Mon utilisation de Pas à Pas

Tarsis (à droite) avec son exemplaire de Pas à Pas 98. Photo: Ayo Indonesia
Tarsis (à droite) avec son exemplaire de Pas à Pas 98. Photo: Ayo Indonesia

Tarsis Hurmali, directeur de l’organisation de développement Yayasan Ayo Indonesia, est abonné à Pas à Pas depuis plus de six ans maintenant. Nous avons eu le privilège d’interviewer Tarsis sur la manière dont il utilise Pas à Pas.

Pouvez-vous parler à nos lecteurs de votre organisation et du travail que vous faites ?

Nous sommes une ONG locale basée à Ruteng, Flores, en Indonésie. Notre travail est axé sur les questions de développement en milieu rural, notamment l’agriculture biologique et les soins de santé de base.

Nous nous intéressons à la façon dont les agriculteurs peuvent augmenter leur revenu. En plus d’améliorer l’alimentation des familles en y introduisant des légumes variés, nous encourageons nos agriculteurs à répondre à la demande locale de légumes. Nous les encourageons à se joindre à des groupes locaux d’épargne, où ils peuvent obtenir des prêts à faible taux d’intérêt.

Nous initions également des projets pour aider les personnes handicapées, particulièrement les enfants. Lorsque nous avons les ressources nécessaires, nous construisons des routes d’accès aux villages isolés et fournissons un approvisionnement en eau potable. Récemment, nous avons commencé à nous intéresser à la production de café, car le potentiel de développement local est énorme.

Comment utilisez-vous Pas à Pas dans le cadre de votre travail ?

J’aime savoir si les questions sur lesquelles nous travaillons intéressent d’autres agriculteurs dans le monde. Cela a toujours été confirmé par Pas à Pas. Il est très encourageant de voir comment les choses se font dans différentes régions du monde.

J’apprends beaucoup des principaux thèmes et des petits articles, et ce que je lis m’inspire. Peu d’entre nous savent lire l’anglais, alors il m’arrive d’expliquer un ou deux des sujets traités à mes amis pendant les pauses. Je me souviens de l’article sur les programmes d’épargne et de prêt [Pas à Pas 80 : Micro-entreprise]. J’ai expliqué à nos amis ici que si cela fonctionne bien dans d’autres régions du monde, cela devrait également marcher ici. Aujourd’hui, nous soutenons avec succès la coopérative de crédit Ayo Mandiri, l’une des organisations sœurs de notre ONG.

Nous avons également traduit ou adapté certains articles à notre contexte local, notamment celui sur la traite des êtres humains, un autre sur le VIH et un autre encore sur la grossesse.

De formation, je suis professeur de religion. Plusieurs de nos bénéficiaires sont chrétiens et je parle avec eux comme un prêtre le ferait. Certaines des études bibliques de Pas à Pas m’ont beaucoup aidé. Cette année, à plusieurs reprises, lors des réunions de notre coopérative de crédit, j’ai expliqué que les programmes d’épargne et de prêt sont en réalité fondés sur des principes bibliques : les gens s’entraident. L’auditoire semblait impressionné.

Comment faites-vous pour traduire Pas à Pas ?

Le langage utilisé dans Pas à Pas est simple et facile à comprendre et le contenu est également expliqué de manière simple. Ma secrétaire et moi effectuons la traduction.

Certains numéros ou articles de Pas à Pas vous ont-ils été particulièrement utiles ?

Nous avons beaucoup utilisé les informations sur la traite des êtres humains. La plupart des lecteurs et lectrices qui vivent dans des régions isolées nous ont dit que c’était la première fois qu’ils entendaient parler de ces choses. Ces informations étaient très importantes car beaucoup de jeunes ont quitté la maison pour se rendre en Malaisie et devenir des travailleurs migrants. Il y a également eu plusieurs cas de disparition de personnes.

Vous avez utilisé Pas à Pas 98 dans le cadre d’une conférence sur le VIH en décembre 2015. Quel impact cela a-t-il eu ?

Ce numéro de Pas à Pas est arrivé sur mon bureau alors que nous préparions une petite fête pour la journée mondiale du sida (le 1er décembre) dans une paroisse isolée à Mukun.

J’étais particulièrement heureux de prendre connaissance des progrès réalisés dans la lutte contre le VIH et le sida. Il est tellement encourageant de savoir qu’avec le bon traitement, les gens vivant avec le VIH peuvent vivre plus longtemps. Ce message nous permet d’espérer que le monde finira par vaincre cette maladie.

Je tenais à m’assurer que les témoignages qui seraient partagés pendant la célébration ne se concluent pas tous sans aucun espoir, comme c’était le cas les années précédentes. Heureusement, certaines de ces histoires sont en effet remplies d’espérance !

Nous avons traduit l’article « VIH : mythes et réalités » en indonésien et l’avons distribué à de nombreuses personnes lors de la célébration. La conférence a permis d’améliorer les connaissances des gens au sujet du VIH. Une femme qui vivait avec le VIH a pu communiquer des informations exactes à des centaines de participants. Certains d’entre eux étaient de jeunes étudiants.

Avez-vous d’autres remarques à faire sur Pas à Pas ?

Nous trouvons que Pas à Pas explique les choses de façon très intéressante. C’est toujours simple et très clair. Nous souhaitons vous remercier pour ce magazine formidable. Que Dieu bénisse votre excellent travail.

Tous nos remerciements à Tarsis Hurmali.

Email : ayo2indonesia@gmail.com
Site internet : www.ayo-indonesia.org
Ayo Indonesia a écrit un article pour Pas à Pas 85 : Les arbres.