Interview : Quand les déchets se transforment en trésor

Pas à Pas 107 - Les déchets

Dans Pas à Pas 107, vous trouverez de nombreux conseils pratiques et des histoires inspirantes concernant la gestion des déchets dans nos communautés.

Interview : Quand les déchets se transforment en trésor

En 2016, les jeunes Haïtiens James Desrosiers et Obed Arris ont créé leur propre entreprise de confection de sacs modernes à partir de sachets d’eau. Ils nous racontent leur aventure ci-dessous…

James Desrosiers et Obed Arris ont créé une entreprise de confection d’articles à base de sachets d’eau. Photo : Jack Wakefield/Tearfund
James Desrosiers et Obed Arris ont créé une entreprise de confection d’articles à base de sachets d’eau. Photo : Jack Wakefield/Tearfund

Comment avez-vous eu l’idée de votre entreprise ? 

La situation en matière de gestion des déchets en Haïti est désastreuse. Les gens jettent leurs déchets dans la rue, les rivières et la mer, qui deviennent des décharges à ciel ouvert. Après avoir assisté à un séminaire sur la protection de l’environnement, James a tenté de réaliser des choses à base de matières plastiques. Il a montré le résultat à Obed, et nous avons alors décidé de créer une société de recyclage : Arris Desrosiers. Nous confectionnons des articles comme des sacs à dos, des sacoches pour ordinateur portable et des boîtes à sandwich à base de sachets d’eau en plastique de récupération. 

Comment avez-vous développé vos produits ? 

Nous avons dû tester plusieurs modèles avant de trouver celui qui convenait le mieux. Ensuite nous avons cherché à le perfectionner. 

Comme la majorité des entreprises, pour démarrer nous avons eu besoin de fonds, mais nous n’en avions pas ! Nous avons cherché auprès d’organismes étatiques et privés, sans succès. Nous avons pratiquement débuté avec moins de 200 USD. Mais par la suite, nous avons bénéficié du soutien de plusieurs personnes, lesquelles ne cessent de nous encourager de diverses manières. Aujourd’hui, nous faisons des bénéfices et nos principaux clients sont des ONG comme Food for the Poor et Oxfam, et aussi des particuliers locaux. 

Les ventes mensuelles s’élèvent en moyenne à 2 000 articles et nous travaillons à ce que ce chiffre augmente très vite. Nous avons une demande assez importante au niveau international, surtout aux États-Unis. Actuellement nous avons environ 50 employés, essentiellement des jeunes. Nous comptons employer le plus de monde possible. 

Comment collectez-vous les sachets en plastique ? 

Avant, nous collections les déchets dans les rues. Certains nous traitaient de fous parce qu’ils ne savaient pas ce que nous allions en faire. Aujourd’hui, grâce à des accords que nous avons passés avec certaines compagnies qui vendent de l’eau en sachet, nous recevons les rejets de ces compagnies presque gratuitement. Aussi, grâce aux différentes campagnes de sensibilisation que nous avons effectuées, la population elle-même manifeste l’intérêt de ne plus jeter les sachets plastiques dans la rue et décide de nous les donner. À l’avenir, nous comptons placer des centres de collecte dans diverses zones du pays afin que les gens soient rémunérés en fonction de la quantité de déchets plastiques qu’ils apporteront. 

Quels défis avez-vous rencontrés et comment les avez-vous surmontés ? 

Nous avons rencontré bon nombre de défis. Tout d’abord, certaines personnes n’aimaient pas l’idée de porter quelque chose qui était fait avec des déchets. Deuxièmement, nous avons eu des problèmes de financement. Troisièmement, nous avions peu de connaissances relatives à ce que nous faisions, tant au niveau technique qu’au niveau administratif. 

Au fil du temps, nous avons entrepris des campagnes de sensibilisation à travers les réseaux sociaux. Nous avons dû collecter auprès de nos proches des ressources financières pour répondre aux différents besoins de la compagnie. De jour en jour nous avons appris comment mieux faire les choses. Et, plus important encore, nous avons appris à être curieux pour combler nos lacunes, c’est pourquoi nous avons participé à tant de séminaires, lu tant d’ouvrages ayant rapport à notre activité. Et nous ne sommes pas près d’arrêter car il nous reste encore beaucoup à apprendre. 

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent développer une entreprise en utilisant des déchets ? 

Nous leur dirions de ne pas faire des sacs à dos, car nous le faisons déjà ! Plus sérieusement, nous leur dirions de bien organiser leurs activités, de bien planifier leurs actions afin de ne pas faire plus de mal que de bien à l’environnement, et que cela en vaut la peine. 

Quel est votre rêve pour l’avenir ? 

Nous sommes en train de mettre en place un nouveau service de collecte de déchets dans le but de résoudre le vaste problème de la gestion des déchets en Haïti. Nous rêvons d’un environnement plus sain et d’un pays où tout le monde aura la possibilité de travailler dans des entreprises qui, comme la nôtre, œuvrent pour apporter des solutions aux problèmes majeurs qui bouleversent le monde.


Site internet: www.facebook.com/arrisdesrosiers17
E-mail: arrisdesrosiers1@gmail.com 


REMARQUE : Il peut être difficile de générer des bénéfices en vendant des articles confectionnés à partir de déchets. Vous devez au préalable vous assurer qu’il y aura suffisamment de demande pour votre produit. Pour plus de conseils sur le sujet, lisez Pas à Pas 103 : L’entrepreneuriat