Éditorial

Dans le monde, une personne sur trois est un enfant. Dans les pays en voie de développement, c’est presque une personne sur deux. Ce numéro nous rappelle combien le potentiel des jeunes est souvent ignoré à notre détriment. Dans de nombreux pays, les enfants sont parfois employés comme main-d’œuvre au rabais, souvent exploités, et travaillent dans de mauvaises conditions pour un salaire très bas. Leur santé et leur amour-propre en souffrent très sérieusement. Ces jeunes gens sentent qu’ils n’ont pas de place dans la société, voient les autres bien vivre, et peuvent facilement glisser vers le crime et avoir recours à la violence pour obtenir ce qu’ils veulent.

Pour nous tous, les enfants représentent l’avenir. La Bible nous rappelle comment Dieu envisage leur potentiel. Nous devrions tous travailler pour nous assurer non seulement que les jeunes gens soient bien soignés, soutenus et encouragés pour qu’ils atteignent leur plein potentiel, mais qu’on leur permette aussi de partager leurs points de vue. Le poème qui précède est depuis bien des années sur le mur de ma cuisine pour me rappeler comment traiter mes propres enfants.

Si les enfants vivent avec la critique
Ils apprennent à condamner
Si les enfants vivent avec l’hostilité
Ils apprennent à se battre
Si les enfants vivent avec le ridicule
Ils apprennent à être timides
Si les enfants vivent avec la honte
Ils apprennent à se sentir coupables
Si les enfant vivent avec la tolérance
Ils apprennent à être patients
Si les enfants vivent avec des encouragements
Ils apprennent la confiance
Si les enfants vivent avec les louanges
Ils apprennent à apprécier
Si les enfants vivent avec la loyauté
Ils apprennent la justice
Si les enfants vivent avec la sécurité
Ils apprennent à avoir la foi
Si les enfants vivent avec l’approbation
Ils apprennent à s’aimer eux-mêmes
Si les enfants vivent avec l’acceptation et l’amitié
Ils apprennent à trouver l’amour dans le monde.