Analyse pratique du conflit

Lorsque les conflits deviennent violents, les organisations qui travaillent dans la zone du conflit peuvent généralement adopter trois types de réponse :

  • Travailler autour du conflit  Nous arrêtons de travailler dans les zones qui ont dépassé un certain seuil de violence.
  • Travailler au cœur du conflit  Nous continuons à servir dans les zones touchées par les violences avec une approche « sensible aux conflits », sans pour autant chercher à régler directement le conflit.
  • Travailler sur le conflit  Nous faisons un travail de réconciliation, de consolidation de la paix et nous nous attaquons aux causes sous-jacentes de la violence.

Travailler au cœur du conflit est presque aussi difficile que de travailler sur le conflit, car dans les deux cas, il faut commencer par une analyse détaillée du conflit. Que nous souhaitions activement consolider la paix ou uniquement continuer à travailler dans un environnement violent sans nuire à personne, nous devons commencer par comprendre l’objet du conflit.

Sans une analyse efficace du conflit, nous ne pouvons répondre aux questions fondamentales pour une approche sensible aux conflits : « Quelle incidence notre travail aura-t-il sur le conflit ? » et 

« Quelle incidence le conflit aura-t-il sur notre travail ? »

Et si nous obtenons les mauvaises réponses à ces questions, nos projets risquent fort de faire du tort, d’augmenter la vulnérabilité de la population au conflit et de nous mettre en danger, ainsi que notre personnel.

Voici deux outils communs d’analyse des conflits :

  • le triangle des conflits (voir ci-après)
  • la carte du conflit (voir Carte du conflit).

Pour en savoir plus, consultez le livre de RTC Working with Conflict: skills and strategies for action [Cheminer avec le conflit: Compétences et stratégies pour l’action], ainsi que le guide de bonnes pratiques de Tearfund sur la sensibilité aux conflits, disponible en anglais sur le site Internet TILZ.

Triangle des conflits 

Dans un conflit, les comportements violents que nous observons ont leurs racines dans les attitudes des gens et dans le contexte politique et économique. Le triangle des conflits est un cadre simple qui permet d’explorer l’impact et les causes des conflits. Vous devez dessiner un triangle pour chacun des principaux groupes impliqués dans le conflit.

Si vous travaillez au cœur du conflit, vous pouvez utiliser le triangle pour répondre à des questions telles que :

  • Quelle sera l’incidence des comportements que nous avons identifiés sur notre travail ? Notre travail aura-t-il une incidence sur certains des facteurs contextuels à l’origine du conflit ?
  • Comment notre personnel et notre travail seront-ils perçus par chacun des groupes, compte tenu des attitudes que nous avons identifiées ?

Si vous travaillez sur le conflit, vous pouvez également utiliser le triangle pour répondre aux questions suivantes :

  • En quoi notre travail peut-il restaurer les relations en s’attaquant aux attitudes négatives ?
  • Comment notre travail peut-il améliorer les facteurs contextuels à l’origine du conflit ?

Triangle des conflits


Comportement

Exemples

  • émeutes
  • bombardements
  • incarcération de masse 
  • déni des droits humains

Attitude

Exemples

  • peur de perdre le pouvoir
  • ressentiment par rapport aux injustices historiques
  • stéréotypes négatifs
  • haine ethnique ou religieuse

Contexte

Exemples

  • répartition des terres injuste
  • manque d’emplois et d’opportunités
  • ressources naturelles rares
  • représentation politique inéquitable

Racines et branches

Parfois les conflits violents sont superficiels ou apparents : les racines de la violence sont peu profondes, parfois dues à un malentendu.

Dans d’autres situations, il peut y avoir peu de comportements violents, mais des problèmes profondément ancrés dans les attitudes de la population et dans le contexte. Il s’agit dans ce cas d’un conflit latent ; il est alors indispensable de s’attaquer aux racines du conflit avant qu’elles n’engendrent de réelles violences.

Le type de conflit le plus difficile à gérer est le conflit persistant, où la violence est à la fois visible et profondément enracinée.