Courrier des lecteurs

Alcool

L’alcool est un produit merveilleusement versatile.
Il enlève les tâches sur les vêtements de haute-couture. Il enlèvera aussi vos vêtements de sur vos épaules.

Utilisé en quantité suffisante l’alcool enlèvera :
les meubles de votre foyer,
les tapis du plancher,
la nourriture de la table,
la vue des yeux
et le jugement de l’esprit.

Pris en excès, il enlèvera aussi :
un bon travail, des amis,
le bonheur du coeur des enfants,
la santé mentale,
la liberté,
les relations
et même la vie.

Comme « enlève tout » l’alcool n’a pas d’égal !

Lu sur le tableau d’affichage du foyer de Emmanuel Ministries, à Calcutta, qui aide les alcooliques à s’en sortir.

Jardins potagers biologiques

Je travaille comme assistante sociale dans un quartier de São Paulo où je coordonne des projets générant des revenus. Une partie de mon travail consiste à mettre au point des activités pour des groupes qui sont exclus de la communauté. Nous faisons ce travail dans un esprit collectif de solidarité économique.

Nous avons eu un succès particulier lorsque nous avons mis en place des jardins potagers biologiques communautaires. Ceux-ci sont bénéfiques à la communauté locale car ils lui fournissent de bons légumes frais, des herbes aromatiques et génèrent des revenus aux familles qui s’en occupent. Celles-ci se nourrissent sainement et peuvent aussi vendre leurs graines, leur propre compost et leurs légumes. Nous sommes reconnaissants à Passo a Passo, pour ses pages riches en informations utiles.

Eunice de Cássia Santos Pereira Chaves, São Bernardo do Campo, CEP 09861-550, São Paulo, Brésil Email : obediencia@aol.com

Formation de sage-femmes

Voici une suggestion pratique que j’ai trouvé utile pour la formation des sages-femmes à Haïti.

J’utilise comme outil pédagogique une poupée d’enfant à tête ferme (en caoutchouc) avec un corps souple (en tissu rembourré). Je confectionne ensuite un modèle de bassin humain avec une grande boîte métallique vide, de 2,5 litres (pour le lait en poudre). Celle-ci est ouverte aux deux extrémités, l’une d’elles légèrement aplatie pour représenter les os du bassin. Je recouvre ensuite le tout de tissu, en laissant une ouverture qui représente le périnée (par où passe le bébé). J’utilise un sac de tissu, rembourré à une extrémité pour représenter la poche des eaux et le placenta. Puis, je prends un deuxième sac avec une ouverture élastique pour représenter l’utérus et l’ouverture du col de l’utérus. On peut faire plusieurs démonstrations avec ce modèle :

  • En utilisant la boîte, vous pouvez expliquer la descente du bébé dans le bassin avant sa naissance.
  • En utilisant les deux sacs, vous pouvez expliquer l’ouverture graduelle du col de l’utérus et la naissance.
  • Si vous placez la poupée sur l’abdomen d’une volontaire et la recouvrez d’un fin oreiller vous pouvez faire la démonstration de la palpation permettant d’établir la position du bébé avant la naissance.
  • Vous pouvez aussi utiliser la poupée pour montrer la réanimation du nouveau-né (si le bébé n’est pas capable de respirer à la naissance).

Ces outils pédagogiques simples ont été très utiles à nos étudiants et ont contribué à la bonne ambiance des journées d’études.

Dr Claire Chappuis, Mission Eben-Ezer, BP 91, HT 4110 Gonaives, Haïti Email : claire.chappuis@hotmail.com

Un évêque qui dort dans les rues

Dans le nord de l’Ouganda, un groupe de rebelles nommé « Armée de la résistance du seigneur » kidnappe les enfants chez eux, la nuit et il est très difficile de s’en protéger. Les parents ont donc essayé de protéger leurs enfants en les envoyant dormir en grands groupes dans les rues de la ville de Gulu, là où les soldats peuvent leur fournir une certaine sécurité. Pour exprimer notre solidarité, un groupe de responsables religieux d’Acholi et moi-même [l’évêque], avons décidé d’aller dormir dehors avec eux. Nous avons effectué 3 kilomètres à pied pour atteindre Gulu, avec un sac et une bâche en plastique destinée à être étendus par terre. Nous avons dormi (ou essayé de dormir) pendant quatre nuits à la gare des autobus. Nous avons connu la pluie et le froid. Ce fut une rude expérience !

C’est pourtant le type de vie quotidienne que connaissent les enfants du nord de l’Ouganda. Sous la pluie et dans le froid, le risque qu’ils attrapent une maladie grave est bien plus important. Beaucoup d’enfants d’âge scolaire n’ont ni temps ni endroit pour étudier. En dormant dans les rues à leur côté, les chefs religieux espéraient attirer l’attention sur la souffrance des enfants du nord de l’Ouganda.

Evêque Onono-Onweng, Diocese of Northern Uganda, PO Box 232, Gulu, Ouganda