Les soins de santé à domicile

Dr Shobha Arole

Photo: Jim Loring
Photo: Jim Loring

Dans le monde entier, lorsqu’ils sont malades, les gens ont tendance à dépendre des médecins et à prendre des médicaments, que leur maladie soit bénigne ou plus grave. Pourtant, la plupart des maladies bénignes peuvent être soignées à la maison. Les parents ou les soignants peuvent apprendre à reconnaître les maladies courantes. Ils peuvent apprendre des techniques simples pour traiter ces maladies à la maison. Cela renforce le pouvoir d’action du soignant, réduit les frais médicaux et évite aux gens de devoir se rendre à l’hôpital, sauf en cas d’urgence. 

Voici quelques conseils simples pour traiter les problèmes de santé courants.

La malnutrition

Une bonne nutrition est vitale pour se maintenir en bonne santé, plus particulièrement pour les jeunes enfants, les femmes enceintes et les personnes malades. Consommer des aliments nutritifs en quantité suffisante aide le corps à bien se développer, à résister aux maladies et à mieux se rétablir. Lorsque les enfants souffrent de malnutrition ou qu’ils sont malades, bien souvent ils sont irritables et n’ont pas envie de manger. Il peut arriver que les parents baissent les bras et arrêtent de s’efforcer de nourrir leur enfant. Cela ne fait qu’aggraver l’état de l’enfant.  Nourrir demande de la patience et de la persévérance. Donnez-lui fréquemment de petites quantités. N’essayez pas d’alimenter l’enfant par la force mais continuez à l’encourager à manger. (Pas à Pas 72.)

Le suivi et la consignation du poids de l’enfant tous les mois peuvent permettre de voir le signe précurseur d’un problème de santé ou de nutrition. C’est particulièrement important au cours des deux premières années de vie. Il faut agir rapidement si le poids de l’enfant diminue ou n’augmente pas de manière régulière. Enseigner aux soignants à effectuer un suivi de la croissance donne une occasion de discuter avec eux de la manière de rester en bonne santé et d’avoir une bonne nutrition.

De nombreuses femmes adultes sont anémiques. Cela peut être dû au fait qu’elles ne consomment pas suffisamment d’aliments nutritifs, en raison de la pauvreté ou de certaines pratiques culturelles. Une coloration pâle de l’intérieur des paupières et des gencives, un état de faiblesse et de fatigue sont quelques symptômes de l’anémie. Il est très important que les femmes consomment suffisamment d’aliments nutritifs, comme des légumes verts à feuille, des œufs, de la viande et des haricots, plus particulièrement durant la grossesse et après l’accouchement.

La diarrhée

La diarrhée est particulièrement dangereuse pour les nourrissons et les enfants en bas âge. Le plus souvent, le traitement ne nécessite pas de médicaments, mais demande une attention toute particulière, car les nourrissons et les enfants en bas âge peuvent rapidement mourir de déshydratation (insuffisance d’eau dans le corps). Pour traiter la diarrhée et éviter la déshydratation, il est important de donner davantage à boire à l’enfant immédiatement et de continuer à le nourrir. Les bébés de moins de six mois doivent être allaités plus souvent. Si l’enfant a besoin de boire davantage, donnez-lui de l’eau potable, comme de l’eau bouillie et refroidie. Les enfants de plus de six ans et les adultes peuvent consommer les liquides suivants :

DES ALIMENTS À BASE DE LIQUIDE comme la soupe faite maison, l’eau de cuisson du riz, le jus de noix de coco ou le yaourt à boire.

BOISSON SUCRÉE-SALÉE : Dans un litre d’eau potable, diluez une cuillerée à café rase (deux pincées) de sel et huit cuillerées à café rases (deux poignées) de sucre. Avant d’ajouter le sucre, goûtez la boisson pour vérifier qu’elle n’est pas trop salée. Elle doit être moins salée que les larmes. Ajoutez le jus d’un demi citron vert, citron jaune ou orange pour le goût.

