Comment se produit l’érosion du sol

par Mike Carter.

Imaginez que vous ayez a pousser un tombereau chargé, dans une pente faible. Il vous faut d’abord faire bouger le tombereau - il faudra peut-être que vous poussiez fort. Une fois le tombereau en mouvement, une simple poussée continue pourra le faire descendre. Mettre le tombereau en mouvement au début demande beaucoup d’efforts - maintenir son mouvement après est plus facile.

Cette image peut vous aider à comprendre et à contrôler l’érosion du sol. Si des particules de terre sont entraînées le long d’une pente, il faut bien que quelque chose fournisse une poussée initiale qui les fasse d’abord bouger et ensuite continue à les entraîner sur la pente. Dans le cas de l’érosion par le vent, un fort coup de vent peut soulever la terre; puis, un vent très doux peut suffire à la déplacer dans l’air sur de très longues distances.

Dans le cas de l’érosion par l’eau, l’agriculteur a deux ennemis…

Deux ennemis

L’impact des gouttes de pluie
La force des gouttes de pluie frappant le sol produit des éclaboussures qui soulèvent des particules de terre dans l’air. Elle divise aussi les mottes de terre en morceaux plus petits, qui bougent plus facilement. Les éclaboussures rendent aussi le sol lisse, elles remplissent les fentes d’argile et l’eau ne peut donc pénétrer cette surface que lentement.

L’eau de ravinement
L’eau de ravinement est celle qui dévale à la surface d’une terre en pente. Ceci se produit quand la pluie tombe plus rapidement que le sol ne peut l’absorber. Plus l’eau dévale vite, plus elle entraîne de particules de terre. La vitesse à laquelle l’eau dévale dépendra aussi de la pente et de la longueur du versant.

Deux solutions

Couvrir le sol
Couvrir le sol le plus possible. Tout ce qui est capable d’absorber l’énergie des gouttes de pluie sera utile - surtout au début de la saison des pluies quand les orages sont généralement les plus violents et que le sol est souvent dénudé.

Il est nécessaire que la couverture soit près du sol afin de le protéger. Par exemple, les feuilles de hauts arbres ne servent pas à grand’chose, mais celles d’arbustes bas protègent très bien la surface du sol.

Barrières
Arrêter l’eau qui dévale ou la ralentir pour qu’elle entraîne moins de terre.

Tout ce qui rend le sol plus plat ou qui divise la pente en sections moins longues réduira la vitesse de l’eau qui dévale. L’eau se déplaçant moins vite érode moins et a aussi plus le temps de s’infiltrer.

Dans les régions de forts orages, construire des barrières fortes et créer des systèmes de canalisation des eaux qui évacuent l’eau en excès.

Des méthodes de contrôle

Méthodes pour couvrir le sol
Paillis
Cultures couvrantes ou fumier vert
Cultures intercalées ou mélangées
Planter de bonne heure
Résidus de cultures
Agrosylviculture
Culture minimum

Méthodes de barrières
Bandes d’herbe sur les courbes de niveau
Haies et arbres sur les courbes de niveau
Courbes de niveau labourées
Talus et fossés sur les courbes de niveau
Cultures plantées sur les courbes de niveau
Débris amassés sur les courbes de niveau
Construire des terrasses

 

Il vaut généralement mieux utiliser plusieurs méthodes ensemble. Par exemple, paillis et bandes d’herbe en même temps que haies sur les courbes de niveau.

Mike Carter est Directeur de T-CORD au Collège d’Agriculture de Bishop Burton, Beverley, North Humberside, Royaume-Uni, et a travaillé pour la conservation du sol en Papouasie-Nouvelle Guinée et au Kénya.