Courrier des lecteurs

Un piège à rat efficace

J’eleve des autruches au Zimbabwe. Récemment mon élevage a été infesté de rats qui commençaient même à attaquer les oiseaux adultes. Le poison revenait très cher et j’ai également perdu quelques jeunes autruches qui auraient pu être empoisonnées. Désespéré, j’ai essayé de fabriquer un piège à rats dont j’avais entendu parler au Mozambique. En 21 jours, et avec 9 pièges, j’ai attrapé 934 rats!!

Pour fabriquer ce piège, il vous faut un seau de 20 litres ou un récipient d’argile qui puisse contenir de l’eau. Enterrez-le près des trous de rats connus, ou aux endroits où les rats viennent manger. Prenez un épi de maïs sec et coupez ses deux extrémités, puis embrochez-le sur une épaisse tige métallique d’un mètre de long. Assurez-vous que l’épi puisse tourner librement. Stoppez l’épi au centre de la tige de métal à l’aide de deux petits morceaux de fil de fer que vous tordrez comme sur la photo. Placez la tige audessus du seau et enfoncez bien ses extrémités dans la terre. Mettez environ 15cm d’eau dans le seau. Chaque soir, enduisez l’épi de beurre de cacahuète, de posho, de bouillie de maïs ou d’une autre sorte de nourriture qui collera à l’épi. Le lendemain matin, retirez les rats noyés. Ce piège marche encore mieux à la nouvelle lune.

Nick Dexter, PO Box AC 158, Ascot, Bulawayo, Zimbabwe.

 


 

Réseau d’informations en Afrique Occidentale

Nous avons crée un réseau et un bulletin de liaison et d’informations pour notre région francophone d’Afrique Occidentale mais nous avons actuellement des difficultés financières. Nous aimerions établir des contacts avec d’autres groupes semblables au nôtre. Nous nous intéressons aux réseaux d’informations, aux manières d’encourager la formation, les séminaires et les conférences. Par exemple, nous avons récemment pris part à une conférence de formation qui a eu lieu, à Lomé, sur le thème du «Rôle des organisations nongouvernementales dans le renforcement des principes démocratiques et des droits de l’homme».

Mr Ignace Djagnikpo, ONG-FAST-ENFANCE-VIE, BP 4019, Lomé, Togo.

Les animaux: agents d’engrais

Les agriculteurs de Babanki Tungo, au nord-ouest du Cameroun, utilisent les animaux pour accroître la fertilité de leur terre. Quand un fermier veut commencer à cultiver une parcelle stérile, il l’entoure d’abord d’une clôture. Puis, il y construit une cabane pour le gardien qui sera responsable de s’occuper du bétail. Si ce fermier ne possède pas personnellement de bétail, il négocie un accord avec un autre fermier pour que celui-ci lui prête ses bêtes pendant la nuit. A la fin de chaque journée, une fois que les vaches ont mangé, le gardien ira les chercher et les parquera pour la nuit dans le nouveau champ.

Les fermiers estiment qu’il faut trois mois pour que l’urine et les défécations de cinquante vaches fertilisent un champ et la fertilisation durera trois ou quatre ans.

Cette technique a de nombreux avantages:

  • Le milieu naturel du fermier possède toutes les ressources nécessaires à cette opération, sauf un bloc de sel qu’il faudra acheter.
  • La structure, la texture et la capacité d’absorption et de résistance à l’érosion du sol sont accrues.
  • Une quantité importante d’engrais naturels est répandue dans le champ. Comparés à ceux d’autres fermiers, les rendements sont doublés ou même triplés.
  • Il est prouvé que les fermiers qui utilisent cette technique obtiennent des rendements plus élevés que celui qui met 17 sacs d’engrais minéral par hectare et par an.

Ces avantages justifient l’intérêt de CIPCRE à promouvoir cette technique. Son plus grand mérite est qu’elle a été développée par les fermiers eux-mêmes, sans l’intervention de conseiller ruraux.

Magloire Ndjang, CIPCRE, BP 1256, Bafoussam, Cameroun.

Fax: (237) 44 66 69 Email: CIPCRE@geod.geonet.de

(d’Ecovox No 11 Jan-Mars1997)

Une goyave géante

Lors de la visite l’année dernière au village de Lokando dans le sud-ouest du Cameroun, Takwi Ndiche, un assistant en agriculture, nous a montré un exemple remarquable de culture associative sur la parcelle d’Otte Aaron, le chef du village. Une graine de leucaena était tombée par hasard dans le pot d’un jeune goyavier, avait germé et, après avoir été transplantés côte-à-côte, les deux jeunes arbres ont poussé vigoureusement. En sept mois ce goyavier a atteint une hauteur de plus de deux mètres, deux fois la hauteur des autres jeunes goyaviers plantés au village à la même époque.

Bob Mann, Methodist Relief and Development Fund, 8 Upper Manor Road, Milford, Surrey, GU8 5JW, Royaume-Uni.

Les enfants et le tabac

Il y a quelques temps, Pas à Pas a publié une lettre de Richard Kandonga de Zambie, nous disant combien il était difficile d’obtenir des informations pour avertir les gens des dangers du tabac.

Cette question nous préoccupe beaucoup à TALC, surtout en ce moment où les compagnies de tabac font de très gros efforts publicitaires pour vendre leur marchandise dans les pays en développement.

Nous sommes donc heureux d’annoncer que nous avons récemment mis sur le marché une série de diapositives intitulées Children and Smoking, décrivant comment les enfants commencent à fumer très jeunes et suggérant des idées pour s’arrêter de fumer.

TALC travaille aussi à un livre écrit spécialement pour les habitants du Tiers Monde. Il explique comment le tabac nuit gravement à la santé et il sera publié fin 1998.

Dick Dawson, TALC, PO Box 49, St Albans, Herts, AL1 5TX, Royaume-Uni.

Développement communautaire basé sur l’Eglise

Merci de nous avoir envoyé votre magazine Pas à Pas. C’est par hasard que j’ai lu en première page de votre numéro 31 votre article sur le développement communautaire basé sur l’église. Ce concept est tout à fait nouveau dans cette partie du monde. Les gens pensent que le développement est l’affaire des organisations non-gouvernementales (souvent étrangères et ayant beaucoup d’argent), ou du gouvernement. Récemment, j’ai donné des cours sur le développement communautaire basé sur l’eglise dans un Institut de formation biblique. Ces cours donnent aux futurs responsables de l’eglise une vision de cette question vitale. Si certains de vos lecteurs s’intéressent à cette question, je serai ravi qu’ils me contactent.

Willem R Klaassen, Rural Ministries, PO Box 387, Veni, Swaziland, Afrique.

Les campagnes publicitaires de lait pour bébés

Les campagnes publicitaires de lait pour bébés ont bien sûr encouragé quelques mères à arrêter d’allaiter leur bébé. Pourtant beaucoup a aussi été fait pour promouvoir la supériorité de l’allaitement maternel et montrer les résultats négatifs de l’allaitement au biberon. Mais dans de nombreuses régions du monde on rencontre de nombreux orphelins qui ne peuvent survivre que grâce au biberon, en particulier à cause du sida et d’autres épidémies. L’allaitement au biberon, aussi indésirable soit-il, ne peut pas être évité, mais il est possible de réduire le nombre de bébés mourant de diarrhée (souvent due aux biberons préparés avec de l’eau sale).

Pouvons-nous suggérer qu’un défi soit lancé aux fabricants de lait pour bébés, afin qu’ils s’engagent davantage dans les domaines de l’amélioration de l’approvisionnement en eau, de l’assainissement et de l’éducation des mères sur la façon de préparer les biberons sans danger?

Ronald and Theresa Watts, Ngwelezana Hospital, P/Bag X20021, Empangeni 3880, Afrique du Sud.

Construire des maisons de pierre

Un serieux probleme aggravant la déforestation est le fait que l’on coupe les arbres pour construire des maisons. Ici, à Merhabete, la construction de chaque maison demande environ 400 poteaux et la coupe d’un quart d’hectare de forêt.

Parallèlement à notre politique de reboisement, nous encourageons les gens à construire des maisons de pierre en utilisant, avec succès, du mortier de boue.

Bekele Millian, PO Box 36, Alem Ketema, North Shoa, Ethiopie.

Fruit de la passion

Au cas ou des lecteurs auraient commencé à faire pousser des fruits de la passion (Pas a Pas numéro 31), qu’ils sachent aussi que les fruits de la passion contiennent beaucoup de vitamine C, du fer et de la niacine. Chaque fruit équivaut environ à 90 calories.

Marilyn Gustafson, 2690 No Oxford St #205, St Paul, MN 55113–2027, Etats-Unis.

Protection des stocks de céréales et des graines

Pour dissuader les insectes d’attaquer vos stocks de céréales ou vos graines, les piments rouges séchés peuvent être utilisés. Tout d’abord, séchez-les au soleil puis, une fois bien secs, réduisez-les en une fine poussière et mélangez-les aux graines. Faites attention de ne pas mettre cette poudre dans vos yeux, votre nez ou votre bouche. Au lieu de les écraser, certains agriculteurs placent des piments entiers parmi les céréales.

Lavez les céréales avant de les faire cuire.

A L’Affut Paysans

Reseau de Radio Rurale des Pays en Developpement – Pochette 34