L’assainissement domestique : mythes et réalités

Pourquoi les programmes d’assainissement échouent-ils si souvent ? Nous vous présentons ici quelques mythes courants au sujet de l’amélioration de l’assainissement domestique, suivis d’explications sur les raisons pour lesquelles la réalité est autre. 

MYTHE : « La perspective d’une meilleure santé (moins de maladies) incite les ménages à vouloir des latrines et à les financer » 

Réalité : Les recherches menées dans différents pays semblent de plus en plus indiquer que la santé n’est pas la principale raison pour laquelle les gens installent des latrines chez eux. Les ménages investissent plutôt dans des latrines pour améliorer leur habitation ; les familles veulent plus de commodités et de propreté, du confort, du prestige et de la fierté, et être en sécurité (à l’abri du danger comme les serpents ou le risque d’attaques sexuelles associé aux latrines publiques et à la défécation en plein air). 

MYTHE : « Sans aide financière, la plupart des gens n’achèteront pas de latrines ou n’amélioreront pas celles qu’ils ont déjà » 

Réalité : Les gens achètent des latrines et en réalité, la plupart des latrines ont été installées par des propriétaires particuliers sans aucune subvention. Si une minorité extrêmement pauvre n’est peut-être pas en mesure de s’offrir des latrines, la plupart des gens, en faisant les bons choix, avec les connaissances appropriées et peut-être le soutien de la communauté, réussissent à se payer ou à se construire leurs propres latrines. 

MYTHE : « Le plus important au sujet des latrines est qu’elles ne doivent pas coûter cher » 

Réalité : Il y a toujours des compromis à faire dans la prise de décision et il est de plus en plus clair que des latrines bon marché, de qualité inférieure, qui n’offrent aucun des dispositifs que souhaite le consommateur ne se vendront pas. Bien que les fonctionnalités recherchées varient d’une culture à l’autre, plusieurs attributs paraissent être particulièrement importants et, pour beaucoup de gens, valent la peine de payer plus :

  • visibilité et odeur minimales des excréments
  • solidité et durée de vie
  • facilité de nettoyage
  • facilité d’utilisation 
  • bon fonctionnement sans réparations et entretien fréquents 
  • gêne minimale pour les femmes, surtout les adolescentes 
  • sans danger pour les enfants, les personnes âgées ou handicapées. 

MYTHE : « Ce qui empêche les gens d’améliorer leurs latrines, c’est le coût »

Réalité : Il est vrai que le coût élevé de bon nombre de technologies existantes pour la construction de latrines décourage les gens, mais ce n’est pas le seul obstacle à leur perfectionnement. Les ménages achètent des latrines plus chères lorsque celles-ci leurs plaisent et que les propriétaires peuvent les payer en plusieurs fois. Certaines personnes peuvent par exemple avoir recours à des groupes de crédit et d’épargne, ou alors les différentes composantes des latrines peuvent être installées en plusieurs étapes. Le coût global peut également être réduit si les gens peuvent :

  • apporter une contribution, que ce soit en main-d’œuvre ou en matériaux
  • se joindre à d’autres pour faire des achats groupés de biens et de services
  • avoir accès à une aide du gouvernement
  • adapter les modèles de latrines. 

Cet article a été adapté de Sanitation Marketing for Managers [Marketing de l’assainissement pour les professionnels] par Mimi Jenkins et Beth Scott, Projet d’amélioration de l’hygiène de l’USAID, 2010, p. 2. Cette ressource peut être téléchargée gratuitement et dans son intégralité depuis le site internet ci-dessous ou achetée sous forme de livre à TALC pour 7,55 GBP. Pour les coordonnées de TALC, voir la page Ressources.

www.hip.watsan.net

Ces latrines améliorées sont équipées d’un conduit d’aération et d’une cuvette. Les dalles de latrines permettant de s’accroupir sont également répandues et efficaces.

En cas d’utilisation d’un récipient et de seaux pour le lavage des mains, comme on le voit ici, couvrez les seaux lorsque l’eau n’est pas utilisée. Cela permettra de tenir les oiseaux et les animaux éloignés, et empêchera les moustiques de se reproduire dans l’eau (important dans les endroits où sévit la malaria).

Illustration : Hesperian Health Guides