Nouvelles idées pour la collecte d’eau de pluie à domicile

Murray Burt.

Dans les zones rurales, les principales sources d’eau sont généralement des forages d’eau souterraine ou l’eau de surface, les rivières et les lacs. Toutefois, il existe une source d’eau potable et sûre, facilement accessible et durable pendant la saison des pluies, mais souvent négligée : la pluie. Sous les climats tropical et subtropical, la quantité d’eau de pluie collectée peut être considérable.

Il existe des avantages évidents à la collecte d’eau de pluie à domicile :

  • amélioration de la santé
  • accès facile
  • faible coût
  • gestion facile.

Collecte traditionnelle d’eau de pluie

Parmi les méthodes traditionnelles de récupération d’eau de pluie utilisées en Ouganda et au Sri Lanka, il y a la récupération d’eau de pluie des arbres, faite à l’aide des feuilles ou des tiges de bananier servant de gouttières improvisées. Jusqu’à 200 litres peuvent être collectés à partir d’un grand arbre au cours d’un seul orage.

Collecte d’eau de pluie de toiture

Des systèmes domestiques de récupération d’eau de pluie à très faible coût peuvent être facilement installés sur la plupart des toitures en tôle ondulée ou en tuiles d’argile dans les régions rurales et urbaines, grâce à différentes formes de gouttières, des dérivateurs des premières eaux et des citernes en plastique ou en ferrociment pour la collecte et le stockage.

Collecte d’eau de pluie sans toiture

Néanmoins, dans certaines régions rurales, la plupart des gens vivent dans de simples habitations au toit de paille, qui ne permettent pas la récupération traditionnelle d’eau de pluie. Tearfund a donc mis au point et testé un moyen ultra économique, innovant et simple, de récupérer l’eau de pluie sans toiture.

Maison au Cambodge : collecte très économique des eaux de pluie de toiture à partir d’un toit en tôle ondulée, de tuyaux en plastique dur et de jarres en ferrociment pour le stockage. Photo : Murray Burt/Tearfund
Maison au Cambodge : collecte très économique des eaux de pluie de toiture à partir d’un toit en tôle ondulée, de tuyaux en plastique dur et de jarres en ferrociment pour le stockage. Photo : Murray Burt/Tearfund
Récupération des eaux de pluie de la toiture d’une latrine au Cambodge, à l’aide d’une bouteille usagée de boisson gazeuse, un tuyau en plastique dur, une tôle ondulée et une citerne de stockage en brique. Ce concept est particulièrement utile car il fournit de l’eau pour se laver les mains directement à la porte de la latrine. Photo : Murray Burt/Tearfund
Récupération des eaux de pluie de la toiture d’une latrine au Cambodge, à l’aide d’une bouteille usagée de boisson gazeuse, un tuyau en plastique dur, une tôle ondulée et une citerne de stockage en brique. Ce concept est particulièrement utile car il fournit de l’eau pour se laver les mains directement à la porte de la latrine. Photo : Murray Burt/Tearfund

Utilisation de bâches plastiques 

Pour de nombreuses populations qui se déplacent, en particulier en situation d’urgence et de post-urgence, la bâche plastique est un article de base que beaucoup de ménages possèdent. Ils en reçoivent lors des distributions dans les camps de réfugiés ou de personnes déplacées internes, ou les achètent sur le marché local. Les bâches plastiques ont de nombreux usages, dont celui d’abri pour les familles ou les boutiques. Elles peuvent aussi être utilisées pour la collecte d’eau de pluie. Des calculs basés sur les précipitations enregistrées à Colombo, au Sri Lanka, montrent que la collecte quotidienne moyenne pourrait être de plus de 60 litres par jour pendant six mois de l’année, en récupérant l’eau de pluie avec une bâche plastique de 8 m2. 

Concevoir votre propre système de collecte d’eau de pluie 

L’utilisation d’une bâche plastique est une des solutions pour collecter l’eau de pluie sans utiliser de toiture. D’autres matériaux disponibles sur place peuvent aussi être efficacement utilisés, comme par exemple des tôles ondulées et du tissu. 

Il n’existe pas de règles de construction. Cherchez de nouvelles idées en utilisant n’importe quel matériau dont vous disposez pour capter et collecter l’eau de pluie. Le principe est toujours le même : 

Récupérez l’eau de pluie sur une surface propre avant qu’elle n’atteigne le sol et acheminez-la vers un conteneur propre pour la conserver. 

Augmenter l’envergure du système 

Il est facile d’augmenter l’envergure des systèmes de collecte d’eau de pluie. En situation d’urgence, la collecte d’eau de pluie peut être rendue accessible à tous et même être une source d’eau substantielle pour des communautés et des camps de taille importante. N’oubliez pas de promouvoir en même temps une bonne hygiène, en vous assurant que toutes les parties du système sont propres. Recouvrez le conteneur d’eau et assurez-vous que l’eau stockée ne soit pas enlevée à la main, avec des tasses sales ou d’autres ustensiles sales. De l’eau de pluie qui a été stockée pendant longtemps peut avoir besoin d’être désinfectée. Protégez l’eau des conteneurs avec une moustiquaire pour empêcher les moustiques de s’y reproduire et conservez-la à l’abri du soleil pour empêcher le développement d’algues. 

