La culture de champignons

La culture de champignons peut être utile pour générer des revenus lorsque le changement climatique nuit à la productivité agricole. Les champignons peuvent également être un aliment de plus pour la famille. Ils poussent rapidement et sont riches en protéines, vitamines et minéraux. Étant donné que leur culture ne nécessite pas de terres agricoles, elle se prête à la fois aux zones rurales et urbaines.

Il existe plusieurs manières de cultiver les champignons. Ils peuvent pousser dans des sacs en plastique, dans des pots, sur des tronçons de bois ou des plateaux en bois empilés, partout où la luminosité, la température et l’humidité peuvent être contrôlées. Un bâtiment ordinaire peut fournir des conditions de croissance contrôlées. Le cycle de croissance est de un à trois mois. Dans la mesure du possible, sollicitez les conseils d’une personne qui a de l’expérience en la matière avant de commencer.

Il existe de nombreuses espèces de champignons comestibles, chacune se développant au mieux dans un milieu de culture spécifique. Certaines espèces peuvent néanmoins pousser sur divers types de supports. Le milieu de culture peut être préparé à partir de matériaux comme de la paille de riz, du son de riz, des feuilles de bananier, de la sciure et des tronçons de bois (voir encadré). Les types de champignon les plus faciles à cultiver dans un climat chaud sont la pleurote, la volvaire et le maïtaké.

Choisissez un substrat facile à obtenir. Il doit être coupé en petits morceaux, trempé dans l’eau pendant plusieurs jours (pour tuer les insectes) puis séché et mélangé à de la chaux et de l’engrais. Dans l’idéal, il doit être stérilisé à la vapeur. Vous pouvez utiliser un baril de 200 litres ou un récipient similaire comme stérilisateur. Adaptez le récipient de façon à ce que le milieu de culture reste en haut et faites bouillir de l’eau au fond.

Placez ensuite le substrat dans des récipients et ajoutez le blanc de champignon (semence).

Remarque : Le blanc de champignon s’obtient idéalement dans un environnement stérile spécifique. Vous devrez probablement l’acheter à un fournisseur spécialisé. Vous pouvez rechercher des fournisseurs locaux sur Internet ou demander aux membres de votre communauté, aux universités ou aux ONG où en trouver.

Une fois placé dans le milieu de culture, le blanc produira ce que l’on appelle du mycélium, et qui ressemble à des fibres blanches. Il faudra environ 10 jours au mycélium pour se répandre dans le substrat. Le mycélium se mettra alors à produire des champignons. Ceux-ci poussent généralement en grappe, à intervalles de quelques jours. Au bout de deux ou trois mois, lorsque la production de champignons ralentit visiblement, vous pouvez recommencer le processus. Utilisez l’ancien support de culture comme compost ou engrais pour d’autres cultures.

Principales étapes

1. Trouvez et nettoyez un bâtiment ou des récipients où la température, la luminosité et l’humidité peuvent être contrôlées. 

2. Choisissez et préparez le milieu de culture. 

3. Stérilisez le milieu de culture. 

4. Semez le blanc dans les sacs ou les lits de culture.  

5. Maintenez la température, l’humidité, l’hygiène et la luminosité qui conviennent, en fonction des espèces choisies. 

6. Récoltez, transformez, conditionnez et vendez les champignons.

7. Nettoyez l’espace de culture et recommencez avec un nouveau substrat et du blanc.

Les champignons sont sensibles. Récoltez-les avec un couteau tranchant et placez-les dans des paniers ou des boîtes pour les transporter. Si vous avez des champignons en trop, vous pouvez les sécher et les stocker pour un usage futur.

Dans l’idéal, rachetez du blanc chaque fois que vous recommencez le processus. S’il est difficile à trouver ou cher, vous pouvez garder une partie de l’ancien milieu de culture et utiliser le blanc de ce dernier pour le nouveau substrat.

Pour plus d’informations, voir les numéros 40 et 41 de la série Agrodok de CTA. Allez sur http://publications.cta.int et saisissez « champignon » dans la fenêtre de recherche.

Voir également le dossier technique de Practical Action (en anglais) : www.practicalaction.org/mushroom-growing

Remarque : Certaines variétés de champignons peuvent être toxiques. Il est important de solliciter l’avis d’experts avant de se lancer dans un projet de culture de champignons.


Photo : Will Boase/Tearfund
Photo : Will Boase/Tearfund

Exemples de substrat de culture

  • Paille de blé/de riz : pleurote, volvaire et champignon de couche 
  • Pulpe de café : pleurote et shiitaké 
  • Sciure : shiitaké, pleurote, hydne hérisson, auriculaire ou maïtaké
  • Jacinthe d’eau : volvaire et pleurote

Projet de culture de champignons de Moucecore au Rwanda

Un projet de culture de champignons a été lancé en 2006 dans le district de Burera au Rwanda. Il y avait 40 groupes d’épargne dans cette zone. Avec l’aide de l’organisation Moucecore, partenaire de Tearfund, les membres de ces groupes se sont réunis et ont décidé de former une coopérative. 

Dans cette région, la population manquait d’eau potable. Il y avait peu de terres disponibles et elles n’étaient pas très fertiles. Il y avait également des tensions entre les groupes ethniques. Après avoir analysé leur situation, les groupes ont réuni leurs économies et créé un projet de culture de champignons. Ils ont mélangé les déchets des ménages et ceux des récoltes à de la chaux, de la sciure et de l’urée pour produire des « monticules » (portions de substrat) qui étaient ensuite vendus aux familles, avec du blanc de champignon. Jusqu’à 10 grappes de champignons pouvant pousser sur un mètre carré, même les familles les plus pauvres pouvaient prendre part au projet. Chaque portion pouvait produire jusqu’à 1,5 kg de champignons par semaine pendant trois mois. 

Le projet de culture de champignons a été un grand succès. Il a permis d’améliorer l’alimentation et le revenu des gens. Les champignons ont été vendus aux hôtels, restaurants, hôpitaux et internats, ainsi que sur les marchés locaux. Cette collaboration a également restauré les relations.