L’album de l’éditrice! - Des ‘trucs’ du monde entier

Les canards de Barbarie sont une excellente façon de contrôler la prolifération des mouches. Récemment, à une cérémonie au Togo, on a tué plusieurs canards de Barbarie pour les faire cuire. Un employé du Projet Heifer leur a ouvert le jabot, pour savoir ce qu’ils avaient mangé. (Le jabot est une poche dans la gorge des oiseaux où la nourriture est emmagasinée avant d’être digérée). Tous les jabots étaient pleins de centaines de mouches!

Les cochons peuvent causer des dommages sérieux dans les récoltes. En Papouasie Nouvelle Guinée on les attache pour éviter cela. Dans certaines régions on leur attache fermement autour du cou des colliers triangulaires de bois ou de bambou. Les cochons qui se détachent sont alors incapables de passer par les clôtures.

Les fermiers du Transkei, en Afrique du Sud, ont pour tradition de prêter des animaux de la ferme à leurs voisins et parents. Celui qui emprunte s’occupe des animaux jusqu’à ce qu’ils aient reproduit. Les animaux sont alors rendus à leur propriétaire mais celui qui les avait empruntés garde une partie de leur progéniture. Ce système marche bien car il est ancestral et bien compris de tous. Ceux qui prêtent accroissent leurs animaux sans avoir à les nourrir ou à s’occuper d’eux; ceux qui empruntent ont des animaux sans avoir à les acheter.

De nouvelles espèces d’oies et de canards ont été introduites dans la région grâce à ce système. C’est une réussite.

La diarrhée affecte souvent les jeunes animaux tels que les veaux, chèvres et petits cochons. Les médicaments sont chers et pas toujours disponibles. Des travaux en Indonésie ont montré que les animaux réagissent bien au Traitement de Réhydratation Orale (TRO) - tout comme les enfants! Préparez TRO exactement comme pour les gens et administrez-le régulièrement avec une bouteille propre (bouteille de sucrerie par exemple). Veillez à ce que l’animal malade reste propre et séparez-le des autres.

Le projet de bétail Heifer en Ouganda distribue des vaches ‘améliorées’ si le fermier accepte de promettre qu’il remettra la première-née des femelles au Projet, afin qu’un autre fermier en bénéficie. C’est une idée biblique - le partage des bénéfices - et cela permet aussi de construire le cadre de la communauté africaine.

Un fermier évangéliste du Nigéria a découvert qu’il était capable de sauver ses poussins qui s’étranglaient en incisant leur jabot avec précaution, pour ensuite le débloquer et le recoudre.

Le meme fermier a aussi découvert qu’il pouvait faire éclore des oeufs en les enveloppant dans du coton et en les mettant dans un coin chaud de sa hutte. (Ceci a eu lieu dans une région très chaude du Nigéria).

Stephen German écrit du Zaïre...
‘Si les animaux tels que les chèvres causent un problème en abîmant les récoltes, essayez de mélanger un peu de leur fumier avec de l’eau puis arrosez-en les récoltes qu’elles mangent’.

Un projet réussi d’élevage de lapins à St Kitts (Caraïbes) a pour règle de tuer tout lapin malade. Ils n’essaient pas de les soigner et ainsi la maladie ne peut pas se propager - seuls les lapins forts et en bonne santé se reproduisent et on ne dépense pas un sou en médicaments.

Un fermier du Nigeria a trouvé une idée intéressante pour protéger ses poussins des faucons. Ils les a teints avec du violet de gentiane (ou permanganate de potassium) qu’on peut se procurer dans les grandes pharmacies ou projets pour la santé. Ce produit chimique ne fait pas de mal aux poussins et sa couleur violette fait fuire les faucons.