De: L'alphabetisation – Pas à Pas 16

Comment donner envie d’apprendre à lire et écrire et comment améliorer l’alphabétisation au niveau communautaire

Lors d’une visite récente concernant la santé des yeux en Ouganda, un groupe d’experts (Drs Sandford-Smith, Hall, Waddell et Mattus) s’est inquiété de l’abus de consommation de la chloroquine. La plupart des personnels de santé gardent la chloroquine en stock pour traiter la malaria (ou paludisme). Ce médicament est peu coûteux, facile à obtenir et très efficace. Cependant, ce qu’on sait beaucoup moins, c’est que l’absorption de fortes doses, à long terme, endommage la vue. Les troubles sont graduels et légers pour commencer, mais il n’existe pas de traitement qui puisse renverser cette situation (connue sous le nom de rétinopathie). Les dégâts sont permanents, et si l’on continue à prendre de fortes doses de chloroquine, la vue peut être sérieusement endommagée.

Le Docteur Brian Fleck précise que le personnel de santé qui prescrit des doses correctes de chloroquine aux patients atteints de paludisme n’a pas à s’inquiéter. La chloroquine est un médicament excellent - mais, comme tous les médicaments, on ne doit pas en abuser. Les gens devraient être conscients qu’on ne devrait la prendre qu’à court terme, et à dose correcte. Malheureusement l’équipe de médecins a découvert qu’en Ouganda, les gens l’utilisaient comme traitement de toutes sortes de maladies, simplement parce que c’est un médicament que l’on peut facilement se procurer et qui n’est vraiment pas cher. L’équipe de médecins a recommandé qu’à partir de maintenant les fioles devraient porter une étiquette mentionnant le danger encouru en cas d’abus: Ne pas dépasser la dose prescrite, ce médicament peut endommager votre vue.

Adapté d’un article dans Community Eye Health Numéro 9.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi