B4 Servir le Royaume

Jésus a exprimé très clairement (par son exemple et ses paroles) que de servir le Royaume de Dieu ne signifie pas simplement de prêcher. Par son exemple et son enseignement, il nous met au défi non seulement de parler ouvertement de notre foi mais de la prouver en nous occupant des démunis, des malades et de ceux qui souffrent d’injustice.

Il n’est pas suffisant que l’église prêche la bonne nouvelle des évangiles dans l’espoir que les gens se déplaceront pour venir l’écouter. Jésus veut que nous allions dans les cités, les villes et les villages afin d’annoncer la bonne nouvelle mais aussi « d’être cette bonne nouvelle ». La plupart des disciples avaient peu d’éducation, il s’agissait de pêcheurs et d’ouvriers. Jésus n’a pas formé des experts pour comprendre les problèmes des gens. Il a formé des individus ordinaires qui avaient la foi afin de poursuivre ses travaux, des gens qui attendent avec impatience la venue du Royaume de Dieu sur terre. Jésus a inspiré les disciples par son enseignement et son exemple. Il les a ensuite envoyés annoncer la bonne nouvelle, en leur demandant de ne pas se charger de victuailles, d’argent ou d’équipement. De la même façon, aujourd’hui, les chrétiens ordinaires peuvent partager une inspiration identique et chercher à transformer leur communauté.

Discussion 
  • Lisez Jacques 2:14-17. Discutez de la manière dont nous témoignons de notre foi au travers d’actions et de soins concrets.
    • Quels sont les besoins pratiques essentiels des gens dans ce passage ?
    • Qu’est-ce que cet enseignement nous met au défi de réaliser dans notre communauté ?
  • Lisez Marc 6:7-13. Discutez de la manière dont Jésus a équipé ses disciples avant de les envoyer au loin.
    • Les disciples savaient-ils bien qui Jésus était réellement lorsqu’ils sont partis au loin pour la première fois ? Est-ce qu’ils le connaissaient vraiment bien ?
    • Comment Jésus les a-t-il préparés pour cette tâche ?
    • De quelles ressources avaient-ils besoin ?
    • Pourquoi pensez-vous que les disciples ont été envoyés en paires ?
  • En tant qu’église, est-ce que nous retardons parfois de passer à l’action et de montrer un véritable amour, en attendant d’être réellement prêts ? Cela a-t-il de l’importance ?
    • Que risque d’être le résultat d’un tel retard ?
  • Comment est-ce que notre église réagirait-elle si des gens très pauvres et sales ou bien parlant une autre langue, par exemple, commençaient à venir assister à nos offices ? Quels autres genres de personnes pourraient nous poser un problème si elles voulaient participer à nos offices et nos louanges à Dieu ?
  • Dans notre église, est-ce que nous attendons des nouvelles personnes qu’elles s’intègrent dans nos manières de louer Dieu et aussi de vivre, avant que nous les accueillions correctement et prenions soin d’elles ? Comment pourrions-nous être plus accueillants envers les démunis ou les gens de différentes cultures ?
  • Il arrive parfois qu’en tant que chrétiens, nous ne réalisions pas le niveau de souffrance de personnes qui nous entourent. Nous pensons que nous comprenons mais nous manquons d’expérience et de perspicacité. Réfléchissez à une situation véritablement éprouvante à laquelle des personnes de notre communauté doivent faire face. Ceci peut être s’occuper de quelqu’un mourant du sida ou d’un enfant handicapé, de travailler pendant de nombreuses heures d’affilée dans une usine ou dans les champs ou encore de devoir dormir dans la rue, la nuit. En tant que groupe, réfléchissez aux réalités et aux difficultés que ces gens peuvent connaître. Vous pourriez peut-être inviter quelqu’un qui se trouve dans une telle situation à venir vous en parler. Qu’avez-vous appris sur leur vie et leurs besoins particuliers ? Comment pouvons-nous y répondre ?