Prévention de la traite des personnes au Cambodge

Par Tim Amstutz

Depuis des années, le Cambodge est au centre de l’attention internationale à cause de la traite des êtres humains qui y est pratiquée, vers l’intérieur du pays comme vers l’extérieur. Pourquoi une telle situation ?

Les difficultés que connaît le Cambodge sont complexes : pauvreté, systèmes de soutien aux familles et aux communautés défaillants, mauvaise application de la loi, corruption à tous les niveaux du gouvernement et de la société, et une vision du monde fataliste (croyant au destin, les gens pensent qu’ils n’ont pas le pouvoir de changer leur vie). Toutes ces difficultés cumulées engendrent un ensemble de facteurs de risques interconnectés. Certains de ces problèmes sont trop vastes pour pouvoir être gérés au niveau communautaire. Ils demandent une prise en charge à l’échelon international.

La forme la plus connue de traite des personnes est liée au commerce du sexe : les filles (et de plus en plus souvent les garçons) sont emmenées de force ou par la ruse pour travailler dans des maisons closes, des bars ou clubs de karaoké, dans le but de proposer leurs services sexuels aux clients. Certains groupes ethniques du Cambodge sont la cible du trafic sexuel car la peau plus claire de ces femmes est très « prisée ».

Néanmoins, dans de nombreux cas, la traite des personnes n’est pas liée au sexe, mais au travail. De jeunes hommes sont par exemple emmenés par ruse pour travailler sans rémunération sur des bateaux de pêche thaïlandais, ou des jeunes femmes sont recrutées pour servir de domestiques dans toute l’Asie, où elles sont souvent victimes de graves violences physiques et ne sont pas payées.

La pauvreté est la principale cause de la traite des personnes au Cambodge. Si une famille est pauvre, elle est très vulnérable à la traite, surtout si ses membres ont reçu peu d’éducation. Enfants et adultes sont plus vulnérables s’ils vivent près d’une frontière avec un autre pays où les passages clandestins sont fréquents. Ils risquent de faire l’objet d’une traite vers le pays limitrophe, sans aucun droit ou système juridique pour les protéger.

Deux priorités majeures guident World Relief Cambodge pour relever le défi de la traite et de l’exploitation. La première consiste à travailler avec l’Église locale et à renforcer son pouvoir d’action. La seconde consiste à concentrer les efforts sur la prévention plutôt que sur le sauvetage. Nous croyons qu’à long terme, il vaut mieux aider les Églises et les communautés à prévenir la traite avant qu’elle ne puisse avoir lieu.

Nous contribuons à empêcher la traite en sensibilisant les gens à ses dangers dans le cadre de tous nos programmes. Exemples :

  • Nos groupes d’enfants et de jeunes se familiarisent avec les « mensonges des trafiquants » (voir pages 8 et 9) pour pouvoir identifier et signaler toute activité suspecte dans leurs communautés.
  • Les groupes d’éducation à la santé pour adultes gérés par l’Église abordent l’importance pour les familles d’avoir non seulement des buts à court terme, mais aussi des espoirs et des rêves à long terme. Ils discutent également de la façon dont ils peuvent se préparer à cet avenir meilleur, afin de ne pas être tentés de rechercher un gain financier rapide.
  • Les responsables d’Église et les paroissiens apprennent à militer pour la protection de leurs enfants et à créer des lieux accueillants pour prendre soin de ceux qui ont été victimes d’exploitation.
  • Les personnes en position de responsabilité au sein des communautés locales apprennent à apporter de la stabilité à leur communauté. Ils bénéficient de formations pour avertir les villageois des risques de la migration transfrontalière et leur expliquer comment émigrer sans risque pour aller chercher du travail.

Nous avons été témoins de résultats remarquables au fur et à mesure que les villageois commençaient à comprendre les véritables dangers de la traite. Certaines mères pleuraient car elles n’avaient pas eu de nouvelles de leur fils depuis plus de deux ans et nous demandaient de les aider à les ramener sains et saufs à la maison. Nous les avons mises en relation avec des organismes qualifiés pour les aider à retrouver leurs fils.

Un plus grand nombre d’enfants poursuivent leur scolarité dans les villages où nous avons animé des ateliers de sensibilisation, parce que leurs parents ont appris à les protéger et à leur préparer un meilleur avenir. Moins de personnes quittent les communautés avec lesquelles nous travaillons, surtout dans celles où nous avons créé des groupes d’épargne. Lorsque les membres de la communauté rejoignent des groupes d’épargne, ils peuvent développer leur entreprise en empruntant de l’argent au groupe. Cela les rend moins vulnérables aux trafiquants et à leurs mensonges, et ils sont moins susceptibles de migrer pour aller chercher du travail dans des endroits où ils pourraient être exploités.

Nous avons beaucoup appris à travers ce travail. Voici certaines des clefs du succès :

  • Utilisez les groupes existants pour les activités de sensibilisation et de prévention Utilisez toujours les groupes communautaires existants, comme les Églises et les réunions régulières des leaders communautaires, pour les sensibiliser et les amener à s’engager à prévenir la traite avant qu’elle n’ait lieu.
  • Sollicitez des bénévoles Nous donnons aux bénévoles de ces Églises et groupes communautaires les informations et les formations nécessaires pour sensibiliser l’ensemble de la communauté aux risques de la traite et ainsi participer à sa prévention.
  • Ayez un impact durable La sensibilisation ne se traduira par une véritable prévention de la traite que si tous les membres de la communauté en comprennent les dangers. En outre, l’ensemble de la communauté doit s’engager à se protéger par les moyens qu’elle aura elle-même mis au point et choisis.
  • Faites simple La plupart des Églises et des groupes communautaires ne sont pas équipés pour dispenser des programmes qui exigent des compétences complexes ou une formation professionnelle, comme l’organisation d’un sauvetage ou le soutien psychologique aux survivants traumatisés. Ils doivent donc plutôt se concentrer sur les actions de prévention comme la sensibilisation et les activités qui renforcent les communautés vulnérables face à la traite.

Tim Amstutz est le Directeur pays de World Relief Cambodge. Pour en savoir plus sur le travail de World Relief, allez sur leur site Internet : www.worldrelief.org ou envoyez un courriel à TAmstutz@wr.org

Le « continuum de prise en charge » indique les diverses réponses possibles à la traite des personnes, de la prévention à la réhabilitation.
Le « continuum de prise en charge » indique les diverses réponses possibles à la traite des personnes, de la prévention à la réhabilitation.
Tim Amstutz