Une agriculture respectueuse de la nature

Pas à Pas 110 - L'agriculture durable

Pas à Pas 110 traite des différentes stratégies que peuvent adopter les agriculteurs pour préserver la bonne santé des écosystèmes et la productivité de leur exploitation

Maria a monté des murets en pierre pour retenir l’eau de pluie et lui permettre de pénétrer le sol, créant ainsi une zone où elle peut faire pousser de nombreuses espèces d’arbres et de cultures. Photo : Acervo Diaconia

UNE AGRICULTURE RESPECTUEUSE DE LA NATURE

L’eau et la nourriture sont essentielles à la vie. Pourtant, partout dans le monde de nombreuses personnes ont faim et soif. La surexploitation des ressources naturelles en est une des causes. Dans la région semi-aride du nord-est du Brésil, Diaconia promeut une agriculture qui soutient la production de nourriture tout en rétablissant la santé des écosystèmes. Cette approche porte le nom d’agroécologie.

L’agroécologie promeut des pratiques agricoles qui :

  • renforcent la santé et la biodiversité des écosystèmes
  • utilisent des ressources locales et renouvelables
  • valorisent les savoir-faire traditionnels des agriculteurs et respectent leurs priorités
  • intègrent avec précaution de nouvelles innovations et technologies qui ont des avantages environnementaux, économiques et sociaux. 

Cette approche vise à garantir un salaire décent au producteur et à permettre aux communautés l’accès à des produits locaux abordables. Par le biais du plaidoyer et de la représentation des agriculteurs, les décisionnaires sont priés de tenir compte des besoins des agriculteurs et des personnes qui bénéficient de leurs produits. Cela implique d’écouter les producteurs et les consommateurs, et de les faire participer aux prises de décision à tous les niveaux politiques.

L’agroécologie promeut des relations équitables entre les personnes, et entre les personnes et l’environnement dans lequel elles vivent. Cette approche est axée sur une production de nourriture en collaboration avec la nature, sans lui nuire.

CRÉATION D’UNE OASIS 

La ferme familiale de 27 hectares de Maria José se trouve dans une région du Brésil sujette à de longues saisons sèches et de brèves pluies intenses. L’eau a toujours été une denrée rare, mais le changement climatique entraîne des périodes de sécheresse encore plus longues et des précipitations plus imprévisibles. La déforestation à grande échelle a encore aggravé la situation, et la rivière la plus large qui traverse cette zone est en train de s’assécher.

Malgré ces difficultés, avec le soutien de Diaconia, Maria a pu transformer sa ferme en une oasis de verdure. Elle tire le meilleur parti des ressources limitées en accroissant la biodiversité naturelle et en s’assurant que l’eau et les nutriments sont recyclés et qu’ils ne sont pas gaspillés. Le fait de diversifier ses sources de revenu (récoltes, animaux et produits forestiers) l’a aidée à stabiliser le revenu de sa famille.

Le bétail est un élément important du système agricole de Maria. Photo : Thomas Lohnes

ZÉRO GASPILLAGE

« Avant, nous puisions toute notre eau auprès des sources naturelles, dit Maria. Mais avec l’installation d’un réservoir de 16 000 litres, les choses ont changé. Nous pouvons désormais produire davantage de nourriture et utiliser au mieux l’eau dont nous disposons. »

La citerne est remplie par de l’eau qui s’écoule naturellement vers le bas de la pente quand il pleut. En outre, Maria a érigé des murets en pierre sur les courbes de niveau pour ralentir le ruissellement de l’eau et lui permettre de pénétrer davantage dans le sol. La famille réutilise également les eaux usées de la cuisine et de la douche pour arroser les légumes et les autres plantes qui poussent près de la maison.

Maria poursuit : « Nous protégeons les sources en plantant différentes espèces d’arbres et de plantes. Nous avons des bromélias résistants à la sécheresse, dont les feuilles sont épaisses et charnues. Ils nous servent à alimenter les animaux mais aussi à améliorer la biodiversité et à protéger le sol. Ces plantes permettent aux animaux de survivre en période de sécheresse. »

Grâce aux plantes fourragères et aux arbres, les animaux peuvent brouter à l’ombre. Leur fumier est recueilli et utilisé pour fertiliser les cultures. Une partie des excréments des vaches, des chèvres et des porcs est également placée dans un biodigesteur qui produit du gaz utilisé pour la cuisson. Grâce à cela, la famille ne brûle plus de bois et il n’y a pas de fumée dans la cuisine. Le sous-produit du biodigesteur est un engrais organique précieux.

Maria produit différentes cultures, dont du maïs, des légumes et des fruits. Elle récolte et stocke précieusement les graines des plantes les plus productives pour les semer l’année suivante. Une unité de fabrication de pulpe de fruit fournit des revenus supplémentaires à la famille.

DE NOMBREUX VISITEURS

« Je suis reconnaissante car ma famille est devenue un exemple pour la communauté. Nous recevons de nombreux visiteurs et nous encourageons nos voisins à cultiver de manière durable », explique Maria.

En exploitant au mieux les ressources disponibles et certaines technologies appropriées, Maria a réussi à développer une exploitation diversifiée et productive. En outre, la ferme apporte de nombreux avantages environnementaux et sociaux à la région, notamment davantage d’arbres et un meilleur accès à l’eau. Avec l’aide de Diaconia, Maria a créé un grand réservoir d’eau sur ses terres qui est utilisé par l’ensemble de la communauté.


Waneska Bonfim
Waneska Bonfim est coordinatrice du plaidoyer et de l’éducation pour Diaconia. Diaconia est une organisation à but non lucratif qui a vocation à promouvoir la justice et le développement social au nord-est du Brésil. E-mail : waneska@diaconia.org.br www.diaconia.org.br