Visites en prison pour débutants

Pas à Pas 104 - La prison

Pas à Pas 104 présente des conseils pratiques pour s'impliquer dans le ministère des prisons et s'occuper d'anciens délinquants.

Pouvoir parler à quelqu’un qui ne nous juge pas peut être salutaire. Illustration : Petra Röhr-Rouendaal, Where there is no artist (deuxième édition)
Pouvoir parler à quelqu’un qui ne nous juge pas peut être salutaire. Illustration : Petra Röhr-Rouendaal, Where there is no artist (deuxième édition)

Visites en prison pour débutants

Matt Boyes  

Dans la Bible, de nombreux hommes de Dieu ont été emprisonnés. Joseph, Samson, Jérémie, Daniel, Jean le Baptiste, Pierre, Jean, Jacques, Paul, Silas, Aristarque, Andronicus, Junias, et même Jésus, lors de son arrestation, ont tous passé du temps derrière les murs et les barreaux d’une prison.

Ils ont tous éprouvé la détresse d’être séparés de ceux qu’ils aimaient : l’obscurité, l’oppression et la solitude. Il n’est pas surprenant que des chrétiens soient appelés à se rendre dans les prisons et à prendre soin de ceux qui s’y trouvent. Dieu veut que nous soyons une lumière dans l’obscurité, des porteurs d’espoir là où il y a si souvent du désespoir.

Apporter l’espoir

En tant qu’aumônier de prison, mon inspiration vient d’Ésaïe 58:10 : « Si tu partages tes propres ressources avec celui qui a faim, si tu réponds aux besoins de l’opprimé, ta lumière surgira au milieu des ténèbres. » Plusieurs facteurs peuvent contribuer à des situations d’oppression : la perte de liberté, la perte de dignité, un environnement hostile, la honte, la culpabilité, la dépression et l’anxiété. Les détenus aspirent également à recevoir de bonnes nouvelles, à se sentir acceptés, compris, et à avoir l’opportunité de se racheter.

J’ai toujours eu à cœur de faire entrer les chrétiens dans les prisons !

En étant visiteur de prison, nous offrons des services parmi les plus difficiles mais aussi les plus gratifiants. Nous pouvons donner de l’espérance et de l’amour aux détenus qui ont quasiment tout perdu. Nous pouvons apporter le don gratuit de l’Évangile du pardon et l’œuvre de transformation de l’Esprit Saint à celles et ceux qui sont condamnés. Nous pouvons offrir la possibilité d’une nouvelle vie et d’une transformation à celles et ceux qui ont été dominés par le péché.

J’ai toujours eu à cœur de faire entrer les chrétiens dans les prisons ! Je voudrais qu’ils voient la puissance avec laquelle Dieu agit dans les pires des circonstances, pour racheter et sauver. Dans les prisons, les chrétiens peuvent manifester l’acceptation et l’amour de Dieu à travers des actes de bonté et des paroles d’encouragement. Bien entendu, nous n’imposons jamais l’Évangile à personne. Mais j’ai vu tant de détenus venir à la foi, et ainsi trouver une nouvelle raison d’espérer et la vie en Jésus. Il est merveilleux de les voir trouver le moyen de réparer partiellement le mal qu’ils ont commis. Les relations avec leur famille sont restaurées. Cette expérience peut renforcer notre foi pour les communautés dans lesquelles nous vivons et travaillons, car nous constatons que Dieu peut agir là aussi, comme partout ailleurs.

Le pouvoir d’une vie transformée

En prison, Dieu agit puissamment, et les visiteurs de prison ont souvent l’impression de recevoir bien plus qu’ils ne pensent donner. L’amour a un prix, alors préparez-vous à connaître des déceptions, tout en espérant le meilleur. Un détenu libéré qui a trouvé la foi vivante retourne dans sa communauté en tant que témoin de la puissance et de la présence de Dieu. Les Églises doivent être prêtes à accueillir ces personnes. La sagesse et la grâce s’imposent, car il y aura probablement des domaines dans lesquels les anciens détenus devront encore changer et grandir. Mais cela est vrai pour nous aussi.

Pour ceux d’entre nous qui sommes chrétiens, le ministère dans les prisons est un acte d’adoration à l’égard de notre Dieu, qui cherche et sauve ceux qui sont perdus. Prions pour les prisons de notre région, afin que la lumière de Jésus brille dans l’obscurité.

