De la place pour tous : une Église inclusive

Pas à Pas 108 - Vivre avec un handicap

Pas à Pas 108 contient de nombreux conseils pratiques pour aider nos Églises et nos communautés à mieux intégrer les personnes en situation de handicap.

De la place pour tous : une Église inclusive

Karla (nom fictif) assumait des responsabilités dans son Église : elle enseignait à l’école du dimanche et participait à l’organisation de nombreuses activités de l’Église. Puis elle a progressivement perdu sa mobilité, et a eu le sentiment qu’elle ne pouvait plus assumer ses responsabilités. Découragée, elle a décidé de rester chez elle. Quel intérêt d’aller à l’Église ? Elle ne se sentait plus la bienvenue dans sa congrégation, et peu à peu la dépression s’est installée.

Ce n’était pas uniquement parce qu’elle devait utiliser un fauteuil roulant. Ce qui affectait le plus Karla, c’était qu’elle se sentait mise à l’écart. 

Il allait s’écouler trois ans avant qu’elle ne découvre que l’amour de Dieu pour chaque personne est le même, avec ou sans handicap. Lorsqu’elle a réalisé cela, elle a de nouveau eu le sentiment d’avoir quelque chose à offrir. Elle est retournée à l’Église et a recommencé à enseigner. Elle a entrepris de travailler avec d’autres personnes en situation de handicap ; elle leur parle de l’amour de Dieu et les aide à comprendre qu’elles ont de la valeur et une place dans la communauté de Dieu. 

Comment pouvons-nous faciliter les choses pour les personnes atteintes de handicap, afin qu’elles puissent pleinement participer à la vie de l’Église et de la communauté ? Voici quelques idées.

Étudiez la Bible pour découvrir des vérités importantes

  • La diversité est inhérente à la création. Nous sommes tous créés à l’image de Dieu (Genèse 1:27-31 ; Psaume 139:13-16), mais nous ne sommes pas tous identiques. 
  • Nous avons tous un rôle à jouer (voir l’image utilisée pour décrire l’Église en tant que corps du Christ dans 1 Corinthiens 12, particulièrement aux versets 21 à 23). 
  • Le handicap n’est ni un jugement de Dieu ni une punition pour notre péché (Jean 9:1-3). 
  • Dieu est aux commandes et il accorde des dons à ceux qu’il choisit, qu’ils soient en situation de handicap ou non (Exode 4:10-12).

Renseignez-vous sur le handicap

  • Au moins 15 pour cent de la population du monde vit avec un handicap quelconque. Cela représente un nombre considérable de personnes souvent oubliées et exclues. 
  • Chaque personne est différente, avec ou sans handicap ! Nous devons oublier les stéréotypes et apprendre à apprécier chaque personne pour ce qu’elle est. Il n’y a pas de « nous » et « d’eux ». Même si peu d’entre nous sommes nés avec un handicap, bon nombre d’entre nous serons en situation de handicap à un moment ou un autre de notre vie. 
  • Ces handicaps peuvent être visibles ou cachés (p. ex. la surdité). Renseignez-vous sur les nombreux types de handicaps qui existent et faites le nécessaire pour que tout le monde bénéficie du soutien dont il a besoin. N’oubliez pas que, comme Karla, les gens peuvent souffrir de plusieurs types de handicap en même temps, p. ex. mobilité réduite et dépression. 
  • Il est essentiel de demander aux personnes en situation de handicap ce que l’on peut faire pour les aider à prendre part à la vie de l’Église. Parfois les gens manquent d’assurance et doivent être délibérément encouragés à utiliser leurs dons et leurs talents pour bénir et enrichir l’Église.
Les Églises peuvent fournir un soutien essentiel aux familles qui s’occupent de proches atteints de déficience sévère. Photo : Brenda Darke
Les Églises peuvent fournir un soutien essentiel aux familles qui s’occupent de proches atteints de déficience sévère. Photo : Brenda Darke

Faites appliquer la loi

Au cours de la dernière décennie, la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées a été ratifiée par la plupart des pays dans le monde. Les lois nationales fondées sur cette convention doivent protéger les droits des personnes en situation de handicap.

  • Vérifiez si votre pays a signé cet accord (voir ci-dessous) et renseignez-vous sur les lois de votre pays relatives au handicap. Discutez avec vos responsables d’Église de l’importance pour les Églises de protéger et de promouvoir les droits des personnes en situation de handicap. Encouragez-les à faire les éventuels changements nécessaires qui permettront à votre Église de devenir un lieu accueillant pour tous.  
  • Si vous ne savez pas comment adopter une approche fondée sur les droits de la personne, inspirez-vous de Lévitique 19:14 : « Tu ne maudiras pas un sourd ... mais tu craindras ton Dieu. » Nous voyons ici que Dieu tient à ce que les personnes en situation de handicap soient respectées. Dieu lui-même les défend.

Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées

Il s’agit d’un accord juridique international ayant pour but de protéger et de promouvoir les droits humains des personnes en situation de handicap. Depuis 2006, il a été signé par la plupart des pays dans le monde. Il reconnaît « qu’il importe que les personnes handicapées aient pleinement accès aux équipements physiques, sociaux, économiques et culturels, à la santé et à l’éducation ainsi qu’à l’information et à la communication pour jouir pleinement de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales. »

Pour savoir si votre pays a signé cet accord, allez sur www.un.org. La convention peut être téléchargée dans plusieurs langues, en gros caractères et sous forme de vidéo en langue des signes. 