Murray Burt DFID WASH Programme Manager PO Box 76184-00508 Nairobi Kenya Email : murray.burt@tearfund.org



Ce que les gens en disent
 

« L’eau de pluie a un goût propre ; elle n’a pas d’odeur. » (Agul Tour, 19 ans, lors d’une démonstration sur le marché d’Omdurman) 

« Nous sortons de la guerre… nous sommes heureux d’apprendre à collecter l’eau… nous sommes ouverts à de nouvelles idées. » (Marc Tuc, 60 ans) 

« J’ai goûté l’eau à l’église. Elle était bonne : c’est le genre d’eau qui ne rend pas malade. » (Nyibol Ngor, 17 ans) 

« La communauté est heureuse au sujet de la récupération d’eau de pluie, car elle sait que désormais nous aurons plus d’eau, surtout pendant la saison sèche. » (Daniel Aleu, 25 ans) 



Dérivateur des premières eaux pour la collecte d’eau de pluie des toitures

 

Dérivateur des premières eaux pour la collecte d’eau de pluie des toitures

Qu’est-ce qu’un dérivateur des premières eaux ? 

Les contaminants (par ex. saletés, insectes) que l’on trouve sur une toiture sont générale- ment concentrés dans les premières minutes d’écoule ment de l’eau. Une fois cet écoulement terminé, la toiture est lavée et l’eau beaucoup plus propre. Un « dérivateur des premières eaux » dérive simplement les premières eaux d’écoulement contaminées du conteneur et permet ensuite au reste des eaux de pluie de s’acheminer vers celui-ci. (Voir diagramme.) 

Comment ça marche 

Les premières eaux de pluie tombent dans le tuyau de descente, la balle flotte et remonte alors avec l’eau jusqu’au réducteur. Cette partie plus étroite empêche la balle de monter plus haut et maintient les petits débris de la toiture dans le tuyau de descente. L’écoulement de l’eau de pluie est ensuite dirigé vers le conteneur. 

Quand la pluie cesse, le capuchon à vis qui se trouve à l’extrémité du tuyau coudé doit être enlevé pour évacuer l’eau du tuyau de descente. La balle tombe et le capuchon à vis doit être revissé pour les prochaines chutes de pluie. Le conteneur doit être recouvert avec un couvercle suffisamment large pour pouvoir être régulièrement vidé et entièrement nettoyé afin de garantir la qualité de l’eau utilisée. 

Si vous ne trouvez pas de balle et de tuyau réducteur, vous pouvez simplement utiliser un tuyau de descente, qui permettra d’enlever le plus gros des saletés mais pas les éléments qui flottent, comme par exemple les feuilles. Couvrez le haut du tuyau de descente avec un filet mesh pour retenir les éléments comme les feuilles et veillez à ce que ce filet soit régulièrement nettoyé. 


Étude de cas : Omdurman, Sud-Soudan  

Des bâches plastiques, ainsi que d’autres matériaux disponibles sur place, ont été utilisés pour collecter l’eau de pluie et l’acheminer vers des conteneurs adéquats. Tous les matériaux utilisés étaient disponibles sur place, y compris les conteneurs de stockage, qui dans la plupart des cas étaient des pots d’argile de fabrication locale. 

Plusieurs modèles ont été testés. Le plus réussi d’entre eux consistait simplement à attacher les coins d’une bâche plastique à quatre poteaux plantés dans le sol. L’eau était ensuite acheminée vers des conteneurs de stockage, placés soit à côté de la bâche, soit sous un trou réalisé au centre de la bâche (voir photo page ci-contre). Les femmes, les hommes et les enfants ont participé à l’élaboration de nouvelles méthodes. Les enfants, à qui revient souvent la corvée de collecte de l’eau, ont trouvé certaines des méthodes les plus innovantes, qui ont ensuite été testées. 

Lors des tests, une bâche plastique de 8 m2 a permis de collecter 70 litres d’eau lors d’un épisode de pluie de 30 minutes. Sur la base des précipitations mensuelles moyennes à Juba, la principale ville la plus proche au Sud-Soudan, la quantité moyenne de pluie pouvant être récupérée avec une bâche plastique de 8 m2 serait de 30 litres par jour au cours des six mois de la saison des pluies. Cela fournirait suffisamment d’eau potable pour une famille de six personnes pendant la saison des pluies, sur la base de 5 litres par personne par jour. 

Un des défis liés à l’environnement était les vents violents qui soufflent souvent avant l’arrivée de la pluie. Parfois les vents rendaient instables les légères structures à base de bâche plastique. Des modifications ont donc été apportées pour les renforcer. Par exemple, les bords de la bâche plastique ont été attachés à des poteaux, eux-mêmes posés horizontalement et fixés à angle droit aux poteaux plantés dans le sol. 

Suite aux démonstrations, de nombreux membres de la communauté ont construit des systèmes similaires chez eux. Par conséquent, une forte proportion de la communauté avait recours à la collecte d’eau de pluie comme principale source d’eau pendant la saison des pluies. Suite à la formation, quelques membres se sont portés volontaires pour transmettre ces informations relatives à la récupération d’eau de pluie dans les communautés voisines.