De: Evaluation – Pas à Pas 17

De bons conseils pour planifier, suivre et évaluer des projets

De même que notre sondage nous a fourni une image fascinante de vous, nos lecteurs, beaucoup d’entre vous nous ont demandé plus de renseignements sur Pas à Pas et Tear Fund, ainsi que sur ce que nos lecteurs en pensent.

Tear Fund

C’est Tear Fund qui publie et finance Pas à Pas. Tear Fund vient juste de célébrer ses 25 ans comme agence chrétienne évangélique fournissant conseils, fonds et autre assistance aux Eglises et groupes chrétiens dans le monde entier. Le but de Tear Fund est d’encourager et d’assister les Eglises locales. Tear Fund n’initie ni ne gère de projets, sauf en cas d’urgence ou lorsqu’il n’existe pas de groupe chrétien qui puisse intervenir. Tear Fund croit aussi que l’Evangile de Jésus Christ s’adresse à la fois aux besoins spirituels et physiques des gens. Notre organisation cherche donc à former des liens avec les Eglises et groupes chrétiens du monde qui partagent cette conviction. Tear Fund met l’accent sur le développement des gens plutôt que sur celui des structures, encourageant ainsi les communautés à s’engager ensemble dans le projet proposé, et à y contribuer. On donne la priorité aux projets qui d’une part s’adressent aux gens les plus dépourvus de la société, et d’autre part, qui cherchent à s’attaquer aux causes de la pauvreté. Notre organisation se refuse à répondre aux besoins d’une personne en particulier, sauf par le biais d’un groupe de chrétiens.

Footsteps to Health

L’idée de publier un bulletin sur la santé communautaire fut pour la première fois discutée en 1985, et son financement fut approuvé encore cette même année. Le bulletin visait à promouvoir la vision chrétienne pour les soins de santé primaire et désirait être une base de documentations utile pour le personnel de Tear Fund et leurs collègues dans les diverses communautés de nombreux pays. On forma un comité, et Joy Poppe fut nommée éditrice. Le premier numéro de Footsteps to Health fut imprimé en 1986, et tiré à 1.000 exemplaires, que beaucoup qualifièrent d’excellente revue. Il fut publié régulièrement pendant deux ans jusqu’à ce que Joy parte travailler au Népal, et pendant les deux années suivantes, seulement un exemplaire parut. Isabel Carter commença son travail d’éditrice en 1989, date à laquelle un nouveau comité fut formé.

Une vue plus large

Depuis les débuts de Footsteps to Health, d’autres bulletins traitant des soins de santé primaire avaient été lancés par d’autres groupes. Un sondage, que Joy avait envoyé à ses lecteurs juste avant qu’elle ne parte, avait mis en évidence le désir de nombreux lecteurs de lire des articles sur d’autres thèmes du développement, ainsi que des articles ayant un contenu chrétien. A cause de cela, on sentit nettement qu’un changement de direction était nécessaire. Le nom du bulletin se transforma en Pas à Pas. Le thème de la santé fut pris alors dans un sens plus large, comprenant d’autres aspects du développement tels que l’agriculture, l’eau, l’assainissement et la sylviculture. Des études bibliques de groupes y furent incorporées, et on décida que chaque numéro traiterait d’un thème particulier. Le contenu du magazine s’adressait maintenant à des lecteurs nationaux dont la langue maternelle n’était souvent pas l’anglais, et donc on s’efforcerait de maintenir un langage clair et simple.

Des lecteurs de plus en plus nombreux

Tear Fund tenait à publier le bulletin en français et en espagnol. Le premier numéro en français (Pas à Pas) fut publié en janvier 1991, et la version espagnole (Paso a Paso) en Mai 1991. Tous les numéros sont trimestriels. Une version portugaise sera publiée en 1994, et une en Swahili en 1995. Malheureusement, les numéros antérieurs ne sont pas traduits et nous ne pouvons vous les fournir qu’en anglais.

Le nombre de nos lecteurs n’a cessé de croître. Depuis les premier tirages à 2.000 exemplaires in 1990, Footsteps est maintenant tiré à 20.000 exemplaires, dont 2.500 en français et 1.000 en espagnol. Footsteps est mis gratuitement à la disposition de ceux qui nous le réclament, à condition bien sûr qu’ils travaillent réellement à la promotion de la santé et du développement. Nous acceptons volontiers les contributions des lecteurs qui ont la possibilité de partager les frais d’envoi de leurs numéros - à présent £5 ou $10 par an pour quatre numéros.

