L’énergie renouvelable et votre communauté

Dans le monde, environ 1,5 milliard de personnes n’ont pas accès à l’électricité, surtout dans les zones rurales. Pour s’éclairer, elles utilisent des lampes à pétrole et des bougies, qui sont souvent chères et fournissent un mauvais éclairage.

Environ 3 milliards de personnes dépendent du bois et des produits du bois pour cuisiner. La fumée produite par le bois expose les gens à des émanations nuisibles pour leur santé. Dans de nombreuses régions, l’approvisionnement en bois est très rare ; les gens sont donc amenés à abattre des arbres autour des zones d’habitation.

Les énergies renouvelables peuvent néanmoins fournir des sources alternatives d’éclairage et de combustible. Les sources d’énergie renouvelable incluent le vent, l’eau et le soleil. Étant donné que cette énergie n’est pas issue des combustibles fossiles, elle ne contribue pas au changement climatique (excepté lors de la production des turbines à eau, des éoliennes et des panneaux solaires). Les énergies renouvelables peuvent être considérées comme l’énergie du futur. Les bailleurs de fonds pourraient être plus disposés à examiner les demandes de financement en matière de sources d’énergie renouvelable. Un grand nombre de cliniques et d’écoles ont bénéficié de financements pour installer des panneaux photovoltaïques (voir l’encadré « Electricité solaire ») pour alimenter les réfrigérateurs et fournir de l’éclairage. Vous trouverez ci-après trois exemples de sources d’énergie renouvelable différentes. Pourriez-vous utiliser l’une d’entre elles dans votre localité ?


Électricité solaire


À Larcay, Pérou, LUTW a aidé une communauté isolée à raccorder 20 maisons à des systèmes PV.

Il existe essentiellement deux types d’énergie solaire :

  • les capteurs solaires, qui utilisent l’énergie du soleil pour produire de l’eau chaude
  • les panneaux photovoltaïques (panneaux PV), qui utilisent la lumière du soleil pour produire de l’électricité.

Light up the World (LUTW) est une organisation non lucrative basée au Canada et au Pérou. Ses membres ont pu constater la façon dont l’accès à l’énergie transforme la vie des gens. LUTW forme des techniciens locaux à installer des panneaux PV et aide les organisations locales à fournir efficacement de l’énergie solaire. Ils accompagnent les communautés pour qu’elles deviennent autonomes et s’assurent un avenir plus durable.

Lorsque les systèmes solaires PV sont bien conçus, ils ne nécessitent pas beaucoup de matériel, sont faciles à entretenir et ont très peu d’incidence sur l’environnement. Comme ils n’ont pas besoin d’être reliés au réseau électrique national, ils conviennent tout particulièrement aux zones reculées. Les systèmes de LUTW sont équipés d’une batterie qui stocke l’énergie produite pour pouvoir les utiliser la nuit en l’absence de soleil. Les installations PV fournissent un éclairage électrique et disposent d’un adaptateur pour raccorder d’autres appareils, comme des téléphones portables et des radios.

LUTW forme les membres de la communauté, en leur transmettant un savoir-faire pratique pour installer, entretenir et réparer les systèmes d’énergie renouvelable. Les communautés acquièrent ainsi l’indépendance nécessaire pour gérer à plus long terme le système dans leur village.

Lorsque les gens apprécient quelque chose et se l’approprient, ils ont tendance à mieux s’en occuper. C’est pour cette raison que LUTW ne fait pas don de système photovoltaïque aux familles. Ce sont les communautés qui participent financièrement à l’installation, fournissent un logement au personnel technique, assistent aux réunions de planification et mettent à disposition des matériaux locaux.

LUTW dispense divers cours de formation pour apprendre à la population à concevoir, installer et entretenir de petits systèmes PV.

Pour tout renseignement, veuillez contacter LUTW.
E-mail :
lutw@lutw.org
Site internet : 
www.lutw.org


L’électricité renouvelable dans l’Afghanistan rural

Dans les régions rurales de l’Afghanistan, l’électricité est rare. Le gouvernement central et les autorités locales n’ont pas de systèmes en place pour approvisionner les zones rurales en électricité.

Un partenaire de Tearfund travaille dans une province du nord-est de l’Afghanistan. Bien que la région soit très belle, elle est l’une des plus pauvres et des moins accessibles du pays. Les routes sont souvent impraticables et parfois les inondations emportent les ponts. Au fil de nombreuses années, en collaboration avec les membres de la communauté, le partenaire de Tearfund a progressivement installé 325 mini-centrales hydroélectriques. Celles-ci produisent de l’électricité à partir des cours d’eau.


Le partenaire de Tearfund a installé 325 mini-centrales hydroélectriques dans les zones rurales de l’Afghanistan.

Une de ces mini-centrales hydroélectriques a été installée dans la communauté de Sher Jan. Sher Jan est un homme joyeux, ancien du village et directeur de l’école locale, qui compte 900 enfants. Lorsqu’il lui a été demandé ce que la nouvelle mini-centrale hydroélectrique et l’approvisionnement en électricité avaient apporté à sa communauté, il a répondu : « Avant, nous vivions dans l’obscurité. Maintenant nous avons la lumière, tout comme au
Tadjikistan ! »

Jusque-là, les gens utilisaient des lampes à pétrole qui dégageaient une mauvaise odeur et coûtaient environ 60 £ par an à chaque ménage. Aujourd’hui l’éclairage électrique est très apprécié par les femmes pour cuisiner le soir et pour coudre. Les enfants ont de la lumière pour faire leurs devoirs après la tombée de la nuit. Les gens peuvent travailler plus longtemps. Et tout le monde apprécie l’électricité pour pouvoir regarder la télévision et se tenir au courant de ce qui se passe dans le monde.


