Une Vue Biblique? Et vous, que feriez-vous?

par CB Samuel.

Quand nous avons affaire à nos voisins, à nos familles et au monde autour de nous, qu’est-ce qui nous aide à choisir ce qu’il est bon de faire ou de dire? Voici quelques situations imaginaires qui pourraient se présenter à nous tous. Lisez ces études de cas - si possible parlez-en et discutez-en en groupes - et décidez de la façon dont vous agiriez personnellement.

Étude de Cas Numéro 1

On envisage de construire un énorme barrage qui fournira de l’eau à une grande ville. Les réserves d’eau sont déjà basses et on a désespérément besoin d’eau. Les gens des collines et des vallées derrière le barrage devront être évacués car leurs terres seront noyées. Le gouvernement propose de les réinstaller près de la ville et leur donnera de la terre et une compensation. Cependant, les villageois ne veulent pas quitter leurs terres traditionnelles et leurs villages pour une terre et un avenir incertains. Apparemment ils n’ont pas le choix.

Vous avez travaillé parmi ces gens, encourageant le développement rural. Vous avez réussi à avoir de bonnes relations avec les villageois. Que devriez-vous faire?

A  Accepter les propositions du gouvernement et vous associer au programme de réinsertion des populations vers la ville? Vous risquez alors de perdre le soutien des villageois.
B  Soutenir les villageois dans leur campagne pour que le projet du barrage soit changé afin qu’ils ne perdent pas la terre qui leur appartient depuis des générations?

Étude de Cas Numéro 2

Vous êtes un membre respecté d’une grande Église en ville. De la terre appartenant à l’Église vient d’être vendue. La presse rapporte que l’Évêque est impliqué dans une affaire de corruption concernant cette vente. De l’argent s’est envolé, et on fait état de diverses transactions douteuses. Vous soupçonnez aussi que les allégations de la presse sont fondées. Que devriez-vous faire? L’Église en est très sérieusement affectée et une action s’impose.

A  Dénoncer publiquement (avec les dirigeants de l’Église) les transactions faites par l’Évêque et encourager un procès contre lui?
Utiliser les structures au sein de l’Église pour prendre des mesures concernant le problème et punir si nécessaire, allant jusqu’à démettre l’Évêque de ses fonctions si cela paraît justifi
C  Assembler l’Église pour qu’elle prie et laisser les choses suivre leur cours?

Étude de Cas Numéro 3

Mousa est un ami non-croyant marié, avec des enfants en bas âge, et homme d’affaire prospère. Vous êtes un membre respecté d’une Église où vous avez un poste important. Mousa vient un jour vous trouver en ami, pour vous demander conseil: il vous raconte qu’il a récemment fait la connaissance d’une belle jeune femme dans son bureau et qu’il est très tenté de sortir avec elle. Que lui conseillez-vous?

Prenez le temps de réfléchir à chacun de ces cas et décidez de ce que vous feriez. Si vous avez travaillé en groupes, discutez de vos décisions et de ce qui vous a conduit à les prendre.

  • Lequel de ces cas a été pour vous le plus facile à traiter?
  • Lequel vous a causé le plus de problèmes pour prendre une décision finale - ou peut-être ne l’avez-vous pas encore prise tant c’est difficile?

Essayez de discuter de ces cas avant de tourner la page puis continuez votre lecture sur ces études de cas.

Une Vue Biblique? - Réfléchissons

Malheureusement je ne peux pas être parmi vous et écouter vos discussions et décisions - mais j’ai entendu d’autres gens discuter de ces mêmes cas.

La petite amie

La plupart d’entre nous trouvent le troisième cas très facile à régler. Nos conseils à Mousa seraient-ils différents si nous n’étions pas chrétiens? Je ne crois pas. Presque tout le monde lui conseillerait de résister à la tentation et de s’occuper de la famille qu’il a déjà fondée - soit lui soit la jeune femme devrait aller travailler ailleurs pour mettre fin à la tentation.

L’évêque

Cette situation n’est pas tout à fait aussi simple, mais nous chrétiens avons des indicateurs bien précis dans le Nouveau Testament. On nous demande expressément de ne pas avoir recours à la justice entre chrétiens, mais de trouver des solutions au sein même de l’Église et de punir si nécessaire. Il peut y avoir des différences d’opinions sur ce sujet, mais les groupes en désaccord utilisent quand même la Bible comme l’outil principal de leur prise de position.

Le barrage

Cependant, j’imagine que la plupart d’entre vous ont trouvé ce cas le plus difficile à régler. Pourquoi cela?

Comment se fait-il que nous puissions être aussi certains de ce qui est bien ou mal dans notre propre conduite ou celle d’autrui? En tant que chrétiens, nous savons généralement où chercher conseil dans la Bible quand il s’agit de cela. Mais lorsqu’il s’agit de problèmes sociaux, tels que des décisions politiques ou ‘qui est propriétaire de la terre?’ nos idées sont souvent très confuses quant à la ligne d’action à suivre. Comment pouvons-nous être sûrs de ce qu’il faut faire exactement? Où, dans la Bible, cherchons-nous les réponses?

Cette confusion a pour résultat que les Églises ont tendance à trop se concentrer sur leur attitude personnelle - être personnellement en harmonie avec Dieu. Bien sûr, cela en soi n’est pas mal, mais je suis persuadé que Dieu attend aussi de nous que nous soyions sûrs de nos vues sur le monde autour de nous. Nous sommes tous sûrs de ce que nous dirions à Mousa - mais pouvons-nous avoir la même certitude quant à ce que Dieu nous dit du propriétaire de la terre, de la protection de l’environnement ou de l’injustice? La réponse est souvent négative. Quelquefois nous pensons que la Bible donne des conseils contradictoires. Dieu a-t-il vraiment une opinion sur ces sujets? A la question ‘à qui appartient la terre’, y a-t-il une vue chrétienne? (Lisez l’histoire de Naboth - 1 Rois chapitre 21). L’Église a-t-elle une structure précise dans laquelle elle peut aboutir à des décisions?

Structure de croyance

Selon mon expérience les Églises ont tendance à être:

  • fortes sur les questions personnelles
  • faibles sur les questions locales
  • nulles sur les questions nationales ou internationales.

Et pourtant, dans l’Ancien Testament, Dieu a des tas d’opinions sur la façon dont les gens doivent vivre. Est-ce que son opinion est moindre aujourd’hui? Vraiment je ne crois pas. L’Église doit se trouver dans la position où elle a une opinion immédiate et biblique sur les questions sociales et nationales. En quoi sont mes vues - ma structure mentale - influencées par ma culture, mon Église ou ma communauté? Comment peut-on commencer à développer une structure biblique pour guider nos actions et celles de tous ceux dans nos Églises?

Derrière l’enseignement moral de l’Ancien Testament il y a une structure de base de croyance. Nous devons étudier l’Ancien Testament pour nous rendre compte de ce qui est approprié, applicable et utile pour nous aujourd’hui.

CB Samuel est Directeur Général d’EFICOR à Delhi en Inde. Il est une autorité dans l’enseignement concernant l’engagement chrétien envers les pauvres, et a beaucoup d’expérience dans le domaine des programmes de secours et de développement dans toute l’Inde.