Styles de leadership : jeu

Tulo Raistrick et Helen Gaw.

Voici un bon moyen pour aider un groupe à comprendre l’impact de trois styles différents de leadership sur la manière de travailler d’un groupe. 

Répartissez le groupe en trois groupes plus petits de taille égale. Chaque groupe doit se choisir un leader. Expliquez aux groupes qu’ils doivent créer une structure suffisamment solide pour pouvoir tenir un œuf, à l’aide d’une grande feuille de papier et de ruban adhésif. L’équipe qui aura conçu la structure la plus haute aura gagné, si la structure soutient l’œuf !

Avant de faire cet exercice, expliquez aux leaders de chaque groupe de quelle façon ils doivent diriger. Veillez à ce que personne d’autre ne soit au courant. Un des leaders dira aux membres du groupe ce qu’ils doivent faire, un autre laissera le groupe se débrouiller et le dernier sollicitera les idées de tous les membres du groupe.   

Autoritaire : « le souverain »

Un leader autoritaire donne des ordres et des instructions que les autres doivent suivre.

Laissez-faire : « celui qui laisse les autres se débrouiller »

Un leader du type « laissez-faire » laisse les membres du groupe faire ce qui leur semble bon, tout en les observant.

Facilitateur : « celui qui sollicite les idées de tout le monde »

Un leader facilitateur encourage tous les membres du groupe à participer aux décisions concernant ce qui doit être fait. Il / elle ne donne pas les réponses mais aide le groupe à trouver ensemble une réponse.

Expériences des différents groupes

Voici quelques situations courantes que vous pourrez rencontrer au niveau des groupes :

  • Le groupe dirigé par le « souverain » est souvent le premier à venir à bout de son défi. Néanmoins, les membres du groupe sont frustrés de ne pouvoir tester leurs propres idées et de devoir se contenter d’exécuter ce que demande le leader. Ce groupe ne remporte le défi que si l’idée du leader était particulièrement bonne, les autres idées n’étant pas prises en compte.
  • Le groupe dirigé par « celui qui laisse les autres se débrouiller » gagne rarement, car il ne sait pas vraiment comment travailler ensemble. Parfois, un des membres du groupe prend les choses en main et dirige le groupe à la place du leader désigné.
  • Le groupe dirigé par « celui qui sollicite les idées de tout le monde » met plus de temps à trouver une solution au défi. Une fois qu’il a fini, les gens sont souvent très contents (au point de se féliciter mutuellement) car leur réussite est partagée.

Une fois le défi terminé, demandez aux leaders d’expliquer leur rôle à leur groupe. Puis, demandez aux groupes de discuter de ce qu’ils ont apprécié et n’ont pas apprécié concernant le style de leadership de leur leader. Enfin, demandez tour à tour à un des membres de chaque groupe de résumer les commentaires de leur groupe pour tout le monde.

Remarque : Si vous ne disposez pas de papier et d’adhésif, vous pouvez utiliser d’autres matériaux, comme un morceau de tissu, des bâtons et de la ficelle. Vous pouvez adapter le défi : pas forcément besoin d’un œuf. L’essentiel est que le défi soit concret et amusant, tout en étant suffisamment difficile.

Tulo Raistrick est le Conseiller pour les églises et le développement de Tearfund. Nos remerciements à Jim Hartley.



Imaginez...

  • Vous êtes un leader qui vient de prendre une décision importante. Comme la responsabilité de la décision vous incombait, vous l’avez prise seul. Quelqu’un est venu vous voir à l’instant pour vous communiquer des informations importantes que vous ne possédiez pas, car vous n’aviez consulté personne avant de prendre la décision. Maintenant, vous savez que vous avez pris la mauvaise décision. Que faites-vous ?
  • Vous dirigez un groupe de jeunes de votre communauté, qui marche bien et qui se développe. Vous écoutez les jeunes et intégrez leurs idées à vos activités. Quelqu’un que vous respectez vous a dit que vous devriez « imposer votre loi » car il a remarqué que vos rencontres sont parfois bruyantes. Que faites-vous ?