BOISSON AUX CÉRÉALES : Dans un litre d’eau potable, diluez une cuillerée à café rase (deux pincées) de sel et huit cuillerées à café bombées de céréales comme du riz en poudre, du maïs finement moulu, de la farine de blé, du sorgho ou des pommes de terre cuites en purée. Laissez bouillir cinq minutes jusqu’à l’obtention d’une bouillie liquide. Attention, les boissons aux céréales peuvent se gâter en quelques heures, alors conservez-les au réfrigérateur ou préparez une nouvelle boisson toutes les deux ou trois heures.

Lorsqu’elles sont correctement préparées, les boissons aux céréales sont souvent moins chères, plus sûres et plus efficaces que les sachets de sels de réhydratation orale (SRO) qui s’achètent un peu partout. Lors de l’utilisation de sachets de SRO, il est très important de connaître la quantité exacte d’eau potable à ajouter.

Donnez à boire à la personne autant qu’elle le souhaite, fréquemment et par petites gorgées, même si la personne vomit. Les enfants de moins de deux ans doivent boire une demi-tasse de liquide après chaque selle liquide. Donnez-le-leur lentement à la tasse ou à l’aide d’une cuillerée, plutôt qu’à la bouteille. Les enfants plus grands doivent boire au moins une tasse après chaque selle liquide. Un adulte doit boire une ou deux tasses en plus par heure. Lorsque cela est possible, administrez également des compléments de zinc, en suivant les conseils médicaux locaux. Donnez-les dès que possible après l’apparition de la diarrhée et continuez à les donner pendant 10 à 14 jours.

Toux et rhumes

Pas besoin de médicaments. Une inhalation de vapeur peut soulager les difficultés respiratoires. Placez un bol d’eau chaude de manière à ce que la personne puisse en inhaler la vapeur. Vous pouvez recouvrir sa tête et le bol d’eau avec un drap ou une couverture légère. Veillez à placer le bol de manière à ce que la vapeur ou le bol brûlant ne leur brûle pas le visage. Si la toux persiste, consultez un médecin.

La fièvre

Les enfants ont souvent de la fièvre. Lorsqu’un enfant a une forte fièvre, trempez un tissu dans de l’eau tiède (ni trop chaude ni trop froide) et enveloppez-en le corps de l’enfant pour faire baisser sa température. N’enveloppez pas l’enfant dans des couvertures. Assurez vous qu’il boive abondamment et mange fréquemment. Veillez à ce que l’eau que vous lui donnez soit potable. Si la fièvre persiste au-delà de 24 heures, demandez un avis médical, particulièrement si la malaria est courante dans votre région.

Les blessures

En cas d’accident, un traitement rapide et le maintien de la propreté de la plaie contribueront à une bonne cicatrisation et éviteront les infections.

Si quelqu’un tombe et se fracture un membre, placez le membre blessé dans la position la plus naturelle et la moins douloureuse. Maintenez-le droit et soutenez-le en y fixant une attelle. Veillez à ne pas trop serrer. Vous pouvez fabriquer une attelle avec un bout de bois droit ou un autre matériau. Amenez ensuite la personne à l’hôpital ou au centre de santé le plus proche.

Si la personne s’est blessé et saigne abondamment, allongez-la. Placez et soutenez le membre blessé plus haut que le niveau du cœur. Lavez-vous les mains à l’eau et au savon. Pour vous protéger du VIH, évitez le contact direct avec le sang, en enfilant des gants en plastique ou des sacs plastique sur vos mains. Nettoyez la plaie avec de l’eau propre, en veillant à éliminer toutes les saletés, et couvrez-la avec un tissu propre. Exercez une pression sur la plaie avec la main pour arrêter le saignement. Fixez le tissu en attachant fermement un autre morceau de tissu propre sur la plaie. Ne serrez pas au point de couper la circulation sanguine. Demandez un avis médical si : 

  • le saignement ne s’arrête pas ou si la blessure est très grave
  • la blessure a été causée par une morsure de chien ou un autre animal
  • des signes d’infection apparaissent, comme une rougeur, un gonflement, du pus, de la fièvre ou une mauvaise odeur.

