De : Soins de sante viables – Pas à Pas 37

Travailler ensemble pour établir des priorités sanitaires et améliorer l’offre locale de soins de santé

par Kaswera Vulere.

Le programme «Maternite Sans Risques» d’IPASC (Institut Panafricain de Santé Communautaire) à Nyankunde en République Démocratique du Congo a récemment développé son action dans les communautés locales. Les mères se joignent à de petits groupes où elles peuvent discuter de leurs problèmes et trouver leurs propres solutions, en tenant compte de la culture et des ressources locales à leur disposition. Nous espérons aussi lancer des discussions et des ateliers pour les jeunes gens, les couples et les femmes qui ont atteint la ménopause.

Le groupe des mères de famille à Komanda

Ce groupe témoigne des résultats bénéfiques de notre travail. Suite à chaque séminaire de formation à l’IPASC, les sages-femmes produisent un plan d’action pour améliorer leur travail. Une sage-femme à Komanda était soucieuse des risques encourus par les femmes accouchant chez elles, sans assistance médicale. Elle en a discuté avec les femmes du programme Maternité Sans Risques à Komanda et elles ont décidé d’ouvrir une caisse à laquelle chaque mère contribuerait en versant chaque mois une petite somme. 25 mères ont immédiatement accepté. Deux mois plus tard, elles ont choisi des chefs et puis elles ont formé un comité composé d’un membre du personnel du centre de santé, quelques conseillers et des représentantes des mères de famille.

Ce comité a pris part à plusieurs cours de formation sur la Maternité Sans Risques. Il a considéré les préoccupations suivantes:

Tous les systèmes d’assurance actuels de la région n’ont qu’une préoccupation: enterrer les morts. Ils ne font aucun effort pour sauver des vies.

Le comité a entrepris de faire prendre conscience aux mères de ces problèmes. Il travaille aussi pour que les mères ayant des problèmes lors de leur accouchement soient aidées. Il veut aussi s’occuper des enfants de moins de cinq ans dont les familles ne peuvent plus assurer le bien-être.

Maternité Sans Risques aidera une mère dans le besoin, même si elle n’est pas membre. Plus tard, quand elle ira mieux, on l’encouragera à faire partie du groupe. L’association paie le transport d’une membre depuis n’importe quel centre médical en ville jusqu’à l’hôpital recommandé, et il paie ensuite les soins médicaux. Il aide les mères qui ont des complications à l’accouchement ou pendant la grossesse, et aussi en cas d’anémie, de malnutrition, et autres maladies graves chez les enfants. 270 membres en 13 comités différents payent actuellement leurs cotisations mensuelles. Deux fois par semaine, les membres du comité visitent les communautés locales.

Education

Une étude biblique a lieu avant l’activité communautaire et l’éducation sanitaire, chaque lundi à la consultation prénatale, ainsi qu’à toutes les réunions de membres. Un sketch intitulé Accoucher à la maison peut être une erreur a été préparé, enregistré et diffusé à la radio locale. Il présente une femme qui a un bassin étroit et ne s’est pas rendue aux consultations prénatales. Elle meurt chez elle avec son bébé. Elle est comparée à une autre mère dont le placenta saigne mais qui est transportée à l’hôpital où elle et son bébé sont tous deux sauvés. Deux chansons sur le thème de la maternité sans risques sont chantées au cours de la présentation.

Avantages

Jusqu à présent, huit femmes ont eu besoin d’un traitement à l’hôpital. Une mère était en état de choc après une grossesse extra-utérine interrompue, mais le groupe a organisé son transport à l’hôpital et payé les frais plus les 3 $US de droit d’entrée. Une autre femme, mariée depuis dix ans et ne pouvant avoir d’enfants, se trouva enceinte. A 38 semaines, comme le bébé était particulièrement attendu par cette famille, elle fut transportée à l’hôpital pour attendre la naissance sans risques. Après une semaine d’attente, on a dû lui faire une césarienne et le bébé tant attendu fut sauvé. La mère revint au comité pour lui dire: «Grâce à Maternité Sans Risques mon précieux bébé a été sauvé.»

En plus des femmes devant être transférées à l’hôpital, 60 cas graves ont été assistés financièrement par le comité de Maternité Sans Risques.

Situation financière

Au cours de cette année, plus de 400 $US ont été enregistrés dans les livres de comptes. Jusqu’à présent, 200 $US ont été utilisés pour aider les membres de l’association, 3 $US ont été dépensés pour le bureau, 80 $US pour l’achat d’une vache et il reste un peu plus de 100 $US en caisse.

La vache a été achetée pour générer un revenu grâce à la vente du lait et des veaux. Dans le même but, un champ de soja a été planté et un champ de manioc est en préparation. Les projets futurs comprennent l’élevage de chèvres, la création de champs communautaires dans chaque village et l’achat et l’installation d’un moulin. Ceci pour alléger la charge des mères de famille et augmenter l’argent de la caisse de l’association.

Kaswera Vulere a mis en place Maternité Sans Risques et le Programme de Santé Familial à l’IPASC, Nyankunde, République Démocratique du Congo.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant