Entretien avec les Éco-évêques


Les Éco-évêques en Afrique du Sud.
Les Éco-évêques en Afrique du Sud.

Parlez-nous de l’initiative Éco-évêques (en anglais, Eco-bishops) et de la façon dont tout a commencé.

Les Éco-évêques sont un groupe d’évêques anglicans originaires de divers pays du monde, qui attirent l’attention sur le changement climatique. En février 2015, l’archevêque Thabo Makgoba (qui est archevêque pour l’Église anglicane d’Afrique du Sud) a invité un groupe d’évêques à se réunir près du Cap. Nous avons discuté des réponses que les anglicans ont déjà apportées au changement climatique et des réponses que nous espérons apporter à l’avenir.

Les évêques venaient de différentes régions de la Communion anglicane déjà touchées par divers impacts du changement climatique, comme les Fidji, l’Argentine, New York et la Namibie.

Suite à la conférence, nous avons publié un rapport intitulé Le monde est notre hôte : un appel à l’action urgente pour la justice climatique. Il a été publié en 2015, peu avant le vendredi saint.

Comment les gens ont-ils réagi à ce rapport dans le monde ?

Le rapport a été diffusé par une centaine de médias dans le monde. Il a été utilisé dans de nombreuses Églises locales, diocèses et provinces. Les réactions ont été extrêmement positives.

Les responsables anglicans utilisent cette déclaration pour exiger une riposte plus forte et plus concertée à la crise du changement climatique. Le soutien des autorités épiscopales (Église anglicane des États-Unis) nous a considérablement aidés à mieux faire entendre notre voix.

Vous attendiez-vous à cette réaction ?

La réaction des gens a dépassé nos attentes, pour deux raisons. La première correspondait au mot « urgent ». Les anglicans que nous avons interrogés souhaitaient que nous transmettions un message clair, inspirant et urgent au sujet du changement climatique.

Le rapport soulevait un deuxième point de discussion important : il appelait les Églises à cesser d’investir dans l’industrie des énergies fossiles.

Dans le rapport, vous encouragez la prière et le jeûne face au changement climatique. Comment les gens ont-ils réagi à cette idée ?

Un certain nombre d’évêques et d’autres personnes se sont engagés à la pratique spirituelle du jeûne pour le climat, en se joignant aux mouvements « Jeûne pour le climat » et « Pray and Fast for the Climate » (Prier et jeûner pour le climat). Beaucoup d’autres se sont joints aux chrétiens orthodoxes et catholiques pour célébrer une Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création, qui a lieu chaque année le premier jour de septembre.

Le rapport demandait davantage de ressources éducatives pour les Églises sur la sauvegarde de la création. Pourriez-vous parler à nos lecteurs de certaines de ces ressources qui pourraient leur être utiles ?

Nous sommes en train de réunir des ressources sur le site internet de l’ACEN. Vous y trouverez de petits clips vidéo produits par les évêques ainsi que des ressources pour les cultes issues du monde entier. Par exemple, les Green Anglicans, un groupe d’Afrique du Sud, ont conçu Ryan the Rhino (Ryan le rhinocéros), un cours de dix semaines pour les enfants des Églises. (Ces ressources ne sont disponibles qu’en anglais).

Vous avez invité les leaders politiques, économiques, sociaux et religieux à lutter contre la crise du changement climatique. Ont-ils répondu ?

Des discussions ont eu lieu dans les communautés anglicanes du monde entier sur la nécessité de changer la manière d’investir nos fonds. Bon nombre de responsables se sont engagés à cesser d’investir les fonds de l’Église dans les combustibles fossiles (parmi lesquels le Conseil œcuménique des Églises, les diocèses anglicans de Canberra, Melbourne et Perth, Australie et le diocèse épiscopal du Massachusetts, États-Unis). L’Église anglicane d’Afrique australe est en train d’envisager de cesser d’investir dans les combustibles fossiles. C’est la toute première fois que la région l’envisage, et c’est une conséquence directe de ce rapport. Aujourd’hui l’électricité en Afrique du Sud est la moins propre au monde, car elle est le plus souvent produite à partir de charbon de qualité inférieure. La qualité de l’air à Johannesburg, Afrique du Sud, est dix fois inférieure aux niveaux de qualité de l’air recommandés pour la santé humaine par l’Organisation mondiale de la Santé.

Archevêque Thabo, quel message personnel souhaiteriez-vous faire passer aux lectrices et lecteurs de Pas à Pas ?

Comme le nom de votre magazine le suggère, faites un pas concret. Ni les mots ni les longs discours n’inverseront la dégradation environnementale ou les émissions de carbone, mais si nous agissons ensemble, nous le pouvons. Agissez donc dès maintenant pour la justice climatique. Le changement commence par nous !


La Communion anglicane est le nom que porte la communauté anglicane dans le monde. En avril 2015, la Communion anglicane a produit un rapport intitulé Le monde est notre hôte, qui encourageait les 80 millions d’anglicans dans le monde à répondre au changement climatique.


Sites internet

http://acen.anglicancommunion.org 
Nouvelles et ressources de l’Anglican Communion Environmental Network (Réseau environnemental de la Communion anglicane). Vous pouvez télécharger Le monde est notre hôte en français, anglais, espagnol et portugais.

www.greenanglicans.org 
Téléchargez la ressource pour enfants Ryan the Rhino (Ryan le rhinocéros, en anglais). Cliquez sur « Resources » puis sur « Youth » (Jeunesse).