Le courrier des lecteurs

Pas à Pas en swahili

Merci de m’avoir encouragé dans mon projet de traduire le magazine Pas à Pas et d’autres publications de Tearfund en swahili, notre langue nationale, pour que de nombreuses personnes puissent en comprendre le contenu. J’ai attentivement lu les directives pour la traduction, je les ai comprises et je m’engage à les respecter lorsque je commencerai ce travail. 

Israel Saghware 

ELCT Mbulu Diocese 
PO Box 16
Mbulu
Tanzanie

Note de la rédactrice : Êtes-vous en train de traduire Pas à Pas en swahili ? Avez-vous traduit un de nos anciens numéros ou d’autres publications de Tearfund ? Si oui, merci de contacter Israel Saghware à l’adresse ci-dessus. Si vous avez traduit une de nos publications dans une autre langue, nous serions heureux de le savoir ! Ainsi nous pourrons partager votre travail avec d’autres et, si vous nous envoyez une version électronique, nous pourrons la publier sur le site Internet TILZ. 

Méthodes traditionnelles de prévision météorologique 

Les systèmes d’alerte précoce aux catastrophes ou aux phénomènes météorologiques extrêmes peuvent permettre aux communautés d’intervenir rapidement, et ainsi de sauver des vies et de protéger leurs moyens de subsistance. La climatologie et la météorologie (la science des événements climatiques) peuvent fournir des informations utiles. Mais de nombreuses communautés disposent déjà de méthodes existantes ou traditionnelles de prédire la météo ou d’annoncer les événements extrêmes, par l’observation du comportement des animaux, des oiseaux, des insectes, du vent et des nuages. Par exemple, grâce aux connaissances locales de la mer, une communauté indonésienne a sauvé la vie de plus de 80 000 personnes lors du tsunami de 2004, en les incitant à se déplacer vers les hautes terres.

J’aimerais savoir quelles méthodes ou quels systèmes traditionnels vous utilisez dans vos communautés. Disposez-vous de moyens pour prédire les phénomènes météorologiques extrêmes ou les catastrophes ? Je souhaiterais pouvoir recueillir ces connaissances et en faire part aux autres lecteurs.

Merci !

Claire Hancock
Chargée de la sécurité alimentaire, Tearfund
claire.hancock@tearfund.org