Les crises

Il arrive parfois qu’un adulte ou un enfant soit victime d’une crise. Si cela se produit, n’essayez pas de maîtriser la personne, mais dégagez les objets aux alentours avec lesquels elle pourrait se blesser. Essayez d’éviter qu’elle ne tombe. Allongez-la sur le côté, pour lui éviter de s’étouffer en vomissant ou avec sa salive. Conduisez-la à l’hôpital le plus vite possible. Ceux qui font souvent des crises doivent éviter de se placer à proximité de feux et de sources d’eau, de grimper en hauteur, au cas où une crise surviendrait à ce moment-là. De nombreuses crises peuvent être évitées grâce à la prise de simples médicaments : demandez conseil à un agent de santé.

Morsures de serpent

En cas de morsure de serpent, nettoyez immédiatement l’endroit de la morsure. Bandez ensuite la morsure avec un bandage large ou un tissu propre, en évitant de serrer au point de gêner la circulation sanguine. Fixez une attelle pour minimiser les mouvements et conduisez la personne à l’hôpital aussi vite que possible. Autant que possible, essayez d’identifier le serpent mis en cause.

Fournir des soins

Bien souvent, le simple fait de se tenir aux côtés d’une personne malade ou blessée, de lui parler et de la réconforter, l’aidera à garder son calme et à se sentir mieux. Avec des connaissances de base en soins, associées à de l’amour et à un réel intérêt pour la personne dont ils s’occupent, les soignants peuvent faire une différence efficace quant à la santé des familles. Les soins à domicile sont aussi importants que les soins hospitaliers.

Le Dr Shobha Arole est directrice associée du Projet rural de santé communautaire de Jamkhed.

PO Jamkhed, Dist. Ahmednagar Maharashtra, 413201, Inde.

Email : shobha@jamkhed.org  


Soigner les brûlures

Pour ce qui est des brûlures légères sans cloque, immergez la partie brûlée dans de l’eau froide pendant dix minutes. Cela évitera à la brûlure de s’aggraver. Aucun autre traitement n‘est nécessaire. Pour les brûlures plus graves, dans la mesure du possible, demandez un avis médical. Si vous êtes trop éloigné d’un centre de soins, voici quelques conseils :

  • Réconfortez et rassurez la personne victime de brûlure. Donnez-lui de l’aspirine pour la douleur. Donnez-lui à boire de l’eau potable à volonté.
  • Ne percez pas les cloques, car elles contribuent à la cicatrisation de la brûlure.
  • Ne placez pas de glaçons sur la brûlure.
  • Si les cloques sont percées, nettoyez doucement la plaie avec du savon et de l’eau bouillie et refroidie.
  • Chauffez de la Vaseline jusqu’à ébullition, laissez-la refroidir et étalez-la sur un morceau propre de gaze ou un tissu fin. Puis placez celui-ci sur la plaie sans serrer afin de ne pas compresser la plaie. Si vous n’avez pas de Vaseline, laissez la brûlure à l’air libre.
  • Il est très important de maintenir la plaie aussi propre que possible. Protégez-la de la terre, de la poussière et des mouches.
  • Enduire la brûlure de miel peut contribuer à prévenir les infections et accélérer le processus de guérison. Renouvelez l’application de miel au moins deux fois par jour en ayant auparavant délicatement nettoyé la couche précédente.
  • N’appliquez jamais de graisse, de beurre, de peau, de café, d’herbes ou d’excréments sur une brûlure.

Si des signes d’infection apparaissent, appliquez un tissu préalablement trempé dans de l’eau tiède salée (une cuillerée à café de sel pour un litre d’eau). Avant l’application, faites bouillir l’eau et le tissu. Changez le tissu trois fois par jour. Enlevez délicatement les parties de peau morte. Des antibiotiques seront peut-être nécessaires ; pour cela, consultez un agent de santé.

Adapté de Where There Is No Doctor [Lorsqu’il n’y a pas de médecin] (2007 Édition révisée), par David Werner, avec la collaboration de Carol Thuman et de Jane Maxwell, publié par Hesperian.