Passer au consentement sur les cookies

De : Les déchets – Pas à Pas 107

Conseils pratiques et histoires inspirantes sur la gestion des déchets dans nos communautés

« Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. » (Genèse 1:1) 

« C’est à l’Éternel qu’appartient la terre avec tout ce qu’elle contient, le monde avec tous ceux qui l’habitent. » (Psaumes 24:1) 

La Terre ne nous appartient pas. Elle appartient à Dieu ! C’est un cadeau de Dieu, un lieu de vie que nous partageons avec l’ensemble de la création. Mais ce cadeau s’accompagne d’une responsabilité.

gouverneurs ou intendants ?

Lisez Genèse 1:26-31 et Genèse 2:1-15

Dans Genèse 1, Dieu dit en parlant de l’être humain : « Qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre ». Il dit à l’homme et à la femme : « remplissez la terre et soumettez‑la » (Genèse 1:26, 28). Ce passage a parfois été utilisé pour justifier la surexploitation de la Terre. 

Certaines personnes pensent que l’instruction qui nous a été donnée de « dominer » sur la Terre implique que nous avons une autorité absolue sur la création. Vu ainsi, la nature est une ressource dont les êtres humains doivent tirer un bénéfice économique, quelles qu’en soient les conséquences sur l’environnement. Sous couvert de cette théologie, des chrétiens abattent massivement des forêts tropicales dans le but de cultiver du soja pour nourrir leur bétail, et polluent les rivières avec des déchets miniers en creusant à la recherche de métaux précieux. 

Pour remettre en cause cette vision des choses, les chrétiens se sont tournés vers le deuxième récit de la création, dans Genèse 2. Au verset 15, on voit que les êtres humains ont été placés dans le jardin d’Éden « pour le cultiver et le garder ». En d’autres termes, Dieu nous a confié la responsabilité d’agir en intendants de sa création : de prendre soin, de gérer, de surveiller et de protéger tout ce que Dieu possède. Quel honneur et quel privilège ! 

Cela ne nous donne pas pour autant tous les droits pour exploiter et maltraiter la planète de Dieu. En tant qu’intendants, nous devons agir dans le meilleur intérêt du propriétaire et traiter sa « propriété » avec respect. Nous ne devons pas nous en servir de manière à faire du tort à notre prochain. Un jour, nous devrons rendre compte à Dieu de la façon dont nous avons traité sa planète. 

Lorsque nous négligeons notre responsabilité de nous comporter en intendants avisés, la création gémit. Aujourd’hui, la Terre ne peut plus faire face aux pressions exercées par les êtres humains sur ses ressources naturelles. Nos déchets et la pollution empoisonnent l’air, les sols et l’eau. Si nous continuons à exploiter et à maltraiter la planète de Dieu, que restera-t-il aux futures générations qui en hériteront ?

Dieu a fait de nous des intendants de sa création. Illustration : Petra Röhr-Rouendaal, Where there is no artist (deuxième édition)

Dieu a fait de nous des intendants de sa création. Illustration : Petra Röhr-Rouendaal, Where there is no artist (deuxième édition)

méfions-nous de l’indifférence

Lorsque l’on est confronté aux grands problèmes planétaires (résultant des activités humaines), comme le changement climatique et la pollution des sols et des mers, on peut vite se sentir dépassé. 

On peut hausser les épaules et dire : « Après tout, ce n’est pas de ma faute ! Je ne peux rien y faire de toute façon. C’est aux politiciens de s’en occuper. » On peut se dire :
« Quelle importance si j’utilise des sacs plastiques, si je jette mes déchets par la vitre de la voiture, etc. ? Ce n’est que moi, quelle différence ça peut faire ? » 

Prenez garde à la maladie très contagieuse de l’indifférence (« Pourquoi s’embêter ? ») ! L’enjeu est moral et spirituel. Ce que je fais dans mon quotidien compte. Je ne ressens pas forcément les conséquences immédiates de mes actes, mais ils affecteront très certainement quelqu’un d’autre. 

Dieu voit et honore les efforts que nous faisons, même s’ils nous semblent insignifiants. Et ensemble, nous pouvons faire bouger les choses !


questions pour la discussion


Adapté de Season of Creation 6, une ressource de Green Anglicans (en anglais). Voir www.greenanglicans.org/resources/liturgical/

  Révérende chanoine Dr Claire Nye Hunter

La révérende chanoine Dr Claire Nye Hunter est prêtre anglicane à Grahamstown, Afrique du Sud.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.