Plaider pour l’assainissement et l’hygiène

Latrines dans une école en République Démocratique du Congo. Photo : PPSSP
Latrines dans une école en République Démocratique du Congo. Photo : PPSSP

Mwakamubaya Nasekwa et François Kiza

La République Démocratique du Congo, qui sort d’une longue guerre, doit relever de nombreux défis, y compris celui d’améliorer les conditions de vie de sa population grâce à la promotion de l’assainissement et de l’hygiène. Les études suggèrent que moins d’une personne sur dix en République Démocratique du Congo (RDC) a un accès adéquat à l’assainissement et à l’hygiène.

Le Programme de Promotion des Soins de Santé Primaires (PPSSP) a réalisé une étude en collaboration avec Tearfund et     « l’Overseas Development Institute » pour découvrir pourquoi si peu de personnes en RDC avaient accès à l’assainissement. L’étude a exploré les problèmes qui entravent le progrès à la fois au niveau national et au niveau local. Au niveau national, nous avons examiné les politiques et les institutions nationales. Au niveau local, nous avons travaillé avec des groupes à thème dirigé pour identifier les influences sur les attitudes et le comportement des gens.

Problèmes pour la politique publique

La première chose à laquelle pensent les gens quand on discute d’assainissement, ce sont les latrines. Pourtant, l’assainissement est bien plus vaste que cela. L’UNESCO et la Banque mondiale définissent l’assainissement comme « le maintien de conditions de propreté et d’hygiène qui aident à prévenir les maladies ».

Sur la base de cette définition, les activités relatives à l’assainissement comprennent :

  • la fourniture, la distribution et le traitement de l’eau propre 
  • l’évacuation sans risques des excréments, le traitement des eaux usées et des déchets industriels, pour réduire la pollution de l’eau
  • la collecte et l’évacuation des déchets
  • la lutte contre les insectes, escargots, rongeurs et autres porteurs de maladies
  • le suivi de la salubrité des aliments, y compris le traitement du lait ; la transformation, le stockage et la distribution de la viande, de la volaille, du poisson et des produits de boulangerie ; l’hygiène dans les restaurants et les bars
  • le suivi de la propreté dans les écoles et les lieux publics
  • a lutte contre la pollution de l’air due à la fumée, à la poussière, aux gaz et aux odeurs.

Les défis

La recherche a trouvé de nombreux facteurs qui entravent la promotion de l’assainissement et de l’hygiène. Ils comprennent :

  • une mauvaise coordination entre les différents ministères gouvernementaux qui assument chacun une responsabilité partielle concernant l’assainissement
  • le manque de priorité politique qui devrait être donnée à l’assainissement quand de nombreuses demandes concurrentes pèsent sur le gouvernement
  • l’absence d’une politique nationale sur l’assainissement et l’hygiène
  • des lois relatives à l’assainissement qui sont obsolètes, peu connues et non observées
  • le manque de personnel compétent et qualifié parce que l’assainissement n’est pas un secteur de travail attrayant et parce que le personnel est soit non payé, soit peu payé
  • le manque de soutien financier pour le secteur et le manque d’infrastructures publiques. Par exemple, il n’y a pas assez de sites de décharge publique, ni d’éboueurs
  • le manque de participation des femmes aux débats et aux prises de décision dans le secteur, même si les femmes participent activement aux tâches d’assainissement au niveau du foyer et dans les lieux publics
  • le poids de la tradition, quand la défécation dans la brousse ou le rejet de déchets sur la route ne sont pas considérés comme des problèmes
  • l’urbanisation et la croissance de la population qui rendent la gestion des déchets difficile dans les villes.

Un rayon d’espoir 

Le PPSSP a utilisé les constats de cette étude pour relever l’image du problème de l’assainissement en RDC. Nous avons plaidé pour des politiques et des pratiques meilleures. Nous avons présenté ces constats à un groupe de décideurs lors d’un atelier tenu dans la province de Kivu et il y a des signes de changement positif. 

Les auteurs travaillent pour le PPSSP (Programme de Promotion des Soins de Santé Primaires) qui est un groupement de partenaires de Tearfund en République Démocratique du Congo. 

Email : ppsspcic@yahoo.fr 

Pour obtenir le rapport complet de l’étude « Assainissement et hygiène dans les pays en voie de développement : identification et intervention sur les barrières », visitez le site : http://tilz.tearfund.org/Research/Water+and+Sanitation+Reports (« The Sanitation Scandal ») d’où il peut être téléchargé en anglais ou en français, ou envoyez un message à l’adresse électronique suivante : ppadministrator@tearfund.org pour en demander une copie sur papier en anglais.