Le partage d’une vision

Pas à Pas cherche à transmettre des idées pratiques et des encouragements aux chrétiens qui travaillent à la promotion de la santé et du développement dans le monde. Nous espérons encourager le partage d’expériences, bonnes ou mauvaises, de manière réaliste et en tenant compte du développement global de la personne, tant physique que spirituel. Les articles de Pas à Pas partent du principe que la plupart des lecteurs n’ont que peu de ressources et peu d’argent à leur disposition, donc leur contenu est très pratique et facile à appliquer. L’éditrice a fait personnellement l’expérience de l’isolement par manque d’échange d’idées, de soutien et d’informations, situation dans laquelle se trouvent bon nombre de personnes engagées dans le développement. Notre vision est que Pas à Pas continue à répondre aux besoins de nos lecteurs et à les aider. Tear Fund n’a jamais cessé de partager cette vision, et nous a jusqu’ici toujours soutenu et financé avec enthousiasme.

Pas à Pas n’est pas conçu dans un grand bureau possédant des ressources illimitées! Il naît au nord de l’Angleterre, dans une pièce de la maison de l’éditrice qui travaille à temps partiel. Les frais de production sont pris sur un budget de Tear Fund. (Nous n’avons pas le moindre argent à mettre à la disposition de tous ceux qui continuent à nous demander de l’aide). Une éditrice assistante nous aide quelques heures par semaine, et nous avons nommé récemment une éditrice des versions étrangères. Le bulletin est conçu par Wingfinger - une compagnie chrétienne d’arts graphiques à Leeds. Un comité de personnes sincères et enthousiastes se réunit quatre fois par an pour nous orienter et nous offrir leurs conseils.

Résultats du Sondage de 1993

Une fiche sondage était incorporée au numéro 13 qui fut envoyé à quelques 12,000 lecteurs. 30% d’entre eux la complétèrent.

Le but du sondage

Le sondage nous a beaucoup encouragé. Merci à tous ceux qui ont pris la peine d’y répondre. Le travail qu’a généré ce sondage a été considérable, et nous vous demandons de nous excuser pour le temps que nous avons mis à traiter les informations reçues et à répondre aux requêtes. Les fiches remplies nous ont apporté une énorme quantité d’informations précieuses, et vous pouvez être sûrs qu’aucune ne sera négligée. Nous encourageons encore une fois nos lecteurs à nous envoyer leurs réponses s’ils ne l’ont pas encore fait, même si ce n’est pas par poste aérienne. Ces réponses seront ajoutées aux autres et nous utiliserons les renseignements donnés.

Disponibilité

La plupart des lecteurs ont entendu parler de Pas à Pas soit par un ami, soit par un collègue, à travers d’autres bulletins ou par Tear Fund. Les numéros de Pas à Pas sont largement partagés: 95% de nos lecteurs les transmettent à d’autres personnes. Très peu (1%) les font passer à quelqu’un d’autre sans les lire eux-mêmes, et presque personne (0,6%) ne les jette! Nombreux sont ceux qui les placent dans une bibliothèque ou centre de documentation après les avoir lus.

Pertinence et utilisation

C’était vraiment encourageant de voir que trois quarts de ceux qui nous ont répondu (78%) utilisent de toutes sortes de façons Pas à Pas pour la formation et l’enseignement. Généralement, les personnes travaillaient avec du personnel de santé ou des groupes d’agriculteurs, mais les groupes dans les Eglises et les centres de formation l’utilisent aussi régulièrement. La plupart de ces lecteurs utilisent Pas à Pas pour préparer leurs leçons, copiant quelquefois directement des articles ou des dessins. Un nombre surprenant d’entre eux (26%) traduisent Pas à Pas - en général simplement certains articles ou thèmes - dans un nombre incalculable de langues et dialectes.

La plupart des lecteurs (87%) trouvent Pas à Pas utile ou très utile dans leur travail. Presque la moitié des lecteurs ont ajouté des commentaires encourageants, enthousiastes et montrant leur appréciation...

‘la publication la plus appropriée et pratique que nous recevons, et en plus, écrite dans une perspective chrétienne engagée...’

‘votre bulletin est très mince mais très utile...’

‘il est encourageant de savoir que ce que nous faisons et les difficultés que nous rencontrons ne sont pas uniques...’

‘les illustrations sont très claires et bien préparées...’

‘Pas à Pas nous rafraîchit toujours l’esprit et la pensée...’

‘Je trouve que c’est super!’

‘Le journal est écrit dans un très bel esprit...’

‘Lorsqu’on prête un numéro, il ne nous est pas rendu!’