Soyez respectueux

La convention de l’ONU nous aide à comprendre le genre de langage que nous devons utiliser. La plupart des personnes qui vivent avec un handicap n’ont pas de mal à reconnaître que leur corps ne fonctionne pas comme elles le voudraient, mais elles souhaitent que les autres les acceptent comme elles sont. Pensons aux réactions que nous avons à leur égard et à notre façon de les considérer, et répondons à leur besoin d’amitié.

  • Au lieu de dire « les handicapés » ou de parler de « gens en fauteuil roulant », dites plutôt « personnes en situation de handicap ». Cela permet de mettre l’accent sur la personne plutôt que sur son handicap. 
  • Apprenez aux enfants dès le plus jeune âge à être respectueux des personnes en situation de handicap et à ne jamais les insulter ou se moquer d’elles. 
  • Adressez-vous directement à la personne (pas par l’intermédiaire de son soignant), établissez un contact visuel, appelez-la par son nom, souriez-lui et soyez sincère. N’élevez pas la voix et ne soyez pas condescendant. La personne vous fera clairement comprendre si elle ne vous entend pas ou si elle ne comprend pas ce que vous dites. Essayez de découvrir de quelle façon votre nouvel-le ami-e communique.

Faites preuve d’amour

Il existe d’innombrables moyens de se montrer prévenant et de faire preuve d’attention à l’égard des personnes qui vivent avec un handicap. Elles ne demandent pas notre pitié. Ce qu’elles veulent, c’est avoir des opportunités, et parfois recevoir une aide concrète. 

  • Créez un groupe qui s’emploiera à évaluer dans quelle mesure votre Église est accessible aux personnes avec divers handicaps. Pensez à y inclure des personnes qui vivent avec un handicap, car elles sont les mieux placées pour savoir ce qui est important.  
  • Veillez à ce que des aménagements soient faits (p. ex. rampes d’accès, rambardes et toilettes accessibles) pour que tout le monde puisse accéder au bâtiment et s’y sentir à l’aise. 
  • Mettez en place un service de transport pour les personnes qui ont des difficultés à marcher ou à utiliser les transports en commun. Rendez-leur visite chez elles si elles ne peuvent pas se rendre à l’Église.
  • Offrez votre amitié à une personne qui a une déficience intellectuelle et des difficultés à suivre le culte. Le fait de lui expliquer la prédication autour d’un repas à votre domicile pourrait l’aider à se sentir intégrée.  
  • Apprenez la langue des signes. 
  • Saluez les gens à l’entrée et aidez les personnes aveugles, malvoyantes ou à mobilité réduite à trouver leur chemin. Des indications claires et de gros caractères pourront également être utiles.

Déficience intellectuelle

Une déficience intellectuelle est provoquée par la façon dont le cerveau se développe pendant la grossesse, lors de l’accouchement, ou peu de temps après. Les personnes atteintes de déficience intellectuelle mettent souvent plus de temps pour apprendre et peuvent avoir besoin d’aide pour acquérir de nouvelles compétences, comprendre certaines informations et interagir avec les autres. 

Le degré de soutien dont elles ont besoin est variable. Par exemple, une personne atteinte de déficience intellectuelle légère peut n’avoir besoin d’aide que pour certaines choses, comme pour trouver un emploi. Mais une personne atteinte de déficience intellectuelle sévère peut avoir besoin d’une prise en charge à plein temps. Avec l’aide appropriée, de nombreuses personnes atteintes de déficience intellectuelle peuvent vivre de façon autonome.

Prenez soin des familles

Bien souvent, les familles de personnes en situation de handicap sévère sont en proie à une grande fatigue et ont des difficultés à faire face. Elles prennent soin de leurs proches toute la journée, tous les jours, et ont parfois très peu d’aide de l’État.

C’est là que l’Église peut jouer un rôle important : elle peut établir le contact avec ces familles et leur offrir du soutien.

  • Organisez des événements où les aidants pourront se détendre, étudier la Bible, partager leurs espoirs et leurs craintes et prier ensemble. Prévoyez des activités pour les personnes dont ils s’occupent, dans une autre salle où elles pourront faire des jeux et en apprendre plus sur Dieu. 
  • Proposez une aide concrète, comme par exemple aider avec les rendez-vous à l’hôpital, participer aux tâches domestiques ou préparer des repas en cas de maladie. 
  • Soyez présents pour ces familles et manifestez-leur de l’amour et une amitié sincères.

Brenda Darke
Brenda Darke est enseignante spécialisée auprès d’enfants atteints de déficiences intellectuelles sévères. Elle dispense actuellement des formations en institut biblique sur la question du handicap et travaille avec différents groupes en Amérique latine pour promouvoir l’intégration des personnes en situation de handicap dans l’Église. Elle est l’auteur de l’ouvrage primé Un camino compartido (Un chemin partagé). E-mail : brenda@letraviva.com Adresse : c/o Latin Link, 87 London Street, Reading, RG1 4QA, Royaume-Uni. Téléphone : +44 (0)118 957 7100