Résilience

Tearfund définit la résilience des individus et des communautés comme étant la capacité à « faire face aux chocs ou aux stress sans qu'il y ait de crise, et à s'en remettre rapidement ». Cette capacité repose sur six piliers, comme l'indique le diagramme ci-dessous :

Faire face en évitant les crises

Faire face en évitant les crises

1. On entend par capacité d'adaptation la capacité des individus et des communautés à opérer des changements dans leur vie et dans leurs moyens de subsistance.

2. On entend par moyens de subsistance résilients des sources de revenu et de nourriture sûres, flexibles et suffisamment diversifiées pour réduire les risques. Dans ce contexte, par « sûres » on entend la prévisibilité du rendement.

3. On entend par gestion durable des ressources naturelles une utilisation et une protection des ressources naturelles qui entraîne leur essor à long terme pour le bien de tous.

4. La gestion des risques de catastrophe (GRC) inclut la réduction des risques de catastrophe (RRC) et la préparation aux catastrophes, l'emphase étant placée sur la réduction et la gestion des risques connus.

5. On entend par santé et relations le bien-être physique, mental et social des individus et des communautés, qui leur permet de participer activement à la vie de la communauté.

6. On entend par espérance la croyance personnelle selon laquelle en dépit des problèmes existants les choses vont s'améliorer, et qu'à long terme, le bien aura le dessus et la justice prévaudra (p. ex. Ésaïe 40:31 ; Jérémie 29:11 ; 1 Corinthiens 15). Cette approche repose le plus souvent sur une vision du monde religieuse, selon laquelle la réalité transcende le monde visible.

Renforcement de la résilience

Fondamentalement, le renforcement de la résilience nous appelle à accorder davantage d’importance à la gestion des risques qu’à la gestion des catastrophes. Par exemple, répondre aux besoins des personnes touchées par des chocs et des stress suite à un événement, ou réduire la probabilité et la gravité d'une catastrophe avant qu'elle ne survienne. Ces aspects sont indissociables d'un développement véritablement durable.

L'accent n'est donc pas tant sur le fait d’aider les individus et les communautés à rétablir leur situation initiale, dans laquelle ils étaient vulnérables au choc ou au stress subi, mais de les aider à réduire leur vulnérabilité. Ils seront ainsi moins susceptibles de subir le même degré d'impact pour un choc ou un stress similaire.

La conception d'un programme de renforcement de la résilience

Les deux choses principales à garder à l'esprit lors de la conception d'un programme de renforcement de la résilience sont l'intégration et l’incertitude.

  • Intégration : Les programmes en matière de résilience ne doivent pas mettre l'accent sur un seul type de choc ou de stress (p. ex. catastrophes naturelles, prix élevés des denrées alimentaires, changement climatique ou conflit). Nous devons plutôt développer une réponse globale qui traite conjointement des chocs et des stress les plus importants.
  • Incertitude : Les programmes en matière de résilience doivent aider les gens à se préparer aux risques imprévisibles et inconnus, et pas seulement aux risques que nous pouvons prévoir d'après les événements passés.

De plus, certains aspects des bonnes pratiques du développement durable global sont particulièrement importants pour la programmation de la résilience. Parmi ceux-ci :

  • Un accent mis sur le renforcement des institutions communautaires. Par institutions, nous entendons les organisations communautaires (p. ex. conseils de direction, Églises, groupes d'agriculteurs) et les « règles du jeu » que celles-ci appliquent dans leur travail (p. ex. façon de choisir les dirigeants, de partager les ressources). Les institutions doivent être solides pour pouvoir prendre des décisions et des mesures conjointes, gérer des ressources communes, expérimenter et apprendre, toutes des activités vitales pour la résilience.
  • Une compréhension approfondie de toutes les stratégies de subsistance disponibles dans une région, c.-à-d. la manière dont les populations utilisent les actifs dont ils disposent pour obtenir à manger, un revenu et d'autres produits de nécessité. Les personnes résilientes ont des moyens de subsistance diversifiés, flexibles et durables sur le plan écologique.

Ressources sur la résilience

Integration (PDF 67 KB) (en anglais)
Ce document fournit des exemples concrets d'approches holistiques et intégrées de programmes de résilience.

Uncertainty (PDF 59 KB) (en anglais)
Ce document fournit des exemples concrets de la façon de « planifier » l'incertitude dans nos programmes.

Caractéristiques d'une collectivité résiliente face aux catastrophes (PDF 2.4 MB)
Cette publication repose sur le travail communautaire de réduction des risques de catastrophe effectué par de nombreuses ONG, et décrit les 168 caractéristiques d'une communauté résiliente aux aléas naturels.

Towards Resilience, Emergency Capacity Building Project (PDF 2.3 MB) (en anglais)
Un guide sur la réduction des risques de catastrophe et l'adaptation au changement climatique.

Quel est le rapport entre la gestion des risques de catastrophe et la résilience ?

Il existe un lien étroit entre la résilience, la réduction des risques de catastrophe et la préparation. La gestion des risques de catastrophe met l'accent sur la réduction et la gestion des risques connus. Elle décrit les efforts des gouvernements, de la société civile, du secteur privé et de la communauté internationale pour réduire l'impact des chocs et des stress, en reconnaissant que chacun a un rôle à jouer en tant que partie intégrante d'un système. 

Il incombe en priorité aux autorités nationales de réduire l'exposition et la vulnérabilité de leurs populations aux chocs et aux stress. Cela passe par l'élaboration de politiques de développement qui intègrent la réduction des risques, la mise en place de mécanismes d'alerte précoce et de mesures d'anticipation des risques de grande ampleur (comme les tempêtes ou les sécheresses), et la préparation d’un plan de réponse aux catastrophes et de relèvement.

Pour en savoir plus