Travailler pour un renouveau urbain

Dr Ambika Rajvanshi

Asha est un programme de santé et de développement communautaire à New Delhi, en Inde. Il part du principe que la simple fourniture de soins médicaux aux communautés des taudis n’est pas suffisante. Seule une approche holistique de la santé communautaire permettra de réaliser des améliorations réelles et durables.

Les membres d’Asha (« espoir » en hindi) travaillent dans les taudis de Delhi où les conditions de vie sont très difficiles :

  • Plus de 3 millions de personnes vivent dans 1.500 colonies de taudis.
  • Une maison moyenne mesure 2 x 3 m mais héberge 6 à 8 personnes.
  • Une pompe à eau dessert 1.000 personnes en moyenne.
  • Nombre de taudis n’ont aucune installation sanitaire.
  • 40% des enfants souffrent de malnutrition sévère.
  • 75% des hommes et 90% des femmes sont analphabètes.

Par définition, les taudis sont des habitations précaires construites sur n’importe quel terrain public libre que les migrants trouvent. Ils sont souvent près des voies de chemin de fer, des canaux d’évacuation ou des basses terres sujettes aux inondations. Les habitants des taudis vivent généralement dans de petites huttes qu’ils construisent avec tout ce qui leur tombe sous la main. Ces huttes, collées les unes aux autres, le long d’étroits passages boueux, manquent de ventilation appropriée et offrent peu de protection à l’épouvantable chaleur de l’été, aux pluies de la mousson et au froid de l’hiver. Les maladies et les incendies sont des problèmes constants. Les résidents doivent endurer des égouts bloqués, de l’eau stagnante, un mauvais approvisionnement en eau potable ainsi qu’un assainissement et un ramassage des ordures inadéquats. Ces problèmes empirent lorsqu’il fait chaud et durant la saison des pluies.

Cet environnement influence négative ment leur santé, surtout le problème d’accès à un assainissement et à de l’eau potable. En plus des soins de santé, Asha s’occupe de l’amélioration des installations et de l’environnement local, éléments essentiels de son travail. Ses membres développent et soutiennent des programmes de renforcement de pouvoir et d’entraide pour les habitants des taudis, surtout les femmes et les enfants. Grâce à la mobilisation des communautés des taudis, les gens sont motivés pour améliorer leur environnement.

Les bénévoles en santé communautaire d’Asha travaillent avec de nombreux groupes communautaires afin d’apporter des changements. Ces groupes comprennent des mahila mandals (associations de femmes), des mal mandals (associations d’enfants) ainsi que des groupes de jeunes et d’hommes. Asha offre une formation destinée à encourager les membres et leur donner une assurance pour faire pression sur les politiciens locaux, afin de recevoir assistance et services.

Des transformations dans toute la société

Après avoir identifié les secteurs à problème, les « agents de transformation » locaux travaillent sur 3 niveaux : individuel, du foyer et de la communauté.

Cibler les personnes Ils travaillent pour éduquer et motiver les membres des familles, les amis et la population générale des taudis. Ils encouragent les gens à suivre de bonnes pratiques d’hygiène personnelle et domestique, à utiliser des latrines plutôt que de déféquer dans les égouts ou dans la rue, à utiliser les approvisionnements fiables en eau potable ainsi qu’à nettoyer et se débarrasser des ordures en toute sécurité. Leurs efforts engendrent une véritable différence. Cependant, les changements dans les comportements individuels ont leurs limites.

Cibler les groupes Asha offre une formation et un soutien pour encourager les groupes à travailler avec les autorités locales et les fonctionnaires de la santé publique. Son soutien est essentiel pour améliorer les installations et les conditions de vie dans les taudis. On enseigne aux habitants leurs droits ainsi que les responsabilités des autorités locales pour offrir des améliorations. Les gens reçoivent aussi une formation en savoir-faire de présentation des problèmes, de négociation, de plaidoyer et de pression.

Les mahila mandals s’avèrent souvent très efficaces pour faire pression sur les autorités locales afin d’améliorer les installations publiques. Leurs actions ont engendré un meilleur accès à l’eau potable grâce à l’installation de robinets, pompes à main, puits forés, réservoirs et camions-citernes. La construction de toilettes publiques a réduit la défécation dans les rues. Les chemins sont maintenant pavés avec des briques ou du béton et équipés de systèmes d’égouts. Ces derniers, améliorés et débloqués, ont réduit la quantité d’eau stagnante sur le sol. Grâce à l’éducation communautaire, il y a une meilleure utilisation des latrines, moins de conflits et un engagement à conserver l’environnement propre.

