Cultiver sans terre : L’hydroponie

Pas à Pas 110 - L'agriculture durable

Pas à Pas 110 traite des différentes stratégies que peuvent adopter les agriculteurs pour préserver la bonne santé des écosystèmes et la productivité de leur exploitation

L’HYDROPONIE : ENTRETIEN AVEC ROSEMARY NYAMU

Qu’est-ce que l’hydroponie ?

L’hydroponie est une pratique qui consiste à faire pousser des plantes sans terre. Les plantes peuvent être cultivées dans une solution riche en nutriments, ou dans une substance exempte de maladies, telle que du sable, du gravier ou de la fibre de noix de coco, imprégnés d’une solution nutritive.

Quels en sont les avantages ?

Tout d’abord, les installations hydroponiques ne nécessitent pas de terre fertile. Les plantes peuvent être cultivées n’importe où (à l’intérieur ou à l’extérieur), dans un espace bien plus restreint que l’agriculture traditionnelle. L’environnement étant plus contrôlé, il y a donc moins d’adventices et moins de risques de parasites et de maladies.

Avec une installation appropriée, les plantes pousseront et mûriront plus rapidement que dans la terre. Cela est dû au fait que les plantes n’ont pas besoin de faire autant d’efforts pour obtenir les nutriments dont elles ont besoin pour se développer. Leurs besoins spécifiques étant satisfaits, elles peuvent se concentrer sur la croissance des feuilles et des tiges au lieu de dépenser de l’énergie pour développer leur système racinaire. Le fourrage pour le bétail peut également être produit rapidement en ayant recours à la culture hydroponique, ce qui réduit la pression sur les pâturages.

L’eau est recyclée, ce qui permet d’en utiliser moins et de ne pas la gaspiller. Si les agriculteurs ont des serres, l’eau peut être recueillie du toit.

Y a-t-il des inconvénients ?

Le plus grand défi est le coût. Il faut beaucoup d’équipement pour créer un système de culture hydroponique à grande échelle : réservoirs, pompes, éclairage, nutriments, etc. Il existe néanmoins des modèles de petite taille et meilleur marché.

Avec l’hydroponie, les plantes peuvent simplement être cultivées à partir de matériaux disponibles localement, comme des barils d’eau et des tuyaux en plastique. Photo : Vintage Greens Ltd, Latia Resource Centre

Pour des systèmes de plus grande envergure, un niveau élevé de connaissances s’impose pour bien gérer le système et éviter des erreurs coûteuses. Les plantes doivent être étroitement surveillées, et le pH et les niveaux de nutriments du système régulièrement ajustés.  

Les plantes étant cultivées très proches les unes des autres dans un système clos, les parasites et les maladies peuvent rapidement proliférer. Il est important de disposer d’un bon plan de lutte contre les maladies, qui comprend l’utilisation d’eau et de matériel agricole exempts de maladies.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui débute en culture hydroponique ?

Il existe de nombreux systèmes hydroponiques différents, à choisir en fonction de la somme d’argent que l’on veut y consacrer et du niveau de complexité souhaité. Le système hydroponique à mèche est bon marché. Il ne nécessite qu’un seau, des mèches, une solution d’éléments nutritifs et un substrat dans lequel les plantes pourront se développer, par exemple du sable. 

Les mèches absorbent la solution nutritive dans le seau et la font remonter jusqu’au milieu de culture, la mettant ainsi à disposition des racines. Les mèches peuvent être réalisées à partir de n’importe quel matériau absorbant, comme de la corde, de la laine ou des morceaux de vêtements usagés.

On peut aujourd’hui acheter des solutions nutritives prêtes à l’emploi dans de nombreux endroits. Pour réaliser la vôtre, demandez conseil au département agricole local, ou adressez-vous à d’autres cultivateurs qui pratiquent l’hydroponie.

Renseignez-vous autant que possible sur cette technologie avant de commencer. Renseignez-vous sur d’éventuelles formations locales et, si possible, consultez les nombreux guides explicatifs que l’on peut trouver en ligne. Il peut être très utile de rejoindre un groupe de cultivateurs qui pratiquent l’hydroponie, où vous pourrez apprendre des choses les uns des autres. La création d’une coopérative peut également être un excellent moyen de répartir les coûts, et de partager la charge de travail ainsi que les autres ressources.

Quelles sont les cultures qui poussent le mieux dans les systèmes hydroponiques ?

La plupart des légumes et bien d’autres cultures s’y développeront bien. De bons exemples sont les pommes de terre, les tomates, les fraises, les raisins, les herbes, les salades, les choux et les haricots verts. Pour le système à mèche, choisissez des plantes plus petites, non fruitières, comme la salade ou les herbes.


Rosemary Nyamu est directrice adjointe de la Kenya School of Agriculture (école kényane d’agriculture).

E-mail : ronyamu@gmail.com 

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a produit plusieurs articles et manuels sur la culture hydroponique que vous trouverez en ligne :  www.fao.org (cherchez « hydroponie »).