Courrier des lecteurs

L’Azadina d’Inde (Neem) dans le traitement de la gale

J’ai été très intéressée par votre article (dans Pas à Pas N°6) sur l’utilisation de l’Azadina et j’aimerais ici vous faire part de la façon dont cet arbre est utilisé au Bangladesh comme aide naturelle à la santé.

Pour le traitement de la gale nous enseignons un traitement traditionnel à faire à la maison :

  • Faire bouillir quelques feuilles d’Azadina dans une casserole d’eau.
  • Quand l’eau verdit, retirer les feuilles et les moudre en leur ajoutant une racine crue de cucurma (safran des Indes).
  • Utiliser l’eau pour baigner l’enfant et appliquer la crème sur la peau affectée. Continuer ceci pendant trois jours.

Les feuilles d’Azadina peuvent être séchées et réduites en poudre, qui est ensuite stockée bien à sec dans une boîte métallique. On peut en manger un peu avec du riz, tous les jours, jusqu’à ce que la gale ait disparu. Un proverbe indien dit: « Si tu manges la feuille amère de l’Azadina ta vie sera douce. »

Ethne M Flintoff, Armée du Salut, Jessore, Bangladesh.

L’utilisation de l’Azadina

J’aimerais faire quelques commentaires sur l’utilisation de l’Azadina. Je pense que c’est un arbre très utile pour beaucoup de fermiers qui ne peuvent pas s’acheter de produits chimiques.

D’après mon expérience il n’est pas aussi facile d’utiliser les graines que les feuilles de l’Azadina. Les feuilles séchées à l’ombre peuvent être réduites en poudre et mélangées ainsi à de l’eau qu’on pulvérise ensuite, ou bien on utilise la poudre telle quelle comme insecticide.

L’article conseille de faire sécher les feuilles à l’ombre mais j’ajouterai que les graines aussi doivent être séchés à l’ombre car l’ingrédient actif de l’Azadina (azadirachtine) est décomposé par les rayons ultraviolets (et donc à la lumière du soleil).

On doit aussi noter et souligner que l’effet de l’Azadina n’est pas immédiat: ce n’est pas soudain que tous les insectes tombent foudroyés. L’Azadina repousse les insectes et ralentit leur développement. A la longue c’est très efficace mais les fermiers qui s’attendent à des résultats immédiats sont déçus et abandonnent trop vite ce qui est une méthode très profitable à long terme.

L’Azadina a aussi bien d’autres propriétés utiles. Au Soudan on se sert des feuilles comme litière pour les poulets et ceci aide à la lutte contre les poux et les puces. Si l’on donne des feuilles fraîches aux chèvres, elles auront moins de vers.

L’Azadina est un arbre très utile et on devrait en encourager la plantation dans tous les programmes car il a maintes utilisations. Cependant, ses graines sont difficiles à faire germer car elles sont vite périmées. Au Soudan nous avons remarqué qu’il valait mieux arracher des plants sauvages (sous les vieux Azadina mieux établis) et les transplanter dans des sacs-tubes en plastique.

J’espère que ces commentaires seront utiles. Personnellement, je trouve Pas à Pas très utile dans mon travail.

Dr Roger Sharland, Coordinateur OAIC/RDE, PO Box 21736, Nairobi, Kenya. 

La récupération d’eau des toits de chaume

Merci beaucoup à Pas à Pas. C’est très utile et intéressant. Le magazine est particulièrement utile aux responsables que nous formons pour la santé des communautés.

Nous avons une question à vous poser et espérons que quelqu’un pourra y répondre. Le réservoir en béton armé semble absolument merveilleux (Pas à Pas N°1). Malheureusement 99% des maisons ici ont un toit de chaume. L’eau récupérée est d’une horrible couleur et a un goût fort déplaisant.

Quelle serait la façon de faire une gouttière autour du toit pour récupérer et conduire l’eau au réservoir et y a-t-il une manière d’en améliorer le goût ?

En espérant que quelqu’un puisse nous aider.

Marie-Christine Lux, Rafai, République Centre Africaine.

Eléments pour les latrines où l’on utilise l’eau…

Ceux-ci sont généralement disponibles dans les pays où ce type de latrines est courant. Ils sont faits de plastique, ciment, ou céramique et ne sont généralement pas trop coûteux. On peut les fabriquer en utilisant du ciment et des moules mais on obtient des surfaces rugueuses souvent difficiles à nettoyer.

Ce groupe de potiers au Bangladesh, le groupe Kumrakapon Kumvoker, a été formé à cette tâche de fabrication d’éléments de latrines-fosse en deux semaines exactement. A présent, ils produisent ces éléments avec succès et à prix très bas pour une demande sans cesse croissante.