Arrêter la stigmatisation : un dialogue communautaire

Elizabeth, une veuve souffrant de la lèpre (au centre de la photo, portant une coiffure jaune), assiste à une réunion communautaire. Kieran Dodds/Tearfund
Elizabeth, une veuve souffrant de la lèpre (au centre de la photo, portant une coiffure jaune), assiste à une réunion communautaire. Kieran Dodds/Tearfund

par John Mark Bowers.

Discuter la stigmatisation avec d’autres peut être un premier pas pour surmonter les préjugés. Nous suggérons ici quelques grandes lignes pour la discussion en groupe.

Buts

  • Discuter la stigmatisation et l’identifier dans la communauté locale
  • Étudier une histoire à propos de Jésus, à titre d’exemple de guérison holistique après une stigmatisation, une maladie et la honte
  • Diriger un jeu de rôle sur l’acceptation et l’aide d’une personne qui souffre de la stigmatisation
  • Partager des idées pour atteindre ceux qui souffrent de la stigmatisation dans la communauté

Durée
30 minutes

Ce script est donné à titre de conseil. On peut l’utiliser avec des groupes communautaires chrétiens, mais il se pourrait que vous souhaitiez l’adapter à des groupes qui ont des convictions religieuses différentes. Vous pouvez l’améliorer avec des exemples, des histoires et des proverbes locaux. Comment pouvez-vous le rendre pertinent pour votre groupe ?

Tâche 1 Identifier la stigmatisation

Discutons :

  • Que signifie « stigmate »  « stigmatisation » ?
  • Quelles situations créent une stigmatisation dans notre communauté ?

Tâche 2 L’exemple de Jésus

Je vous invite à écouter une histoire sur la façon dont Jésus a traité un homme qui subissait la honte associée à une maladie. Cet homme souffrait d’une maladie appelée la lèpre qui provoquait l’éruption d’ulcères sur tout son corps. La loi disait que les gens souffrant de la lèpre devaient vivre à l’extérieur du camp, loin de tous, et devaient crier « impur ! impur ! » quand ils s’approchaient de la ville. Étant impur, cet homme ne pouvait ni travailler ni élever une famille.

Le lépreux (Luc 5 : 13-14)

Alors que Jésus était dans l’une des villes, un homme vint à lui qui était couvert de lèpre. Quand il vit Jésus, il tomba le visage contre terre et le supplia : « Oh, Seigneur, s’il te plaît, si tu le veux, guéris-moi ! ». Jésus fut ému par la compassion et il fit ce que personne d’autre n’aurait osé : il tendit la main et toucha l’homme. « Je le   veux », dit-il, « sois guéri ! » et immédiatement la lèpre quitta l’homme. Alors, Jésus lui dit : « Ne dis rien à personne, mais va et montre-toi au prêtre et offre les sacrifices que Moïse a commandés pour ta purification, à titre de témoignage. »

Dans le cadre d’un groupe de trois ou quatre personnes, discutez de quelles manières Jésus a approché cet homme.

Réfléchissez aux besoins physiques, sociaux, émotionnels et spirituels de l’homme.

Après quelques minutes, demandez aux participants de discuter de leurs réponses. Confirmez les réponses selon les quatre catégories indiquées ci-dessous :

Aspect physique : quand Jésus a guéri l’homme de la lèpre, son corps physique a été rendu à la santé. Il avait la capacité de travailler de nouveau et de gagner sa vie.

Aspect social : quand Jésus a guéri sa maladie, ses relations ont été restaurées. Quand Jésus l’a touché, il a été considéré comme pur et il a pu retrouver sa famille et sa communauté.

Aspect émotionnel : quand Jésus l’a approché pour le toucher, sa dignité a été restaurée. Il a senti l’amour de Dieu et il a compris qu’il était précieux aux yeux de Dieu.

Aspect spirituel : il a appris que Jésus se souciait de lui et voulait qu’il rejoigne la communauté des fidèles. Jésus lui a dit de se montrer au prêtre pour respecter la loi et pour signaler à tous qu’il accueillerait ceux qui avaient été exclus et qu’il leur donnerait un nouvel espoir.

Tâche 3 Jeu de rôle

Le facilitateur ou une autre personne peut jouer le rôle de Ruma. Ce script est destiné à la personne qui joue le rôle de Ruma et qui peut souhaiter couvrir partiellement son visage ou parler en tournant le dos au groupe.

Ruma revient dans la communauté où elle a grandi. Vous allez jouer le rôle de ceux qui sont les compagnons de Ruma dans la communauté. Je joue le rôle de Ruma. Écoutez mon histoire et soyez prêts à venir me dire comment vous allez nous aider, mes enfants et moi.

LE JEU DE RÔLE DE RUMA

Je m’appelle Ruma. Certains d’entre vous me connaissent depuis l’enfance. Il y a un an, mon mari a jeté de l’acide sur moi. Il a dit que je le trompais. Ce n’était pas vrai. L’acide a frappé le côté de mon visage et a brûlé ma peau. J’ai souvent mal et j’ai perdu la vue dans un œil. Mes beaux-parents m’ont chassée de la maison et de la communauté. Je me suis sauvée avec les enfants. Pendant des mois, je n’ai pas pu travailler. Nous avons vendu beaucoup de choses pour survivre. Où que j’aille, les gens sont effrayés par mon apparence. Mes enfants sont tourmentés par les autres enfants. Personne ne veut acheter ce que je produis. 

Demandez à chaque participant de répondre à cette question : « Que pouvez-vous faire pour m’aider (moi, Ruma) ? Réfléchissez à mes besoins physiques, sociaux, émotionnels et spirituels ainsi qu’aux besoins de mes enfants. »

Tâche 4 Idées d’actions

Pensez aux personnes qui ont souffert parce qu’elles avaient été laissées à l’écart de la vie normale de la communauté. Il incombe à notre responsabilité de montrer de la compassion à l’égard de ceux qui souffrent. Pensez à ceux qui ne sont pas considérés comme « normaux » ou comme « l’un(e) d’entre nous ».

Discutez de la question suivante : quelles mesures pouvons-nous prendre pour aider ceux de notre communauté qui ont été mal traités à cause de la stigmatisation ?

Une fois que tous les participants auront parlé, remerciez-les de leurs idées.

Pensez à quelqu’un qui souffre de la stigmatisation dans votre communauté. Je vous invite à réfléchir à un moyen par lequel vous pouvez l’aider et à transformer votre idée en action.

Demandez aux participants de dire à la personne qui se trouve à côté d’eux une chose qu’ils vont faire.

Pour aider à arrêter la stigmatisation dans notre communauté, je vous invite à discuter de ce que vous avez appris avec un ami ou un voisin.

Il pourrait être approprié de terminer la session en priant ensemble.

John Mark Bowers est le Responsable du programme d’études au Chalmers Center for Economic Development.

www.chalmers.org
info@chalmers.org



Faits concernant la lèpre

La lèpre se développe très lentement, sur une période de cinq ans environ. Parfois, les symptômes mettent 20 ans à apparaître.

  • La lèpre n’est que légèrement contagieuse. Elle se propage par les gouttelettes provenant du nez ou de la bouche des personnes souffrant d’une lèpre non traitée, lors de contacts étroits et fréquents. Elle ne se propage pas par le toucher.
  • La lèpre peut être soignée par des médicaments. Le handicap peut être empêché si le traitement démarre tôt.
  • La stigmatisation empêche souvent les gens de rechercher un traitement.