Passer au consentement sur les cookies

De : Sécurité alimentaire – Pas à Pas 32

L’importance de produire, préparer, stocker et commercialiser des aliments à l’échelle locale

par le Docteur Ann Ashworth.

Les bénéfices de la fermentation sont reconnus depuis les temps les plus reculés. On a retrouvé la preuve de l’utilisation de nourritures fermentées chez les Sumériens, dans l’Ancienne Egypte, chez les Assyriens et à Babylone. Les descriptions chinoises du miso fait à partir de la sauce au soja remontent à l’an 1.000 avant J.-C. D’autres aliments couramment fermentés sont le lait (qui donne les laits aigres doux et le yahourt), les céréales et le manioc.

En Afrique, ogi, uji, ting, koko, kenkey, obusera et nasha sont tous des porridges fermentés très courants. La pâte fermentée peut servir à faire le pain, comme l’injera et le kocho en Ethiopie. En Amérique Latine, on fait fermenter le maïs et le manioc: pozol, chicha et farinha en sont des exemples. Dans le souscontinent indien, on fait souvent fermenter ensemble les céréales et les féculents, pour faire l’idli, dosa et dhokla. En Asie du Sud-Est et Est, la plupart des aliments fermentés sont à base de féculents et de poissons. Beaucoup s’utilisent comme condiments comme le miso, natto et la sauce poisson. Ces produits peuvent être appréciés bien au-delà des frontières de leurs pays d’origine.

Il y a deux sortes de fermentation: la fermentation aigre douce qui produit de l’acide et la fermentation alcoolique. Dans chacun des cas, des micro-organismes inoffensifs sont introduits dans les aliments et on les laisse se multiplier. Les microorganismes produisent des changements chimiques bénéfiques dans ces aliments.

Les bénéfices de la fermentation

La fermentation est un bon exemple illustrant la sagesse traditionnelle! Malheureusement, son utilisation est en train de décliner dangereusement, concurrencée par les produits occidentaux. Au Kenya, son déclin dans certaines régions a été attribué à l’influence des missionnaires qui découragent la préparation de porridges fermentés, croyant à tort qu’ils contiennent de l’alcool. Les agents de santé ont aussi tendance à insister sur la nécessité de préparer de la nourriture fraîche et découragent ainsi la préparation de plats fermentés. Encouragez les gens à apprécier la valeur de leurs plats fermentés traditionnels.

Le Dr Ashworth travaille au Centre for Human Nutrition, London School of Hygiene and Tropical Medicine, 2 Taunton Street, London WC1H 2BT, Royaume-Uni.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.