Travailler ensemble sur des projets de mini-centrales hydroélectriques a contribué à resserrer les liens des communautés.

En outre, le processus d’accord et d’installation d’une mini-centrale hydroélectrique contribue à unir la communauté. Avant que le partenaire de Tearfund n’accepte d’aider à installer une centrale, tous les ménages de la communauté doivent confirmer qu’ils sont d’accord. Ils doivent contribuer financièrement à hauteur de ce qu’ils ont convenu avec le partenaire de Tearfund. Ils aident également à transporter la turbine et d’autres pièces à leur village, généralement à dos d’âne en raison de l’absence de routes. Un comité de village doit être nommé et formé pour assumer la responsabilité de l’entretien permanent de la centrale après installation.

Bruce Clark, représentant de Tearfund pour l’Afghanistan


Digesteurs à biogaz

Joel et Esther Chaney

CREATIVenergie est une jeune association caritative basée au Royaume-Uni. Elle informe et forme les communautés, en leur apprenant à utiliser les ressources naturelles pour produire elles-mêmes leur énergie propre et durable.

Titus et Naomi pratiquent une agriculture de subsistance et sont installés dans les collines de la vallée de Kerio au Kenya. Jusque-là, Naomi cuisinait avec un foyer en terre et passait tous les jours beaucoup de temps à ramasser du bois de chauffage pour cuisiner.

Titus a récemment assisté à une « formation pour formateurs » sur le biogaz. Il a appris que les digesteurs à biogaz peuvent produire un gaz propre pour cuisiner à base de bouse de vache (et d’autres sortes de fumier). Pendant le cours, les participants ont construit six digesteurs à biogaz ménagers. Ils ont également appris à transmettre leurs connaissances à d’autres. Depuis, Titus a construit un digesteur à biogaz pour sa famille. Il prévoit de créer une petite entreprise pour faire connaître les avantages du biogaz dans la vallée de Kerio.

Le digesteur à biogaz procure de nombreux avantages à leur famille. Désormais, Naomi peut préparer à manger bien plus rapidement et sans fumée. Les enfants ne sont plus exposés aux risques d’un feu ouvert. Le digesteur produit également un engrais riche pour les cultures et les légumes.


Déversement de fumier dans un digesteur à biogaz.

Les petits digesteurs à biogaz ménagers de CREATIVenergie construits au Kenya coûtent environ 165 £, jusqu’à 230 £ pour les installations plus importantes. Bien que cela paraisse cher, les digesteurs ont une durée de vie de plusieurs années et ne nécessitent aucune autre source de combustible. La formation de formateurs dure dix jours et apprend aux participants comment apprendre à d’autres à construire et faire fonctionner un digesteur à biogaz.

Pour plus d’informations sur les possibilités en matière de biogaz, veuillez contacter CREATIVenergie.
E-mail :
info@creativenergie.co.uk
Site internet : 
www.creativenergie.co.uk


Facteurs à prendre en compte pour l’emplacement d’un digesteur à biogaz :

  • à proximité de l’étable (d’où vient le fumier) 
  • à 10-20 mètres d’un point d’eau (qui sera mélangée au fumier) 
  • près de la maison pour les conduites de gaz 
  • pas trop près des arbres, car les racines pourraient poser problème et les feuilles font de l’ombre.

Vous envisagez un projet d’énergie renouvelable ?

Adapté de Durabilité environnementale (ROOTS 13). Voir les Ressources, page 15.

Si vous envisagez de lancer un projet d’énergie renouvelable dans votre communauté, voici quelques éléments à prendre en compte :

  • Quelles sources d’énergie les membres de la communauté utilisent-ils ? Ces sources d’énergie sont-elles durables ?
  • Quelles sont les technologies appropriées à disposition qui pourraient répondre aux principaux besoins énergétiques ? Les technologies locales pourraient-elles être améliorées ? 
  • Quel est le coût de chaque technologie (installation, fonctionnement, entretien et réparation) ? 
  • Cette technologie pourrait-elle être installée, entretenue et réparée par la population locale ? Ce projet pourrait-il faire l’objet d’un programme de moyens de subsistance, avec la population qui transmet cette technologie aux communautés voisines ? 
  • Existe-t-il des organisations locales qui travaillent dans le domaine de l’approvisionnement énergétique ? S’il n’y en a pas, pourriez-vous envisager d’embaucher des consultants locaux qui disposent de connaissances et d’expérience techniques ?
  • Comment l’Église pourrait-elle s’impliquer pour assurer la durabilité du projet et véritablement satisfaire les besoins de la communauté ? L’Église pourrait peut-être faire la démonstration de certaines technologies pour aider la communauté à choisir celle qui lui conviendrait le mieux, par exemple en installant un éclairage à énergie solaire dans les locaux de l’Église ou dans l’école locale.
  • Le projet sera-t-il durable au plan environnemental ? 
  • Quels risques présente ce projet ?
  • Pourriez-vous encourager des entreprises du secteur privé à monter un projet énergétique ? Renseignez-vous pour savoir si l’Église pourrait les aider à cibler les personnes qui ont des besoins.
  • Pourriez-vous mener un plaidoyer auprès des autorités locales ou nationales pour les encourager à approvisionner votre communauté en énergie (voir pages 6-7) ?