Zimbabwe ont fait des pompes qui peuvent remplir un bidon de 200 litres en une minute.  C’est vrai qu’après cette minute-là vous seriez très fatigué, mais rien ne vous empêche de vous reposer pendant que l’eau se déverse par des tuyaux du réservoir à vos carrés de légumes !
  • puiser de l’eau de puits profonds.  On a puisé de l’eau qui se trouvait à 20 mètres sous terre.  Cependant, lorsqu’il s’agit de puits plus profonds, l’eau coule plus lentement de la pompe car le travail est bien sûr plus dur.
  • puiser de l’eau pour la monter dans des réservoirs en hauteur. 
  • être actionnée par une ou deux personnes en même temps.
  • fonctionner même s’il y a de la boue et des mauvaises herbes dans l’eau.
  • être comprise et réparée par le fermier lui-même en cas de problème.

Quelle surface de jardin peut être irriguée ainsi ?

Pour vous donner une idée, sachez qu’une superficie de 0,1 hectare (c.à.d. un peu plus de 30m x 30m) prendrait environ 6 heures par semaine à irriguer, ou à peu près une heure par jour avec une pompe puisant l’eau d’un puits à 5 mètres sous terre.  Pour faire le même travail avec un arrosoir, il vous faudrait au moins quatre heures par jour.

Comment marche cette pompe ?

La pompe consiste en une corde d’une seule pièce, sur laquelle on a placé des rondelles de caoutchouc ; par l’intermédiaire d’une poulie la corde est tirée à l’intérieur d’un tuyau.  Les rondelles en caoutchouc sont légèrement plus petites que l’intérieur du tuyau.  Quand l’extrémité du tuyau est plongée dans l’eau, les rondelles de caoutchouc se déplaçant vers le haut entraînent l’eau avec elles et la déversent dans un réservoir lorsqu’elles atteignent l’extrémité supérieure du tuyau.

De quoi a-t-on besoin pour la fabriquer ?

Tuyau, corde et un vieux pneu sont les matériaux essentiels.  Si l’on en dispose, un tuyau solide en PVC est idéal.  On peut aussi se servir d’un tuyau en acier.  Si l’on n’a pas de tuyau on peut prendre un conduit carré fait de planches en bois.  Une corde résistante à l’eau, en nylon solide, est ce qu’il y a de mieux, bien que les cordes en sisal, manille ou même faites de trames de pneus puissent aussi être utilisées.  On aura aussi besoin de barres d’acier, de morceaux de l’intérieur de pneus, de quelques piquets, de fil de fer et de clous.

Comme outils il vous faudra un couteau tranchant, un marteau, une paire de tenailles, une scie à bois, un ciseau à bois et une scie à métaux.  Bien que pas vraiment nécessaire, des facilités de soudure vous permettraient d’améliorer la qualité de la poignée de la pompe.

Un fabricant de pompes expérimenté, qui a tous les matériaux en main, peut fabriquer et installer la pompe en une journée.

Formation et extension

Afin de rendre cette technologie accessible à tous, une bonne formation est nécessaire.  Un manuel détaillé a été publié en anglais sur la construction de cette pompe à corde et rondelles.  Une vidéo de 20 minutes qui montre les étapes principales de la fabrication de la pompe est également disponible : elle est sans paroles et donc vous convient quelle que soit votre langue locale.

Le manuel coûte £4.95 frais d’envoi par avion compris et £5.55 pour l’Extrême Orient et l’Australasie.  La vidéo coûte £19.95 frais d’envoi compris (£22.25 pour l’Extrême Orient et l’Australasie).  Les deux sont disponibles à cette adresse :
Intermediate Technology Publications, 103 Southampton Row, London WC1 4HH, Royaume-Uni.

La formation pour la fabrication de la pompe n’est que le premier pas.  Il serait utile aux fermiers de compléter cela par une formation concernant l’irrigation des jardins, et aux fabricants de pompes d’apprendre aussi des méthodes de commerce.  Certains de ces cours ont déjà été donnés en Zimbabwe et d’autres sont prévus au Kenya parmi d’autres pays.  Pour obtenir plus de détails sur de tels cours et sur la pompe à corde et rondelles ou d’autres pompes simples d’irrigation, écrivez à :

Robert Lambert, School of Development Studies, UEA, Norwich, NR4 7TJ, Royaume-Uni.

Robert Lambert vient d’un milieu agricole et a travaillé à des projets pour apporter l’eau en zone rurale.  Il a travaillé en Tanzanie, Zambie et Zimbabwe et donne à présent des cours sur le Développement à l’Université d’East Anglia.

 

 

Construction de la poulie

 

La Fabrication de la Pompe à Corde et Rondelle

1 Découpez les deux côtés intérieurs d’un vieux pneu qui formeront les deux moitiés de votre poulie (largeur minimum 5 cm).  Gardez l’extérieur du pneu pour fabriquer les rondelles.

2 Clouez les deux moitiés ensemble.

3 Placez les barres de chaque côté de la poulie pour former le centre (le moyeu).  Serrez-les ensemble à la main et liez-les bien serrées avec du fil de fer sur le bord inférieur du pneu.

4 Placez l’axe en bois bien au centre et tenez-le en place en attachant maintenant, bien serrées, les deux autres barres parallèles.  Fixez les poignées aux deux extrémités.