Planter pour l’avenir au Brésil

Flávia Marques Amorim

L’ACEV (Ação Evangélica – Action évangélique) est un partenaire de Tearfund qui travaille dans la région semi-aride du nord-est brésilien. 

Les régions semi-arides sont vulnérables aux changements de régime pluviométrique qui peuvent être provoqués par le changement climatique. Photo : Marcus Perkins/Tearfund
Les régions semi-arides sont vulnérables aux changements de régime pluviométrique qui peuvent être provoqués par le changement climatique. Photo : Marcus Perkins/Tearfund

L’ACEV travaille avec ses partenaires au développement de projets durables qui promeuvent une relation saine avec l’environnement. Leur projet de plantation est mené en parallèle des autres projets de forage de puits et d’agroforesterie. Les puits fournissent de l’eau potable, qui est vitale dans les communautés pauvres, et le travail d’agroforesterie favorise la durabilité de l’environnement et le reboisement.

Le projet de plantation de l’ACEV encourage le recours à des méthodes de culture biologique. Les familles apprennent à produire des cultures saines et de bonne qualité sans utiliser de pesticides ou d’engrais chimiques. L’équipe de projet soutient et accompagne les familles pendant six mois et un consultant agricole leur donne des conseils. Ils abordent avec les agriculteurs les questions comme celles de l’utilisation de l’eau et la micro-irrigation, le soin et la fertilité des sols, les cultures appropriées, la rotation des cultures et les engrais et insecticides naturels. Ils encouragent également les participants à mettre en place des coopératives agricoles.

L’ACEV attache beaucoup d’importance à l’éducation. Les communautés peuvent participer à des ateliers sur les questions environnementales, parmi lesquelles :

  • la gestion réfléchie des déchets
  • la valorisation et la protection des espèces locales rares (végétales et animales)
  • la plantation d’espèces d’arbres appropriées comme le neem et le moringa, bien adaptés aux régions semi-arides.

À la fin de ces ateliers, les communautés sont invitées à s’engager à adopter de bonnes pratiques environnementales. Au cours des trois années du projet, le personnel de l’ACEV a vu les habitudes changer en matière de gestion de l’environnement.

José Ivonildo Fernandes a travaillé avec la communauté de Sítio Pinheira à Manaíra. Il explique :

« La zone a d’abord été clôturée. Nous avons ensuite planté des bananiers, des fruits de la passion et des pois d’Angole le long de la clôture pour couper le vent mais aussi fournir de la nourriture et des revenus. Une autre étape importante a été de diversifier les légumes. La communauté plante désormais de nouveaux légumes, tels que des betteraves, des poivrons, des carottes, des courgettes et du chou, en plus de la salade et de la coriandre qu’elle cultivait avant. Ces cultures sont toutes produites de façon biologique à l’aide d’insecticides naturels [Note de la rédactrice : voir exemples dans l’encadré]. Avant, les gens brûlaient les broussailles et les restes des cultures. Désormais, nous les compostons et les mélangeons au fumier animal pour fertiliser la terre. »

Grâce au projet de plantation, les gens disposent d’une quantité suffisante de nourriture biologique saine. En l’absence de produits chimiques, la qualité de l’eau est protégée. Le travail minimum du sol protège sa structure et sa fertilité et réduit l’érosion. Toutes ces pratiques favorisent la biodiversité locale et contribuent à protéger l’environnement.

Antonio Felix Florentino dirige la coopérative à Sítio Pinheira. Il explique :

« Aujourd’hui, avec l’aide de l’ACEV, je n’ai plus besoin de quitter Pinheira et de travailler ailleurs pour gagner un revenu. Ce qui m’a le plus frappé au sujet de l’ACEV c’est l’encouragement et le soutien qu’ils nous ont apporté pour préserver la nature et l’environnement. Avant, on ne s’en souciait pas beaucoup, mais nous voulons maintenant préserver la terre que Dieu nous a donnée.

Cette année, il y a eu une terrible sécheresse, mais je remercie Dieu car nous constatons maintenant les bienfaits du projet de plantation. Je suis sûr que Dieu nous a bénis et qu’il continuera à bénir notre vie et cet endroit. »

Flávia Marques Amorim est la coordonnatrice des programmes sociaux de l’ACEV
Site internet: www.acevbrasil.org.br


Fabrication d’insecticides naturels

Piments : Broyez une tasse de piments (veillez à éviter tout contact avec les yeux ou la bouche), ajoutez 2 litres d’eau, remuez bien et laissez reposer. Éliminez ensuite le liquide et ajoutez de l’eau savonneuse. Pulvérisez le mélange sur vos cultures.

Tabac : Faites bouillir 2 poignées de feuilles sèches ou de mégots de cigarettes dans 2 litres d’eau, pendant 20 minutes. Ajoutez du savon, mélangez puis laissez refroidir. Diluez avec 5 litres d’eau froide et pulvérisez sur les cultures.

Margousier : Broyez deux poignées de fruits de margousier mûrs et mélangez-les bien à 1 litre d’eau. Laissez tremper une nuit, égouttez, puis pulvérisez sur vos cultures.


Termes utilisés dans cet article

Agroforesterie : exploitation de cultures et d’arbres au même endroit pour un bénéfice mutuel.

Biodiversité : diversité de la vie végétale et animale dans une zone.

Semi-aride : se dit d’une région où les niveaux de précipitations sont faibles, sans être un désert.

Travail minimum du sol : déranger le sol le moins possible lors de la plantation de semences. Cela améliore la fertilité, réduit l’érosion du sol et retient l’eau dans le sol.