Asha souligne l’importance de l’implication et de la persévérance pour obtenir des résultats. Le personnel offre son soutien lorsque c’est nécessaire, notamment pour accompagner les membres de la communauté lorsqu’ils rendent visite à une autorité appropriée. Nombre de politiciens locaux en sont venus à respecter, faire confiance et même compter sur les conseils des groupes organisés de la communauté, pour trouver des manières d’améliorer les conditions de vie dans les taudis. La responsabilisation communautaire a grandement accrû la redevabilité des autorités locales et des politiciens. Ils la considèrent comme essentielle lors de la mise en oeuvre de programmes d’amélioration des taudis.

Cibler les actions communautaires Le Dr Kiran Martin, fondatrice et directrice d’Asha, a aussi mis en place des projets de logement innovateurs pour les taudis, avec la collaboration des autorités municipales. Ces efforts ont abouti à la reconnaissance de droits à la terre par le biais d’une coopérative pour l’habitat. Les terrains sont alloués avec des plans de logement préparés par les fonctionnaires. On tire au sort pour déterminer qui aura le terrain et les gens emménagent ailleurs pendant qu’ils se construisent un nouveau foyer. Ils recyclent les matériels de construction de leur ancien logement et en achètent de neufs grâce à des prêts. On construit de nouvelles canalisations pour l’eau et les égouts, un nouveau système d’évacuation des eaux sales, un éclairage public, des trottoirs et des centres communautaires.

La coopérative pour l’habitat demande aux résidents de petites contributions régulières pour couvrir les coûts d’entretien du secteur. Ceci permet au taudis de devenir une zone autosuffisante, gérant ses propres affaires. Ces projets ont complètement transformé les quartiers boueux, sales et surpeuplés. L’octroi du droit de propriété du terrain aux femmes vivant dans les taudis est une caractéristique unique et innovatrice. Ce modèle est devenu la base de la politique des taudis de Delhi.

L’amélioration de l’environnement des taudis, combinée avec le droit foncier, le renforcement du pouvoir de la communauté et des programmes de santé, a engendré d’extraordinaires améliorations dans les conditions de vie et la santé de leurs habitants. Dans les taudis où Asha travaille, le taux de mortalité des jeunes enfants a été grandement réduit, de même que les maladies liées aux eaux sales et à un mauvais assainissement.

Le Dr Ambika Rajvanshi a travaillé pendant 2½ ans avec Asha. Son adresse : Asha Community Health and Development Society, Ekta Vihar, RK Puram Sector 6, New Delhi – 110 022, Inde
Email : ambika@asha-india.org
Site internet : www.asha-india.org


Points d’apprentissage

  • Améliorer la santé demande d’améliorer l’environnement, surtout l’accès à l’eau potable et à l’assainissement.
  • Les groupes communautaires sont essentiel pour apporter des transformations, au niveau des comportements individuels mais aussi des autorités locales, afin de réaliser des changements dans les installations.
  • Fournir aux politiciens et aux autorités locales des pistes précises pour avancer.
  • Des coopératives pour l’habitat octroyant aux femmes la propriété de terres peuvent transformer les taudis.

Étude de cas : Les toilettes de Seelampur

Le taudis de Seelampur abrite 25.000 personnes. Depuis 7 ans, les toilettes étaient négligées, dégoûtantes et infestées d’insectes. Il y a 2 ans, le toit et le sol se sont affaissés. 

Le groupe de femmes de Seelampur (Mahila Mandals) a fait pression sur les autorités locales pendant plusieurs années pour essayer d’avoir de nouvelles installations. Durant la campagne des élections de 2003, elles ont redoublé d’effort. Lorsque la conseillère municipale a commencé sa campagne, les femmes du mahila mandal lui ont déclaré qu’elles ne la soutiendraient pas tant qu’il n’y aurait pas un accord sur les toilettes. De nouvelles toilettes ont rapidement été promises. Cependant, la lutte ne s’est pas arrêtée là. Les femmes ont dû rendre régulièrement visite à la conseillère et au service des taudis, frappant aux portes à maintes reprises jusqu’à ce que les travaux démarrent, 8 mois plus tard. 

Durant la cérémonie d’ouverture, la nouvelle conseillère a remercié Asha de son soutien. Elle a aussi mentionné la persévérance du groupe de femmes de Seelampur. En tant que musulmane, la conseillère a fait l’éloge des femmes pour avoir bravé leur voile et s’être battues afin d’offrir ces améliorations à leur famille. Elle a aussi promis de construire davantage de toilettes et de salles de bain. 

Ce secteur du taudis dispose maintenant d’installations hygiéniques qui vont éviter bien des maladies et préserver la dignité des habitants. Ce succès est l’expression pratique du renforcement du pouvoir des femmes.