Photo : Marcus Perkins

De: La santé sexuelle – Pas à Pas 69

Susciter la conversation sur les questions liées à la sexualité

Vigilance est une organisation chrétienne travaillant au Burkina Faso. L’un des défis que nous aimerions intégrer au coeur même de l’église est de briser les tabous sur les discussions concernant la santé sexuelle. Il est vital de pouvoir parler ouvertement de questions sexuelles pour réagir au VIH et au sida. Au Burkina Faso, 85% des personnes vivant avec le VIH (PVV) l’ont attrapé lors de relations sexuelles. Nombre d’autres pays connaissent une situation similaire. Cet important taux d’infection est dû surtout au manque de compréhension du VIH et de la santé sexuelle.

L’église n’aime pas beaucoup discuter ouvertement de questions sexuelles mais on trouve aussi le VIH en son sein. Nous ne pouvons donc pas nous permettre de l’ignorer. C’est le devoir des personnes engagées dans la réponse à la pandémie du sida de s’exprimer, de sensibiliser et de réduire la stigmatisation.

La motivation

Notre inspiration vient de la Bible. Elle nous enseigne que les relations sexuelles sont un don de Dieu et qu’elles ont été conçues pour notre bénéfice et notre plaisir. Elles permettent la reproduction et donc la survie de la race humaine. Pourtant, il suffit de regarder n’importe où pour voir que le sexe propage aussi la mort et des maladies.

Les méthodes

Une manière de briser les tabous pour répondre au sida est le counselling sur les relations. Vigilance organise des ateliers de formation pour un mariage heureux et sain. La communication peut souvent être un problème entre les couples, surtout sur des sujets tabous comme le sexe. Dans nos ateliers, nous encourageons les couples à parler plus ouvertement, entre eux, de toutes sortes de sujets, sexe compris. Dans une relation, il est important de respecter les opinions et les sentiments des hommes comme des femmes. De bonnes relations entre parents seront un modèle pour leurs enfants.

Nos ateliers commencent par une séance générale de partage d’idées et d’enseignements sur le mariage. Elle est suivie de discussions en groupes. Cette approche en petits groupes permet de donner aux gens une plus grande assurance pour s’exprimer.

Le facilitateur encourage les couples à s’écouter et se respecter mutuellement. Les sujets de discussion comprennent :

Lorsque approprié, on partage des désaccords spécifiques des conjoints et on en discute au sein du groupe.

A la fin d’un atelier, une femme a raconté comment son mari avait commencé à lui montrer plus de respect et lui avait demandé pardon pour la toute première fois. Un homme a déclaré : « Depuis l’atelier, notre mariage a été transformé. »

Dans notre culture, l’éducation sexuelle des enfants reste la responsabilité des parents. Cependant, les parents ne savent souvent pas où commencer et sont trop gênés pour discuter en détails. Pour faire face à ce problème, nous invitons les parents et leurs enfants, à participer à une conférence sur des sujets sexuels. Nous leur fournissons des informations et des principes bibliques sur ce sujet. En soulevant publiquement un sujet tabou, nous leur offrons l’opportunité de parler plus ouvertement du sexe entre eux. Ceci peut aider à prévenir le manque de connaissances qui coûte la vie à tant de jeunes dans notre pays.

Problèmes et solutions

Le plus grand défi est de motiver les hommes à participer aux séminaires pour les couples. En 2004, les femmes d’une église ont décidé d’en organiser un. Elles ont toutes invité leur mari mais sur les 60 participants à la conférence, il n’y  avait que 12 hommes. Ils pensaient que parler de relations était une « affaire de femmes ». En 2006, le pasteur de la même église a organisé, avec notre soutien, un autre séminaire semblable. Cette fois-ci, seulement deux des hommes invités ne sont pas venus, uniquement parce qu’ils ne pouvaient pas prendre de congé. Les hommes qui avaient participé au premier séminaire de 2004 ont défié les autres, leur déclarant qu’ils avaient eu tort de ne pas venir. De plus, le fait que c’était le pasteur qui avait envoyé les invitations avait encouragé les membres de l’église à participer.

Le Pastor Kouliga Michel Nikiema est le Directeur de Vigilance. Vigilance, 04 BP 8276, Ouagadougou 04, Burkina Faso. Email : vigi@fasonet.bf 


Questions de discussion

Photo: Marcus Perkins

Photo: Marcus Perkins

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Équiper ceux qui œuvrent à l’éradication de la pauvreté et de l’injustice

À suivre dans ce numéro de Pas à Pas

Cette ressource provient de Pas à Pas 69

Ressources liées