‘Pas à Pas est le type de littérature dont nous avons besoin dans les pays en voie de développement: simple, pédagogique et provoquant des réactions...’

‘Excellent, encourageant, stimulant. Très passionnant. Il m’encourage dans mon enseignement et me maintient bien informé...!’

‘son contenu simple et pratique le rend facile à interpréter et à mettre en pratique...’

Style et contenu

Presque tous les lecteurs de Pas à Pas le trouvent facile ou très facile à lire. Bien que le contenu ne soit pas toujours nouveau pour eux, la plupart des lecteurs apprécient malgré tout la façon dont il est présenté. Quand on leur demande quelle sorte de sujets ils aimeraient trouver dans les futurs numéros, les lecteurs nous donnent une grande variété de réponses, mais qui sont en fait un éventail des sujets dont nous traitons à présent. Beaucoup nous ont dit que, bien qu’ils s’intéressent personnellement à des sujets particuliers, ils apprécient vraiment l’éventail de sujets que nous leur offrons. Toutes les rubriques de Pas à Pas semblent être appréciées par la plupart des lecteurs; les études de cas et articles principaux leur sont particulièrement utiles.

La majorité (82%) pense que le contenu purement chrétien est assez bien dosé; une petite minorité (4%) pense que le contenu purement chrétien est trop élevé.

Profil de nos lecteurs

Nous avons beaucoup plus de lecteurs (64%) que de lectrices (36%). Nous espérons établir un plus grand équilibre avec votre aide! La plupart de nos lecteurs ont entre 30 et 50 ans, et 60% d’entre eux ont une licence. Là encore, nous aimerions que vous nous aidiez à communiquer à toutes les couches sociales, et en particulier à celles à la base, le fait que Pas à Pas est à leur disposition.

Nos lecteurs travaillent dans des secteurs très variés du développement: 33% dans la santé, 13% dans l’agriculture, 14% dans le travail de développement en général, 9% en rapport avec l’église, 10% dans l’administration ou à des postes de direction, et 9% dans l’éducation et la formation. Cependant, nombreux sont nos lecteurs qui travaillent dans des secteurs variés et donc, ces pourcentages ne donnent qu’une idée générale.

Avec les renseignements fournis par le sondage, nous avons maintenant une ‘banque’ précieuse de lecteurs auquels nous pouvons faire appel, pour que les prochains numéros rencontrent encore mieux les intérêts de nos lecteurs. Les réponses à la question ‘Sur quels sujets aimeriez-vous avoir plus de renseignements?’ nous aideront aussi à faire que les numéros à venir soient le plus utiles possible.


Signes de santé

Le personnel de santé du programme de Samuha dans le sud de l’Inde a trouvé un procédé utile pour aider les mères de famille à se souvenir des vaccinations que leurs enfants ont eues. Chaque enfant porte maintenant un collier de perles de couleurs. Chaque perle représente la protection reçue contre une des six maladies mortelles pour les enfants en Inde: le tétanos, la tuberculose, la coqueluche, la polio, la rougeole et la diphtérie. Lorsque trois doses sont nécessaires pour une protection totale, une perle est donnée pour chacune des doses.

Une idée très utile que d’autres pourront peut-être adapter.

D’un article d’Helen Taylor de Action for Health No.18

‘Les femmes ne savent rien!’

Un sondage récent fait par Heifer International Projet en Tanzanie a observé des faits intéressants. Le sondage se penchait sur des problèmes de sexes: les différents rôles des hommes et des femmes dans le secteur agricole. Dans plusieurs villages, l’équipe investigatrice n’a même pas eu la possibilité de parler aux femmes. Les hommes disaient, ‘Demandez nous, les femmes ne savent rien. C’est nous qui savons ici!’

En fait, le sondage établit que les femmes travaillaient plus que les hommes dans presque tous les secteurs de production, sauf dans ceux de la préparation du sol et dans les traitements et la taille des caféiers. Les femmes fournissaient 70% de la main-d’oeuvre totale dans les fermes. Ces résultats mettent en évidence combien il est vital de donner priorité aux besoins des femmes lorsqu’on projette un travail de vulgarisation ou de recherche, de formation ou lors de projets de crédits ou de marketing. Même avec Pas à Pas, la plupart de nos lecteurs et des gens qui nous écrivent sont des hommes - s’il vous plaît mesdames, même si vous êtes très affairées, essayez de nous envoyer vos contributions!

Basé sur un article dans International Agricultural Development

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Équiper ceux qui œuvrent à l’éradication de la pauvreté et de l’injustice