Éditorial

Le rôle joué par les divers petits animaux dans la nutrition et l’économie de la plupart des familles est important. Dans les régions rurales, de nombreux fermiers dans l’impossibilité d’élever de plus gros animaux considèrent moutons et chèvres comme un investissement - de l’argent comptant lorsqu’on en a besoin pour payer l’école ou le médecin. Les animaux plus petits - poulets, lapins etc - permettent toujours d’offrir l’hospitalité aux visiteurs et fournissent oeufs et viande à la famille, même si ce n’est que pour des occasions spéciales.

Ce numéro ne met pas beaucoup l’accent sur des races particulières ou l’équipement. Au contraire nous cherchons à tirer profit de ce qui est déjà disponible. Les poulets de village sont généralement ignorés, mais voici des idées pratiques et testées pour améliorer leur production. Il y a des lapins dans la plupart des pays, mais les projets échouent souvent car on n’a pas assez conscience de la façon de les élever, de les manipuler et de les nourrir. Les quelques pages qui suivent ne peuvent bien sûr pas couvrir toutes les informations nécessaires mais nous recommandons de nombreux livres. Souvent les idées données pour un animal peuvent s’adapter à un autre. Par exemple, le système proposé pour l’élevage des cochons d’Inde peut facilement être adapté aux lapins.

L’amélioration de la production de petits animaux apportera de grands bénéfices à la santé de toute la famille. Nous espérons que les personnels de santé pourront utiliser quelques-unes de nos suggestions dans leurs communautés. Un projet d’élevage de lapins pourrait-il, par exemple, être un complément utile au dispensaire de la communauté?

Le Docteur Chris Curtis nous fait part de renseignements nouveaux sur le traitement des moustiquaires pour aider dans la lutte contre le paludisme. Vos lettres soulèvent d’autres remarques utiles sur des sujets traités dans des numéros précédents.

Isabel Carter