La condition de la femme en Inde

Joyce Vaghela

Photo: Caroline Irby, Tearfund
Photo: Caroline Irby, Tearfund
Jawaharlal Nehru, Premier Ministre de l’Inde, a déclaré : « On peut juger l’état d’une nation d’après la condition de ses femmes. »

Le point 13 de la Déclaration de Beijing de la 4ème Conférence mondiale des femmes (1995) stipule : « Le renforcement du pouvoir d’action des femmes et leur pleine participation sur un pied d’égalité à tous les domaines de la vie sociale, y compris aux prises de décision et leur accès au pouvoir, sont des conditions essentielles à l’égalité, au développement et à la paix. »

Il existe de nombreux exemples de ce que les femmes peuvent accomplir lorsqu’on leur en offre l’occasion. En Inde, on trouve des femmes leaders politiques, astronautes, athlètes et écrivains, qui sont un modèle pour les jeunes femmes. Hélas, la pauvreté et les inégalités sociales empêchent nombre de femmes de réaliser leur potentiel. Le principe de l’égalité des sexes fait partie de la constitution indienne, de son système judiciaire et de la politique du gouvernement. Cependant, il existe toujours un grand fossé entre ces principes et la réalité de la condition féminine dans de nombreuses communautés de l’Inde. On peut le voir dans le faible taux d’alphabétisation des femmes et le taux élevé de mortalité maternelle, surtout en zones rurales. Il faut absolument changer les attitudes au niveau de la famille. Les parents doivent garantir que les filles aient accès, comme les garçons, aux soins médicaux, à l’éducation, aux formations, aux opportunités et aux ressources.

La faible valeur donnée aux femmes et aux filles par la société fait qu’elles ont moins de chance de recevoir des traitements médicaux à temps ou une nutrition adéquate, que les hommes. L’accès inégal à la nourriture, l’exigence des travaux pénibles et les besoins nutritionnels spéciaux comme le fer, engendrent la vulnérabilité des femmes et des filles aux maladies, particulièrement à l’anémie. L’anémie par manque de fer est très répandue parmi les Indiennes et affecte la majorité des femmes enceintes. Les femmes anémiques et mal nourries donnent naissance à des bébés sous-alimentés.

[NOTE DE LA RÉDACTRICE On trouve le fer dans les viandes rouges (surtout le foie), les jaunes d’oeuf, les légumes à feuilles vert foncé et les légumineuses. Manger des fruits riches en vitamine C, comme les papayes et les oranges, permet au corps d’absorber le fer.]

Nombre de femmes travaillent deux fois plus d’heures que les hommes car elles accomplissent presque toutes les tâches domestiques en plus du travail à l’extérieur de chez elles. Leur travail domestique n’est ni payé ni reconnu. Le partage égal des responsabilités familiales entre hommes et femmes aidera à améliorer la condition des femmes en Inde. Si les maris font preuve d’amour et de respect envers leur épouse, si les parents donnent la même valeur aux filles qu’aux garçons, ce sera un bon modèle pour la génération à venir.

Joyce Vaghela travaille pour le Service de la santé commu nautaire à l’hôpital St Stephen’s de Delhi, en Inde.

Email : joycevaghela@rediffmail.com