Pourquoi les femmes gagnent-elles moins ?

Pas à Pas 103 - L’entrepreneuriat

Pas à Pas 103 propose de nombreux conseils pratiques pour faire prospérer son entreprise.

Household tasks are often viewed as women's responsibility
Les tâches ménagères sont souvent considérées comme incombant aux femmes. Illustration : Petra Röhr-Rouendaal, Where there is no artist (deuxième édition)

Pourquoi les femmes gagnent-elles moins ?

Mari Williams 

À travers le monde, de nombreux obstacles empêchent les femmes de s’investir dans le domaine de l’entrepreneuriat et des affaires. Les femmes gagnent généralement moins que les hommes, ont moins de contrôle sur les ressources et moins de pouvoir de décision en ce qui concerne l’argent. Comment cela se fait-il ? Quels sont les obstacles à l’émancipation économique des femmes, et comment ceux-ci peuvent-ils être surmontés ? 

Il existe de nombreux facteurs corrélés et souvent complexes qui favorisent ou empêchent l’émancipation économique des femmes. L’accès des femmes et des filles à l’éducation et à la formation joue un rôle clé. Malgré les progrès réalisés dans ce domaine au cours des dernières années, encore aujourd’hui, et dans de nombreux pays, les filles ont moins de chances que les garçons de poursuivre leurs études secondaires et de les terminer. Le manque d’accès aux ressources financières comme les crédits et l’épargne, et aux biens matériels comme la terre et la propriété, représente également un obstacle majeur.  

Derrière beaucoup de ces obstacles se cachent des normes sociales et sexospécifiques préjudiciables, qui régissent les comportements acceptables au sein d’un groupe ou d’une société. Ces normes déterminent les rôles qui sont considérés comme appropriés pour les femmes et les hommes, les filles et les garçons. Bien souvent, il incombe aux hommes de pourvoir aux besoins de leur famille, alors que les femmes sont chargées des tâches ménagères, comme la collecte de l’eau et du combustible, la cuisine et le ménage. Cela implique que les femmes et les filles ont moins de temps pour gagner leur vie et participer aux projets et aux processus décisionnels. 

Il existe également de nombreux facteurs structurels, comme des règlements, des lois ou des politiques gouvernementales qui peuvent favoriser ou freiner l’émancipation économique des femmes. 

Que peut-on faire ? 

L’émancipation économique des femmes nécessite des changements et des mesures dans tous les domaines : sur le plan individuel, des ménages, des communautés, des institutions, des ONG, du secteur privé et des gouvernements. Mais aucun changement ne pourra, à lui seul, faire tomber tous les obstacles. Si l’on veut aider les communautés à élaborer des programmes de moyens de subsistance, il est important de tenir compte de tous les obstacles qui peuvent limiter la participation des femmes. 

De nombreuses mesures positives peuvent être prises. En voici quelques exemples :  

  • s'intéresser aux normes sociales et sexospécifiques préjudiciables grâce à la formation communautaire 
  • réduire le fardeau que représente le travail domestique non rémunéré en améliorant certaines choses, par exemple les fourneaux et l'accès à l’eau potable et à l’assainissement 
  • mener un plaidoyer pour que les femmes qui ont un travail rémunéré aient un salaire minimum adéquat, un contrat et des conditions de travail sûres aider les femmes à accéder à une formation à l’alphabétisation et à d’autres savoir-faire 
  • promouvoir des groupes d’épargne et de crédit et des groupes d’entraide (voir page 21
  • mener un plaidoyer pour changer les lois, les politiques et les pratiques qui limitent les opportunités offertes aux femmes 
  • aider les filles à s’inscrire à l’école et à terminer leur scolarité. Pour cela, il sera peut-être nécessaire de remettre en cause certaines normes sociales et de s’attaquer au problème du manque d’installations sanitaires dont les filles ont besoin pour fréquenter l’école lorsqu’elles ont leurs règles. 

Lorsque les femmes ne sont pas autonomes sur le plan économique la communauté entière est touchée. En revanche, lorsque le pouvoir d'action économique des femmes est renforcé, les familles sont plus heureuses et en meilleure santé, les relations sont meilleures, la productivité augmente et la pauvreté recule dans l’ensemble de la communauté. 

Mari Williams est chercheuse et auteur. Elle travaille avec l’équipe technique de Tearfund. 

E-mail : mari.williams@tearfund.org 

Révéler, une des ressources de Tearfund, contient de nombreux outils sur les questions abordées dans cet article (www.tearfund.org/Reveal/FR). 


Mon programme de moyens de subsistance est-il adapté aux femmes ? 

Voici quelques exemples de questions à se poser : 

  • Comment prévoyez-vous de consulter les femmes et les hommes pour la conception du programme ? Par exemple : allez-vous organiser des groupes de discussion séparés pour les hommes et pour les femmes ? 
  • Est-ce que certaines activités pour les femmes fonctionneraient mieux si elles étaient encadrées par des membres féminins du personnel de programme ? 
  • Les femmes peuvent-elles assister aux formations, etc. ? Faudra-t-il leur fournir un moyen de transport ou les aider à faire garder leurs enfants ? 
  • Quel est le niveau d’alphabétisation des femmes et des hommes, et comment pourriez-vous adapter vos documents en conséquence ? 
  • Quel sera l’impact du projet sur les femmes et les hommes à court et à plus long terme (sur le plan social, économique et politique) ? Comment pourriez-vous en réduire les éventuels effets négatifs ?