R5 Notre réponse au désir de justice de Dieu

Nous devrions partager la passion et le plan de Dieu pour la justice. En tant que chrétiens, nous devons répondre, pas seulement aux lois humaines mais, par-dessus tout, aux lois et commandements que Dieu nous donne. Dieu a de la compassion pour toutes les personnes qui souffrent. Il nous demande de faire de même.

Nous avons l’obligation de nous occuper de notre famille proche et étendue. Une fois de plus, cette obligation est basée sur l’enseignement biblique (comme dans Ruth et Esther). Il s’agit aussi d’un puissant engagement culturel dans nombre de sociétés.

Notre approche doit être de rechercher la justice et le respect des Droits humains pour les autres, plutôt que pour nous-mêmes. Dieu peut nous demander d’accepter l’injustice que nous subissons et en même temps de travailler activement à la recherche de la justice pour les autres et au respect de leurs droits.

Discussion 
  • Lisez Ruth 1:22 à 2:23. Naomi est un exemple de mère soucieuse qui désire le meilleur pour sa famille. Lorsque son mari et ses fils meurent alors qu’ils résident tous dans un pays étranger, elle essaye de persuader ses belles-filles de retourner dans leur famille et de se remarier. Cependant, Ruth refuse de la quitter. Boaz fait partie de la famille du mari décédé de Naomi. Qu’est-ce qu’il a fait en réponse aux besoins de Ruth ?
  • Boaz était un parent riche, responsable du bien-être de sa famille proche et étendue. Naomi savait que sa première réponse à leurs besoins serait limitée. Jusqu’à quel point notre réponse est-elle souvent très limitée face à des exemples de besoins ou d’injustice ?
  • Lisez Ruth 3:1-18. Pourquoi pensez-vous que Naomi a dit à Ruth de s’allonger aux pieds de Boaz, plutôt que de l’approcher elle-même durant la journée pour demander de l’aide ? Boaz aurait pu dire à Ruth de s’en aller ou tirer avantage d’elle. Au lieu de cela, quelle a été sa réponse ?
  • Lisez Ruth 4:1-22. Ce chapitre décrit le Go’el, la pratique traditionnelle qui consiste à prendre soin de la famille et des biens des proches parents décédés. Apparemment, Ruth a un parent plus proche et donc Boaz le rencontre. Quelle réponse donne-t-il dans les versets 2 à 4 ? Pourquoi a-t-il accepté ? Pourquoi change-t-il d’idée dans les versets 5 à 8 ?
  • Quelles ont été les conséquences de la persistance de Naomi à chercher à restaurer l’héritage de sa famille ? Comment cette histoire nous encourage-t-elle ?
  • La pratique traditionnelle du Go’el se poursuit-elle de nos jours d’une manière ou d’une autre ? Si oui, quels en sont les avantages ? Existe-t-il des inconvénients ?

Articles 29, 30 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme des Nations Unies