Matt Boyes est aumônier principal à la prison de Feltham, au Royaume-Uni.

Email : matt.boyes@hmps.gsi.gov.uk 


Comment s’engager dans un ministère auprès des détenus

1 - Prise de contact

Alors comment s’y prendre pour se rendre dans une prison ? La première étape consiste à prendre contact avec un aumônier de prison qui y travaille déjà, pour proposer son soutien et la prière. Cette personne pourra vous expliquer quels sont les besoins et les démarches à suivre pour avoir accès à la prison. Le plus important est que les visiteurs soient humbles et désireux de servir à quelque titre que ce soit.

S’il n’existe pas d’aumônier de prison, vous pouvez contacter le directeur de la prison pour offrir une aide concrète. Dans certains pays, l’apport de nourriture pour les détenus est une grande nécessité, surtout pour ceux qui n’ont pas de famille à proximité. Cette proposition d’aide pratique peut ouvrir les portes à un ministère plus vaste. Si vous avez une qualification professionnelle, si vous êtes enseignant, médecin, infirmier ou conseiller, le directeur de prison pourrait être ravi de vous rencontrer.

La Fraternité internationale des prisons (www.pfi.org) est une organisation chrétienne internationale qui a des antennes dans le monde entier. Vous pouvez commencer par les contacter pour savoir quels sont leurs besoins, et à qui vous adresser.

2 - Enquête de moralité et formation

Dans de nombreuses prisons, il faut se soumettre à un processus de vérification de ses antécédents, qui varie d’un pays à l’autre. Certaines prisons dispensent une formation aux nouveaux bénévoles ; celle-ci doit impérativement être suivie. Les bénévoles doivent être matures dans leur foi. Ils doivent s’habiller simplement et se comporter de manière convenable en toutes circonstances.

Parfois les visiteurs de prison les plus efficaces sont ceux qui ont eux-mêmes un casier judiciaire, mais il pourra leur être demandé d’attendre un certain nombre d’années avant d’être autorisés à faire des visites en prison. Là encore, l’humilité et la patience sont des qualités essentielles.

3 - Respect des règles

Les directeurs sont chargés de la sécurité de l’ensemble des personnes qui se trouvent à l’intérieur de la prison, qu’il s’agisse des détenus ou du personnel. Un ministère auprès des détenus peut être facilement réduit à néant si les règles de sécurité ne sont pas respectées ou si des relations inappropriées s’établissent.

Il arrive que les détenus demandent aux bénévoles d’introduire des choses interdites dans l’établissement, ou de transmettre des messages. La règle d’or est la suivante : « Rien ne sort et rien ne rentre. »

4 - Relations saines

Ne demandez pas à un détenu pourquoi il est en prison, car sa réponse pourrait affecter votre manière de vous comporter avec lui, et il le remarquera. Souvenez-vous plutôt que tous les détenus sont créés à l’image de Dieu. Nous avons tous péché, nous sommes tous privés de la gloire de Dieu, et nous pouvons tous être rachetés par notre foi en Jésus. Les détenus sont donc comme nous ! Le fait d’adopter cette attitude ouvre la porte à bien des conversations et des opportunités étonnantes.

Nous devons chercher à répondre aux besoins des détenus et nous lier d’amitié avec eux. Le fait d’avoir quelqu’un à qui parler qui ne les juge pas et qui croit en eux peut être salutaire. Essayez de ne pas poser trop de questions, car cela pourrait leur donner l’impression de subir un interrogatoire. Invitez-les plutôt à exprimer leurs craintes, leurs espoirs, leurs questions et leurs besoins. Ne faites jamais une promesse à un détenu que vous ne pourrez pas tenir, car il a déjà été maintes fois déçu par de fausses promesses.

Ne communiquez pas vos coordonnées aux détenus, ni trop d’informations personnelles. Cela vous permettra de garder la relation sur un plan professionnel et de protéger vos proches.

5 - Respect de la confidentialité

Et enfin, une des choses les plus difficiles à faire consiste à ne pas parler à d’autres personnes des détenus que nous rencontrons. Vous pouvez parler de manière générale de ce que vous avez vu et vécu, mais ne mentionnez jamais le nom des détenus ou des informations qui permettraient de les identifier. Le fait de respecter la confidentialité renforce la confiance et nous permet de travailler avec intégrité.